AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the drug is bad, very bad. (w/james)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: the drug is bad, very bad. (w/james)   Dim 22 Nov - 15:50

Huit ans. Huit longues années que je travaille dans cet hôpital et je n'ai jamais voulu tenter plus que mon poste d'ambulancier. Et pourtant, j'ai fait les études pour monter en grade. D'ailleurs, le jour où j'ai été admis à l'examen, ils n'ont pas vraiment compris pourquoi je voulais me contenter de conduire les malades à l'hôpital. Pour eux, ma place était au bloc. Quand je leur ai expliqué que j'ai une espèce de phobie, de peur du sang, ils ont compris pourquoi je ne cherchais pas à faire plus de ma carrière. Et puis honnêtement, ambulancier, c'est bien moins fatiguant que chirurgien, infirmier ou autre poste. Il m'arrive parfois de penser à faire autre chose, j'aurais aimé faire plus. Les enfants par exemple, j'adore les enfants. Je me verrais bien dans ce genre de spécialisation. Dans ce genre de travail, il y a tout de même pas mal d'inconvénient. L'annonce d'un mort à un proche par exemple. Jamais je n'arriverais à annoncer à une mère que son enfant est décédé… Rien que d'y penser, j'en ai des frissons. J'adore les enfants et je sais que je me lierais beaucoup trop vite avec eux. Étant très sociable, je pourrais m'attacher à un des gamins et ça me tuerais. Enfin bref, je ne suis qu'ambulancier et pour le moment, je me contente de ça. Mes frères, enfin surtout James, il aimerait bien que je fasse plus que conduire un camion. Il aimerait que j'aide, que je sauve des vies. Il connaît ma peur du sang. Honnêtement, même en étant ambulancier, je vois du sang et j'ai tout de suite la tête qui tourne. Alors si c'est pour faire un malaise toutes les deux minutes, ce n'est pas bénef pour moi et pour les autres de convoiter un autre poste. Mais j'y penserais, j'essaierais de me faire soigner. Ça peut marcher. Il paraît que l'hypnose sa marche bien pour les phobies de ce genre. Il faut essayer pour y croire. Bref, huit ans que je suis ici. Et aujourd'hui, je me trouve à l'extérieur du bâtiment. Une journée plus ou moins calme pour moi. Il n'y a pas eu d'accidents pour l'instant et je me retrouve en dehors du bâtiment à fumer ma petite clope. Enfin, en temps normal, je fume ma cigarette, c'est vrai. Mais là, je ne sais pas pourquoi je n'ai pas trop le moral. J'ai mis un terme à ma relation avec Tammy il y a quelques mois et j'ai du mal à m'en remettre. Je l'aime beaucoup, je pense avoir des sentiments pour elle, mais il y a mon ex, ma première nana qui est revenu dans ma vie et depuis, je suis complètement perdu. Je ne sais pas du tout ce que je vais faire ni même de ce que je veux enfaîte. Du coup, pour me ménager un petit peu, j'avais roulé un joint avant de venir au boulot. En principe, je ne fume pas d'herbe lorsque je travaille, car ça pourrait me coûter ma place à l'hôpital et honnêtement, je ne supporterais pas de ne rien faire. Même si j'aime vivre sur le dos de mes parents ou même, de mes frères et sœurs. Étant le petit dernier, j'ai toujours eu ce que je voulais donc bon. Je me suis un peu écarté de l'entrée de l'hôpital, dans un endroit plutôt calme. Il n'y a personne aux alentours, ce qui me permet de tirer deux trois lattes bien sagement. Si on me voyait fumer de l'herbe, je risquerais d'être virée. Ma vie a toujours été pleine de risques. J'ai souvent tendance à franchir mes limites. Quoi qu'il en soit, je ferme les yeux après ma quatrième latte. Je souffle un bon coup. Qu'est-ce que ça fait du bien d'être posé, au calme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: the drug is bad, very bad. (w/james)   Dim 22 Nov - 21:50

Il était temps de faire une pause. Ce matin, il avait eu rendez-vous avec une petite fille pour l’opérer du genou suite à une chute de cheval, mais elle avait l’air de craindre qu’on l’empêche de chevaucher par la suite, il avait dû la convaincre en s’employant, et rien que ça l’avait épuisé. Elle était une gosse de riches qui faisait des caprices, rien de plus, mais elles étaient insupportables. Par la suite, il avait dû supporter les questions stupides d’une grand-mère qui n’avait aucune connaissance de la médecine et qui donnait des leçons. Sinon, une journée normale, il avait pu échanger avec quelques patients sur divers sujets, avait croisé quelques amis, demandé ses dossiers à sa géniale secrétaire et contredit sa supérieure. Une journée normale à l’hôpital. Pour autant, il appréciait la pause davantage. Il s’était commandé un café long, bien noir, histoire de se remettre d’aplomb et de finir le reste de la journée autrement que sur les rotules. Une fois qu’il a récupéré son café devant la machine, souriant à un gosse qui le dévisage comme s’il était un monstre sanguinaire, il décide alors soucieux, de prendre l’air. Soit son esprit lui joue des tours, soit ils sont complètement allumés aujourd’hui. Une fois à l’air libre, il prend une profonde inspiration, son café toujours dans sa main, et il regarde aux alentours : les petits vieux font leurs balades accompagnés d’infirmières ou aides-soignantes, les cardiaques font quelques pas, et d’autres sont plus énergiques, contents d’être dehors. L’hôpital n’est pas qu’un lieu de mort, il respire aussi la vie, c’est ce que James veut croire. Parcourant l’endroit du regard, il vient à être interpelé par une odeur qu’il abhorre. Une odeur d’herbe, non pas mouillée par la rosée du matin, mais cramée, comme si quelqu’un fumait autre chose qu’une cigarette. Quand il détecte d’où vient cette puanteur, il sort de ses gonds et entreprend d’aller dire deux mots à la personne qui s’amuse à se droguer dans l’enceinte de l’hôpital. Avançant rapidement, ce n’est que lorsqu’il aperçoit la personne que son sang ne fait qu’un tour et qu’il se renfrogne davantage. Il s’agit de son petit frère : Danny. Sans s’arrêter, il envoie la main en direction du visage de son frère pour faire tomber le joint qu’il porte à ses lèvres et s’exclame : « Non mais t’es malade ?! » De voir son frère recommencer ne lui laisse pas d’autre choix que de se mettre en colère. Il a toujours adoré son petit frère, il en est fier, mais il refuse que Danny retouche à la drogue. Il avait sombré déjà une fois, et il était hors de question qu’il rechute. Ecrasant avec force le joint sous son pied, il dévisagea son frère, les yeux froncés comme s’il réprimandait un enfant. « Je croyais que t’en avais fini avec ça, Dan ? » Il ne pensait pas que son frère s’était foutu de lui. En fait, il se disait que son frère avait une bonne raison de décompresser, mais il pouvait tout à fait trouver autre chose. Pour autant, il préféra d’abord mettre les choses au clair : « Je ne me répèterais pas, Dan, je te préviens : si je te reprends en train de fumer dans l’enceinte de l’hôpital, je te décalque, c’est clair ? Il y a des gens ici qui sont malades, des gens qui prennent des traitements lourds et la drogue peut provoquer des effets secondaires. » Il soupire, tentant de se calmer en regardant ailleurs avant de reposer un regard bien plus bienveillant sur son frère : « Qu’est-ce qui ne va pas ? Merde Danny, tu sais comme cette merde te détruit, va pas te condamner. Si ça va pas tu sais que tu peux venir me trouver n’importe quand, sauf quand je suis au bloc, évidemment… » Comme un geste fraternel, il lui tapa dans le dos, histoire de lui dire qu’il n’était pas si furieux, mais son frère était si important qu’il préférait le voir loin de ce danger permanent.
Revenir en haut Aller en bas
 
the drug is bad, very bad. (w/james)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Expédition Bismarck - reportage de James Cameron
» Tout St James en Normandie.
» Le nouveau James Bond
» Dean James Antwan
» Ministre Yolande James -rdi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: