AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (after seven months without any news/James.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: (after seven months without any news/James.)   Lun 23 Nov - 10:11


after seven months without any news.


Oh douce toi, si naïve, si gentillesse avec autrui, un vrai désastre !  Je devrais me faire honte à moi-même, j'ai toujours vu le positif dans le cœur des gens, j'ai toujours vu la vie en rose. Peut-être devrais-je finir par me crever les yeux, et laisser mon cœur se remplir de glace. Alors que plus jeune, j'ai du vivre l'un des pires événements de ma vie :  kidnapper par une femme avec multiples troubles du comportement. Sachez que mon entourage à San Francisco n'en a pas connaissance. Pourquoi ? En venant ici, je ne voulais plus avoir affaire à mon passé et sans doute parce que je ne désirais pas attirer la pitié.
J'ai cru à l'amour, j'ai cru qu'un homme pourrait avoir les mêmes sentiments que je ressentais à son égard. Mais idiote, je n'ai  compris que trop tard, qu'il n'y avait que mon corps qui l'intéressait. Une relation purement sexuelle pour lui, et si dévastatrice pour moi. Il a mis fin à cette relation du jour au lendemain, je me suis écroulée dans la tristesse et j'ai préféré m'envoler pour New York, retrouver ma famille. C'est là-bas, dans la maison familiale que j'ai découvert après un test que j'étais enceinte. Un gros coup de massue pour moi, je ne savais pas si je devais le garder. Après avoir peser le pour et le contre, et avoir eu des avis de ma famille, j'ai décidé de garder le bébé, sans même avoir consulté le père. Le père, je l'avais mis complètement de côté, je ne voulais plus aucune nouvelle de lui. C'est comme ça que je l'ai bloqué des réseaux sociaux et même de mon smartphone. Il était rayé de mon existence.
Cinq mois étant passés, je n'avais pas le choix de retourner à San Francisco, j'avais pris toutes mes vacances, mes congés à l'hôpital. Je devais retourner travailler. De retour, j'ai travaillé, je ne l'ai toujours pas contacté, j'évitais de le croiser étant donné qu'il est ambulancier.
Depuis mon retour, deux mois se sont écoulés, je travaille encore, avec des horaires moins chargés, alors je croise de moins en moins de monde. Je m'en porte sans doute mieux. […] Il était l'heure de déjeuner, j'étais affamée. Une fois à la cafétéria de l'hôpital, je prenais ce que l'on me proposait à manger. Je m'installais à une table éloignée des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   Lun 23 Nov - 10:38


after seven months without any news.


Il se passe tant de choses à l’hôpital, qu’honnêtement, le résident Arryns a bien du mal à suivre. Pas au niveau des patients, puisque de ce côté-là, il connait chaque dossier sur le bout des doigts et qu’il a à cœur de bien faire. Il s’agit plutôt des potins, des départs, des retours. C’est à ne plus rien y comprendre. Sa famille profondément ancrée dans cet hôpital est presque sur tous les fronts, tout comme les Jagger. En même temps, ils sont bien nombreux, si bien qu’on ne sait plus qui est qui. Mais il n’est pas qu’une question d’histoires entre les Jagger et ls Arryns, même si évidemment entre Bellamy et Payton et Dante et Janne, ça fait déjà beaucoup. Dans la fratrie Arryns, je demande le petit dernier, l’ambulancier. Danny. Son petit frère entretenait une relation avec Tammy, qui bosse dans son service. Tout ça est d’un compliqué. Elle avait été absente plusieurs mois, et alors qu’il l’a vue réapparaitre il y a quelques temps, il n’en croit pas ses yeux. La jeune femme est enceinte. A l’heure actuelle, il ne fait pas de doute pour le chirurgien pédiatre, au regard de son ventre, elle en avait pour encore maximum deux mois. Aussi, de nombreuses questions se posaient autour de son retour. Se pourrait-il que Danny soit le père de l’enfant ? Quid de leur relation ? Pourquoi était-elle partie ? Il avait besoin d’obtenir des réponses, ne serait-ce que parce que cette situation lui faisait faire un retour en arrière. Kieran. Il demeurait toujours dans ses pensées, même après tant d’années. Comment un petit être non désiré, qui n’avait vécu que trois semaines pouvait être si présent dans a vie ? Il l’ignorait, mais cela le conditionnait. Il fallait qu’il trouve un moment pour parler à la jeune Shipp. Pas entre deux opérations, il n’aurait pas le temps de s’exprimer correctement, alors peut-être un soir. Son frère ne lui en avait pas parlé, ce qui était surprenant, donc il préférait prendre les devants. Regardant sa montre, c’était l’heure d’aller déjeuner, il n’avait pas de nouvelle opération prévue avant demain matin. Cet après-midi, il n’avait que des consultations pré-opératoires et post-opératoires. Ca lui laissait le temps de bien se restaurer. Arrivant dans la salle avec son plateau repas, il trouva Tammy assise à une table, seule. C’était l’occasion ou jamais. S’avançant vers la table, il posa son plateau en face d’elle, s’installant sans même lui demander la permission : « Hey ! J’ai pas eu le temps de te féliciter pour ta grossesse ! Il te reste quoi, huit semaines avant d’accoucher ? » Il mordit dans son morceau de pain et servit de l’eau dans le verre de la jeune femme puis le sien. Il n’avait pas envie de la mettre mal à l’aise en débutant par un interrogatoire des plus sérieux, alors il préféra rester sobre, du moins au début : « T’as fait une collecte à l’hôpital pour qu’on se cotise tous pour t’offrir le nécessaire, j’espère ! Sinon, je demanderais à Malya de faire passer le message ! » Après tout, pas tout le monde n’était chirurgien et pouvait dépenser sans compter pour acheter le nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   Lun 23 Nov - 11:56


after seven months without any news.


Manger est sans doute le meilleure moment de la journée, c'était le moment où j'avais envie de me relaxer, m'évader, ne penser à rien et encore moins à mes soucis actuels. J'admirais la nourriture sur mon plateau, et parce que la femme qui sert à manger me connaît bien, je savais toujours qu'elle n'hésitait pas à me mettre une portion plus importante. Je regardais au loin les gens qui arrivaient et devenant presque insociable ces derniers temps, je priais pour que personne ne vienne à ma table me déranger. Je ne voulais pas entendre des questions sur ma grossesse, sur mon départ ou même parler encore et encore du boulot.
Ma fourchette en main, mon couteau dans l'autre je m’apprêtais à couper un énorme morceau de viande, mais je sentais une présence se rapprocher de moi. Je levais légèrement ma tête et je remarquais le frère de Danny, James. Il était gentil. Je travaille dans son service et il n'a jamais été le genre de chef orgueilleux, prétentieux. Il était même très différent de son frère. « Hey ! J’ai pas eu le temps de te féliciter pour ta grossesse ! Il te reste quoi, huit semaines avant d’accoucher ? »  Mon instant de tranquillité et sérénité était bien loin, il s'installait face à moi avec son plateau. Les questions allaient commencer. Mais j'étais certaine que sa question principale qui lui trottait dans la tête était : qui est le père du bébé ? Qu'allais-je dire à ça ? Son frère n'était même pas au courant, hormis ma famille personne ne connaît la vérité. « Salut... Merci ! Oui huit semaines si tout se passe bien. » J'évitais presque son regard, décidant de manger en restant silencieuse. « T’as fait une collecte à l’hôpital pour qu’on se cotise tous pour t’offrir le nécessaire, j’espère ! Sinon, je demanderais à Malya de faire passer le message ! » Pour le moment aucune question bizarre, je gérais encore la situation, bien que je devais faire attention à mes paroles. « Oh c'est gentil, mais ça ira, ma famille m'a beaucoup aidé et ma sœur va venir m'épauler. Je vais bien gérer ! » Il est vrai que mes parents avaient été heureux de la nouvelle, malgré les circonstances, mais de toute évidence depuis mon kidnapping, ils ont toujours été très collés à moi, m'offrant absolument tout ce que je désire sans même que je demande quelque chose. C'est comme ça qu'ils ont décidé de m'offrir le matériel de puériculture qui allait être nécessaire dès les premiers jours. Et j'étais certaine qu'à la naissance, le bébé allait être couvert de cadeau. Enfin quand je dis bébé, je sais déjà que celui-ci est un petit garçon. Je n'ai pas encore pensé au prénom, il faut même que je me penche sur ce petit problème.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   Lun 23 Nov - 12:46


after seven months without any news.



Il était difficile pour James de poser les questions sans amener la question fatidique qui lui brûlait les lèvres. Trop franc, trop direct. Il n’était pas du genre à cuisiner son interlocuteur comme le ferait un flic, lui, il allait droit au but. Mais pour une fois, il s’essayait à ce genre d’exercice pour préserver la maman. Il ne faisait pas bon de la stresser, même si elle était loin d’être bête et qu’elle savait pertinemment ce qu’il allait lui demander. Dans cette histoire, il voulait juste comprendre ce qu’il s’était passé. Il disposait de peu d’éléments pour trouver la réponse à l’énigme et ça le frustrait car il avait l’impression que le joint de Danny et la grossesse de Tammy étaient intimement liés. « J’imagine que tu as hâte ! Les futures mamans sont souvent impatientes à l’idée d’accoucher ! » Dit-il avec le sourire. La grossesse peut être pénible, rares sont les femmes qui s’épanouissent en ayant le ventre rond. Mais ça n’est pas exceptionnel non plus. Tammy lui assure qu’elle arrivera à s’en sortir sans l’aide de ses collègues, expliquant que sa sœur pourrait l’aider et que ses parents l’ont déjà fait. Pour autant, James sait d’avance qu’il fera en sorte de marquer le coup, que ce soit par un geste financier ou en offrant quelque chose pour le bébé. Après tout, Tammy est une de ses collègues et c’est un petit événement que de devenir maman. « T’es sûre ? Tu sais y a pas mal de personnes plutôt généreuses ici ! T’es suivie par le service de l’hôpital ? » Il insiste. C’est pratique de travailler en pédiatrie. Elle ne sera pas dépaysée. Tout ce qu’il souhaite c’est que tout se passe bien pour elle, le fantôme de Sasha et leur enfant planant encore sur sa tête. « Tu connais le sexe de l’enfant ? » Certains ne souhaitent pas le connaitre, d’autres préfèrent anticiper. Lui n’avait pas voulu savoir, il avait préféré attendre la surprise, si bien que le prénom avait été lancé au hasard à la naissance et à peine nommé, l’enfant leur avait été enlevé. Ne tenant plus en place alors qu’il dégustait son plat de pâtes en sauce, entre deux bouchées, il préféra s’arrêter de manger pour lui parler plus sérieusement. « Désolé de m’immiscer un peu comme ça dans ta vie, mais je me demandais, t’as pas eu des complications dans ta grossesse par hasard ? Je veux dire, tu as été absente plusieurs mois, donc je me demandais si c’était pas lié. Tu sais que si tu as des problèmes faut nous en parler car nous on pourra intervenir plus facilement… » Il n’abordait toujours pas le sujet Danny, mais en même temps, il fallait d’abord s’assurer que tout allait bien. Il ne pouvait pas lui parler de Danny avant même de savoir si son frère avait des chances d’être le père. Il n’était pas très doué dans l’exercice du questionnement et il observa un peu la salle, histoire de voir si ses frères et sœurs n’étaient pas dans les parages, mais ils devaient probablement manger plus tard. Heureusement pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   Mar 24 Nov - 5:36


after seven months without any news.


Répondre à des questions qui me concernent, cela n'a jamais été un exercice facile pour moi. J'appréhende toujours ce que l'on va me demander, bien qu'avant j'avais peur des questions qui se rapportaient sur mon passé et qu'une personne découvre mon kidnapping lorsque j'avais dix ans, à présent c'est sur ma grossesse. Je ne voulais pas que des personnes apprennent l'état de la situation et décident de la remanier à leur sauce pour créer des potins au sein de l'hôpital. Quoi de mieux que de raconter les derniers potions sur le personnel entre deux opérations ? « J’imagine que tu as hâte ! Les futures mamans sont souvent impatientes à l’idée d’accoucher ! » Il n'avait pas tord, et depuis mon retour à San Francisco, j'avais de plus en plus hâte, je voulais découvrir le visage de mon bébé, le serrer contre moi, lui montrer tout l'amour que je lui porte déjà et que je lui porterai toute sa vie, peu importe le déroulement des événements. « J'ai vraiment hâte ! C'est déjà tellement merveilleux de le sentir bouger. »  Dis-je avant de prendre une gorgée d'eau.
Il était gentil avec moi, il m'avait proposé de faire passer le message pour que je puisse avoir de l'aide. J'étais certaine qu'ici, les gens m'aideraient, surtout au service pédiatrique, mais pour le moment je ne voulais pas, peut-être à la naissance ? « T’es sûre ? Tu sais y a pas mal de personnes plutôt généreuses ici ! T’es suivie par le service de l’hôpital ? »  Je souriais, James étaient quelqu'un de bien, il avait vraiment bien choisi son métier, aider les gens, les soigner, ça lui va tellement bien, c'est cohérent avec son caractère. « Ça ira, merci, je verrais à la naissance du bébé ! Et oui, maintenant je suis suivie par le service de l'hôpital. » Il avait envie de me poser plusieurs questions d'un coup, cela se remarquait sur son visage et j'arrivais à me détendre au fur-et-à-mesure de la conversation, pour mon plus grand bonheur. « Tu connais le sexe de l’enfant ? »  Oh oui que je le connaissais ! Et c'était un garçon, ce qui est une excellente nouvelle, car j'ai toujours eu une préfère pour les petits garçons. « Oui, cela va être un joli petit garçon. Qui n'a toujours aucun prénom défini… Je dois vraiment y réfléchir ! »
Le remarquant manger, j'en faisais de même, observant autour de moi rapidement les gens qui se trouvaient dans la cafétéria, car la famille Arryns est grande et je ne voudrais pas tous les voir autour de moi en me questionnant. « Désolé de m’immiscer un peu comme ça dans ta vie, mais je me demandais, t’as pas eu des complications dans ta grossesse par hasard ? Je veux dire, tu as été absente plusieurs mois, donc je me demandais si c’était pas lié. Tu sais que si tu as des problèmes faut nous en parler car nous on pourra intervenir plus facilement… »  Les questions qui rentrent dans le vif du sujet allaient commencer. Au moins, il y allait en douceur, il ne se précipitait pour savoir qui est le père. Beaucoup aurait déjà posé cette question sans même se soucier de mon état de santé ou du pourquoi j'avais soudainement disparu de San Francisco. « Le bébé va très bien, et moi aussi. J'étais à New York, chez mes parents. J'avais besoin de m'éloigner, réfléchir. D'ailleurs ce n'est qu'une fois là-bas que j'ai découvert ma grossesse. » Je remettais une de mes mèches de cheveux en place, je le regardais presque avec insistance, pour voir s'il allait la poser cette question que j'attendais et appréhendais.« Vas-y demande moi, ne me ménage pas ! Tu meures d'envie de savoir qui est le père... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   Mar 24 Nov - 18:17

C’est drôle à quel point des femmes se réalisent en mettant au monde un petit être. La maman prend son rôle très à cœur et devient le centre du monde d’une personne en particulier, et un lien indéfinissable se crée entre eux. Le père n’a pas cette place de choix, même s’il s’entend à merveille avec sa progéniture, car il y a des choses que la mère sent au plus profond d’elle et qu’elle ne partage qu’avec l’enfant. Elle peut s’émerveiller de le sentir bouger dans son ventre, l’homme ne peut que poser la main et sentir un petit pied. « Ca c’est un truc que nous les hommes on ne peut pas comprendre ! » Dit James en souriant. Ca ne l’empêche pas de trouver cela émouvant. Ca lui rappelle aussi de bons souvenirs, même si Sasha et lui ne s’étaient pas aimés, ça ne l’avait pas empêché de veiller sur elle durant sa grossesse. Il souhaitait à Tammy tout le bonheur du monde, mais comme elle n’avait pas mentionné le père, il s’inquiétait. Même si un enfant peut grandir sans son père, il considère qu’il est préférable qu’il ait un certain équilibre pour se développer de la meilleure façon qu’il soit. Il se souciait du sort de cet enfant comme de sa mère alors qu’ils n’étaient que de simples collègues. Si bien qu’une phrase lui échappa alors qu’il ne s’y attendait pas : « Tant mieux, je ne te conseille pas l’hôpital de San José, donc il vaut mieux que tu restes parmi nous ! » Pourquoi avait-il mentionné l’hôpital ? Réfléchissant à toute vitesse, il trouva une excuse, dans laquelle il connaitrait des gens qui avaient eu des soucis là-bas. Elle n’était pas censée savoir qu’il s’agissait de lui. Il préféra changer de sujet rapidement, souhaitant connaitre le sexe de l’enfant. Il s’agissait d’un garçon. Beaucoup de gens souhaitent avoir un garçon en premier, lui ne s’était jamais posé la question. En revanche, puisqu’elle lui assurait qu’il n’avait pas de prénom, il plaisanta immédiatement après avoir fini ses pâtes. « Mais il est tout trouvé le prénom du petit ! Tu vas l’appeler James ! C’est très joli comme prénom ! » Il rit de bon cœur, il n’était pas sérieux, évidemment. D’autant plus qu’il craignait que le petit bonhomme à naitre soit de sa famille. Deux James dans la même famille, ce n’était pas concevable. En revanche, il était peut-être temps qu’il lève les doutes qu’il avait. Dans un premier temps, Tammy lui confirma que le bébé et sa mère se portaient bien, mais ne leva pas le doute quant à son absence. Elle lui avait simplement dit où elle s’était rendue. A New-York chez ses parents. « Oh d’accord, je suis rassuré de le savoir alors. Il ne faut rien négliger. » Déclara-t-il simplement. Il était effectivement rassuré, même si Sasha aussi se portait bien avant la naissance de leur fils et tout avait dégénéré à ce moment-là. Il se répétait qu’il ne fallait pas être un oiseau de mauvais augure et que ce dont son fils avait souffert était extrêmement rare. Le prenant de court, Tammy avait saisi son petit manège, et il la regardait, arborant un petit sourire gêné, comme un enfant pris sur le fait en train de faire une bêtise. Il ne voulait pas vraiment connaitre l’identité du père, seulement s’il s’agissait de Danny. « En fait, je veux juste savoir si ça a quelque chose à voir de près ou de loin avec mon frère… » Marquant une pause, il scruta le visage de la petite brune à la recherche d’un quelconque signe. Et puis il prend la parole à nouveau. « Je sais qu’il s’est passé quelque chose entre vous, mais il ne m’en parle plus. Je pensais que tu étais partie pour éviter de lui annoncer la grossesse, et si c’est le cas, je préfèrerais que tu lui dises, parce qu’il a le droit de savoir. » Parce qu’il préfèrerait qu’ils fassent les choses bien. Et si elle avait besoin d’aide, il la soutiendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   Mer 25 Nov - 6:19


after seven months without any news.


Lorsque je sentais mon bébé bouger en moi, j'étais toujours très heureuse, d'ailleurs parfois j'ai cette folle envie qu'il sorte pour que je puisse le tenir dans mes bras, mais parfois j'ai envie qu'il reste, le sentir dans mon ventre est tellement une belle expérience, malgré tous les effets secondaires d'une grossesse. « Ca c’est un truc que nous les hommes on ne peut pas comprendre ! » Effectivement les hommes ne peuvent pas comprendre la situation, mais dans mon cas, j'aurais voulu partager des moments avec Danny, où il puisse poser sa main sur mon ventre et sentir son fils bouger. Cette situation m'attristait, j'avais garder le bébé, car j'avais toujours eu cette folle envie d'être mère, et parce qu'au fond lorsque je l'ai découvert, j'avais ce grand espoir qu'il m'appelle, qu'il me dise de revenir au plus vite à San Francisco, car il avait besoin de moi dans son quotidien. Mais mon espoir s'est vite dissipé, il ne m'a pas appelé comme je le voulais, il n'a rien fait. « Tant mieux, je ne te conseille pas l’hôpital de San José, donc il vaut mieux que tu restes parmi nous ! » Je sortais de mes pensées, je me disais aussitôt qu'il devait défendre l'hôpital dans lequel on travaille, et de toute façon, être suivi ici sera plus pratique pour moi, au moins je connais le personnel et je sais en qui je peux avoir confiance. Je souriais, informant James que je n'avais toujours trouvé aucun prénom pour le bébé. J'avais déjà tenté de réfléchir à la question et j'étais indécise, j'avais trop de choix en tête. « Mais il est tout trouvé le prénom du petit ! Tu vas l’appeler James ! C’est très joli comme prénom ! » Je rigolais à sa blague, James est en effet un beau prénom, mais malheureusement ce petit garçon sera de la même famille, alors cela compliquerait les choses. « Ce prénom pourrait très bien lui aller ! » Dis-je en rigolant une fois de plus.
Il semblait curieux de ma situation, j'étais restée vague, même si cela ne servait pas forcément, puisqu'il allait finir par avoir toute la vérité. « Oh d’accord, je suis rassuré de le savoir alors. Il ne faut rien négliger. » Certaines femmes ne font pas attention lorsqu'elles sont enceintes, mais depuis que j'avais eu la nouvelle, j'avais commencé à adopter de nouvelles habitudes alimentaires, un nouveau mode de vie. Je ne prenais aucun risque inutile. Je souriais, assez contente qu'il se soucie de mon cas, soudainement je me sentais moins seule avec ma grossesse à San Francisco. Ici, je n'ai pas ma famille, je n'ai jamais eu forcément de grands amis, alors je reste parfois un peu trop dans ma solitude.
Il voulait savoir et je lui indiquais donc qu'il n'avait qu'à poser directement la question. Qui est le père ? Mais il le savait déjà au fond de lui. « En fait, je veux juste savoir si ça a quelque chose à voir de près ou de loin avec mon frère… »  Après cette phrase, je m'imaginais le visage de Danny face à moi, au fond de moi j'avais cette folle envie de le frapper au visage, lui dire à quel point il m'a fait et me fait encore souffrir, de m'avoir quitté si bêtement, parce qu'il ressent le besoin de réfléchir, à cause de sa première relation revenue dans sa vie. J'avais presque eu l'impression de comprendre, que je n'avais pas été si importante. « Je sais qu’il s’est passé quelque chose entre vous, mais il ne m’en parle plus. Je pensais que tu étais partie pour éviter de lui annoncer la grossesse, et si c’est le cas, je préfèrerais que tu lui dises, parce qu’il a le droit de savoir. » Il faut que je lui dise, c'est un fait, mais j'avais surtout peur de sa réaction. Et s'il me mettait en plein visage qu'il n'en veut pas du bébé, qu'il ne veut en aucun cas l'assumer, qu'il a autre chose à faire. Peut-être même qu'à l'heure qu'il est, il s'est remis avec son premier amour et vit le parfait bonheur. « Il est le père… Je vais lui dire, mais le comportement de ton frère m'a tellement déçu. J'avais l'espoir qu'il m'aimait et soudainement il m'a exclu de sa vie… pour une autre, son premier amour. Du moins il voulait réfléchir. » Mais je n'ai pas la même vision de l'amour que Danny. « Il ne m'aimait pas, sinon il n'aurait pas eu besoin de réfléchir… ou de me quitter. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   Mer 25 Nov - 12:52


after seven months without any news.



Il a le mérite de faire rire. Cela doit lui donner du baume au cœur, du moins il l’espère. Si elle appelle son fils James, il n’aurait qu’à l’appeler Jamie. Ca lui retirerait un des surnoms de son enfance. Plus personne ne l’appelait Jamie, si ce n’est les membres de sa famille. James, ça en imposait tout de suite plus. Trêve de plaisanteries, James se mit à réfléchir sur la situation de Tammy. Il était convaincu que le père se trouvait à San Francisco, sinon, elle aurait demandé sa mutation à New York, afin d’élever son enfant auprès de sa famille. Or, elle était revenue travailler avec tout le professionnalisme qui lui connaissait. Quelque part, il songeait encore à sa propre expérience. D’avoir mis enceinte Sasha parce qu’il ne s’était pas protégé l’avait fait réfléchir. Ainsi, il n’avait plus jamais commis la même erreur, pour éviter de devoir répondre de ses actes. Lorsque sa carrière serait lancée et qu’il trouverait la femme avec qui il voulait des enfants, il songerait à fonder une famille. Mais il savait bien qu’avec le train de vie qu’il menait, il n’aurait pas beaucoup de temps à accorder à ses futurs enfants, et ça le chagrinait. Il se demandait comment serait la relation avec son fils si ce dernier avait survécu à ses premières semaines. Kieran aurait aujourd’hui cinq ans. Il s’était imaginé un enfant trainant toujours à l’hôpital, juste pour passer du temps avec son père. Mais depuis cinq ans, James se battait contre son deuil. Il est malheureusement tiré de ses songes par l’annonce qu’il craignait. Son frère est bien le père de l’enfant de Tammy, et son visage se décompose. Il s’est mis dans de beaux draps. Son frère était, il n’y a pas si longtemps, un drogué qu’il a fallu aider. James voudrait le surveiller comme le lait sur le feu, mais il n’a pas le temps pour l’espionner. Aussi, il a de la peine pour Tammy, parce que s’il a vécu la situation lui-même, il ne sait pas si son frère serait du genre à accepter de faire face à ses responsabilités. Un peu groggy par cette annonce, il se redresse, grimaçant, faisant la moue. « Danny, père… Wow. Je t’avoue que je m’en doutais, mais ça me fait bizarre… » Son petit frère a bien grandi, mais il fait encore des erreurs, car à entendre Tammy, il l’a quittée et tout finit par faire sens dans sa tête. C’est Danny le fautif, c’est lui qui a mis un terme à leur relation, ignorant probablement qu’il l’avait mise enceinte. « Oh. Je vois. Je crois qu’une discussion s’impose avec mon petit frère. » Il irait le trouver pour mettre les choses à plat, ça ne fait aucun doute, lui qu’il avait surpris avec un joint il n’y a pas si longtemps. Il était hors de question qu’il se comporte de la sorte. Soupirant et arborant un sourire compatissant à l’attention de la jeune femme il commença à faire des conclusions : « C’est pour ça que tu es partie, je me trompe ? » Mais il ne fallait pas qu’elle fuie la situation, car elle était trop importante. Il s’agissait d’un enfant, d’un Arryns qui plus est. James n’accepterait pas que son frère fasse n’importe quoi. Pour autant, il ne pouvait s’empêcher de chercher à le protéger un minimum : « Il est pas méchant Danny, tu sais, il est juste un peu paumé parfois… Mais je peux essayer d’arranger les choses si vous voulez… » Toutefois il ne pouvait pas faire l’annonce de sa grossesse à sa place. Elle allait devoir être forte. Il prit la main de Tammy pour la rassurer : « Ne serait-ce que pour le bien de mon neveu, il ne peut pas négliger un enfant, il doit prendre ses responsabilités. » Il y veillerait. Un enfant a besoin de ses parents unis. Reste à savoir si Danny aimait Tammy, ou s’il préférait son ex. Ca, c’était une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   Lun 30 Nov - 9:17


after seven months without any news.


Lorsque je vais mal, que je sens ma famille trop loin de moi, il m'arrive de me dire que Danny est sans doute la plus grosse erreur de ma vie et que si je devais le refaire au lieu de l'avoir embrasser la première fois, j'aurais du lui mettre un coup bien placé.  « Danny, père… Wow. Je t’avoue que je m’en doutais, mais ça me fait bizarre… » Lorsque l'on voit Danny, il est certain que l'on ne s'attend pas à ce qu'il devienne père, bien trop immature, trop dans son monde. Un vrai adolescence… Il a oublié de grandir, de prendre des responsabilités. Et j'étais certaine qu'au fond, les responsabilités cela devait lui faire peur. « Oh. Je vois. Je crois qu’une discussion s’impose avec mon petit frère. » Je doutais qu'avec une discussion il puisse tout arranger. Et puis s'il avait toujours son ex en tête, vous pensez que cela peut être un bon milieu de vie pour le bébé ? Je voulais le mieux pour mon enfant et dans un premier temps, je ne voulais pas que mon fils se retrouve déjà avec une belle mère. Et bon dieu connaissant Danny, à quoi ressemble cette fille ? Si elle appartient à son passé je crains le pire. « C’est pour ça que tu es partie, je me trompe ? » En effet, je ne voulais pas finir déprimée à San Francisco, seule, chez moi avec pour seul ami une tasse de chocolat au lait. Je hochais tout bêtement la tête, terminant mon assiette. « Il est pas méchant Danny, tu sais, il est juste un peu paumé parfois… Mais je peux essayer d’arranger les choses si vous voulez… » Il n'avait pas tord, Danny n'était pas méchant, mais bien trop enfantin. Notre relation même avant notre départ l'était, nous étions comme deux adolescents qui désiraient prendre du bon temps, bien que j'avais en tête un autre futur avec lui. « Je pense qu'il a son destin entre les mains, et qu'il ne faut en aucun cas le pousser dans ses choix, il doit se débrouiller seul, et surtout grandir. » Parfois, je doutais fort que Danny et moi nous puissions nous mettre ensemble, car au fond j'aurais toujours cette peur qu'il me quitte soudainement pour une autre, ou qu'il prenne la fuite à la première dispute.  « Ne serait-ce que pour le bien de mon neveu, il ne peut pas négliger un enfant, il doit prendre ses responsabilités. »  Je voulais le mieux pour mon enfant et il est certain que je préférais son bonheur avant le mien, car mon principal bonheur sera e voir son petit sourire chaque jour. « Je n'attendrais pas Danny encore et encore. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   Mar 1 Déc - 11:31

La situation était vraiment délicate. Jamais il n’aurait cru que l’histoire se répèterait. Il se revoyait quelques années auparavant, à la différence près que Sasha n’avait pas attendu sept mois pour lui annoncer qu’il était le père de son enfant. Si la nouvelle lui avait fait un choc, il avait vite compris qu’elle comptait le garder, et il n’avait pas eu d’autre choix que d’accepter et de faire en sorte d’être disponible pour elle. Il espérait que son frère, une fois au courant, en ferait de même. Mais Danny était bien différent de ce que James avait toujours été. Aussi, il doutait que son frère veuille entendre raison, mais il valait mieux essayer de lui ouvrir les yeux. Tammy refusait cependant que James se mêle de leurs affaires et s’il pouvait le comprendre, il jugeait bon d’intervenir. Finissant son assiette, buvant son verre d’eau d’une traite, il rétorqua : « Je ne tiens pas à le pousser sur une voie plus qu’une autre, mais il faut qu’il prenne conscience que chaque acte a des conséquences, et qu’il faut assumer. C’est comme ça qu’on grandit. » Il était passé par là. Il parlait en connaissance de cause. James n’avait jamais autant évolué qu’au contact de la femme qu’il avait mise enceinte. Et pourtant, il ne l’avait pas aimée. Mais ce bouleversement les concernait tous les deux. Le cas de Tammy était plus complexe car elle allait mettre son frère devant le fait accompli puisqu’il n’avait même pas le droit de lui demander d’avorter. Il risquait de mal le vivre, aussi, mieux valait que James s’implique davantage pour protéger les intérêts de chacun. Conscient que Tammy risquait de mal vivre l’abandon de Danny si ce dernier n’était pas enclin à se muer en bon père de famille, il tentait pourtant de convaincre la jeune femme que son frère pouvait entendre raison si elle le laissait faire. « Je ne voudrais pas que mon frère te laisse tomber au moment où tu en as le plus besoin. Même si au final vous ne faites pas votre vie ensemble, mais il se doit d’être présent pour son fils. » Mais Danny était encore dans des délires de jeunesse, et il n’était pas sûr qu’il souhaite se priver de tous ses petits plaisirs coupables pour Tammy alors qu’il semblait avoir une autre femme en tête. Puisque tout cela ne présageait rien de bon et que la jeune femme semblait lasse d’attendre, il lui recommanda de ne pas insister si toutefois l’issue n’était pas celle qu’elle attendait. « Ne l’attends pas, Tammy, fais ta vie, mais j’espère qu’il saura quand même te montrer un peu de respect. Même si cet enfant tu le veux et que tu es prête à l’élever seule. » C’était triste de se dire qu’un enfant allait naitre ayant ses deux parents, mais que ces derniers n’étaient pas sur la même longueur d’onde le concernant. En revanche, James lui, était prêt à assumer une part dans cette histoire. S’il le fallait, il serait présent pour Tammy, il serait là pour la soutenir et même pour veiller sur son neveu. A défaut d’avoir un fils, il trouverait écho à sa situation dans les yeux de cet enfant. « En tout cas, moi je serais là en cas de besoin, que mon frère choisisse de faire face ou non, je te laisserais pas tomber. » Il posa sur elle un regard empli de bienveillance, sincère au possible.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (after seven months without any news/James.)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(after seven months without any news/James.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Expédition Bismarck - reportage de James Cameron
» Naval news in the world
» Site News Parfums
» Tout St James en Normandie.
» Le nouveau James Bond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: