AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 don't let the lights go down (gale)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: don't let the lights go down (gale)   Lun 11 Jan - 9:22


✻ ✻ ✻
I miss you when the lights go out
It illuminates all of my doubts
Pull me in hold me tight don't let go
Baby give me light


Lena ne savait pas si elle avait bien fait. Elle avait pris la décision de postuler pour le poste de chef de la chirurgie, mais elle se n'était peut-être pas le meilleur choix qu'elle est fait. Ce n'était pas un bon moment pour ça, mais elle savait que l'occasion ne se représenterait pas de sitôt. Entre sa rupture avec Jaxson, le retour de Gale et l'existence de Charlie, Lena se cachait derrière ce qu'elle connaissait le mieux : son travail. Elle s'y investissait corps et âme, passait beaucoup de temps à l'hôpital. Mais de postuler pour ce poste, de se lancer dans cette compétition, ça lui paraissait maintenant insensé, elle en avait déjà l'esprit tellement occupé. Lena regarda l'heure à sa montre et poussa un long soupir. Elle aurait dû quitter une heure auparavant déjà. Lena était épuisée, elle passa à son bureau, rangea quelques papiers et accrocha son sarrau. Elle revêtit son manteau et marcha jusqu'à l'ascenseur. L'attente lui semblait interminable. Maintenant qu'elle avait retiré son sarrau, elle n'avait qu'une envie et s'était de retrouver le confort de son foyer. Elle pénétra dans l'ascenseur la tête baissée et se posa contre la paroi de l'ascenseur. Celui-ci s'arrêta à deux étages, se vidant complètement. Elle ferma les yeux, attendant la dernière sonnerie. Lena sursauta lorsque l'ascenseur s'arrêta brusquement. Elle sursauta d'autant plus lorsqu'elle réalisa qu'elle n'était pas seule dans l'entreprise. Gale. Elle fronça es sourcils et poussa un soupir. Elle n'était même plus apte à dissimuler son humeur. C'était la dernière chose dont elle envie en ce moment. Rester coincée avec son ex-mari, enfin son mari, dans cet ascenseur. Elle cliqua sur le bouton d'urgence, mais elle avait très peu d'espoir. Lena savait très bien comment cela fonctionnait. S'il n'y avait pas de patient ou de vie en jeu, cela ne serait pas pressant. C'était la première fois que Lena revoyait Gale depuis leurs retrouvailles, depuis le baiser. Elle ne voulait pas croiser son regard, elle le redoutait. « J'espère que tu n'étais pas pressé. » Lena secoua la tête et réappuya sur le bouton d'urgence. Apparrement, elle ne revêtirait pas son pyjama d'ici peu. Elle posa ses effets personnels et retira son manteau. « Tu as vraiment décidé de rester. » Elle le savait, elle l'avait su dès qu'il avait lancé cette possibilité lors de leur dernière rencontre. Elle le connaissait trop bien, depuis toujours. Mais, elle ne s'était pas doutée qu'il n'était plus seul.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: don't let the lights go down (gale)   Mer 13 Jan - 6:05



We don't want the world to see us
Like we are
We should never have even gone this far
Walk away darling
Don't look back for me baby
Walk on


Les fins de journées. Le meilleur des moments pour beaucoup de monde. Pas pour Gale, chirurgien de métier, accumulant les heures supplémentaires et autres garde. Un avaleur de travail, il était acharné. Après tout, il était certes né une cuillère en argent dans la bouche, mais ses relations difficiles avec sa famille l’avaient forcé à trouver très tôt du travail pour toucher des doigts ses rêves de chirurgie. Souvent on lui demandait ce qu’il avait motivé, ce qui le motive encore aujourd’hui à être chirurgien, surtout qu’il était sacrément bon dans son boulot. Il répondait que c’était écrit, ou parfois il citait simplement un morceau de country qui lui passait par la tête, peu importe si oui ou non la phrase était adéquate à la situation. Mais ce stakhanoviste du travail avait ses limites malheureusement, et il fallait bien qu’il rentre. Il était content de lui, faisait bonne impression et commençait peu à peu à refaire son trou. Les choses s’étaient un peu apaisées, même si depuis cette fameuse journée où il s’était disputé avec Lena il ne l’avait plus revue. Non pas qu’il l’avait évitée, mais il ne pouvait certainement pas la pressée. Il imaginait aisément dans quel état elle pouvait être par l’entière faute de Gale. Revenir, c’était culotté de sa part. Mais Gale était comme ça, réagissant toujours au quart de tour. C’était toujours de l’impulsivité gratuite, sans réel but. Après tout qu’attendait-il en revenant à San Francisco ? Divorcer ? Il fallait bien, après tout il s’était engagé avec Charlie à présent. Il était dans ses pensées et la fatigue n’aidant pas, il n’allait certainement pas trouver la solution sur le moment. Si il avait un bureau en que chef de service, il ne s’en servait que de débarras pour ses affaires. Il rentrait alors dans cette pièce relativement poussiéreuse où il ne passait guère plus de 3 minutes montre en main. Se changeant à la va-vite, presque comme si il courait pour sa vie, on voyait en lui le désir de s’allonger et enfin se détendre. N’étais-ce pas le but ultime après tout ? Être satisfait de son travail, de son labeur et dormir sur ses deux oreilles. Marchant tranquillement, il fit un petit tour dans son service, puis décida avant de partir de prendre l’air sur le toit de l’hôpital. Une vieille habitude chez lui, monter sur le toit. C’était une de ses bizarrerie, une de ses manies qu’on explique jamais chez quelqu’un. Cela lui donnait un sentiment de liberté, de bien-être. C’était bien entendu quelqu’un de très terre-à-terre, il n’aimait que très peu voyager, c’était quelqu’un de posé, mais parfois, une bouffée d’air frais ne faisait pas de mal. Il pouvait enfin partir, sa journée était finie. Entrant dans l’ascenseur, il commença à tapoter machinalement son téléphone, cherchant si il n’avait pas eût d’appel en absence ou de sexto … Et rien n’apparaissait. A moitié déçu, il leva la tête et s’aperçu que l’ascenseur était rempli … Toujours remplies ces machines. Il vit alors monter dans ce dernier Lena. Il ne l’avait pas vue depuis ce baiser, elle n’avait même pas l’air d’avoir prêté attention à lui. Ironiquement, cela lui rappelait leur première rencontre, où il avait directement flashé sur elle au premier regard, s’en était d’ailleurs suivi un longue cour qui avait finalement porté ses fruits. Ils étaient tous les deux au début de leur internat et s’en était suivi  plusieurs années de passion simple et paisible. Ils s’étaient mariés, pleins de projets pour leurs vies futures, mais Gale avait décidé qu’il ne pouvait plus rester à San Francisco. La pression familiale était trop forte, certaine choses s’étaient passées ce qui avait poussé Gale à tout quitter et au final, sa femme en avait fait les frais. Il la fixait depuis qu’elle était entrée. L’ascenseur se vida et il ne restait finalement que les deux ex-mariés encore mariés. Puis cette stupide machine se bloqua, comme si le destin voulait absolument les réunir. On entendit alors Gale marmonner certains mots dont la bienséance oblige à censurer, mais il était certain que c’était un langage fleuri. Il jeta un rapide coup d’œil à Lena qui cette fois-ci s’était bien rendue compte que Gale était présent. Toujours un temps de retard me direz-vous. Gale s’approcha alors des portes coulissantes de l’ascenseur, voir si il était possible de l’ouvrir manuellement, mais bien entendu aujourd’hui, les ascenseurs étaient devenues de vraies cages « pour la sécurité de tous ». Il entendit alors Lena lui adresser la parole … Il était vrai qu’ils n’avaient toujours rien dit pour l’instant. Bien sûr qu’il était pressé, pressé d’aller dormir. Trop fatigué pour montrer son agacement ou sa colère il se tourna vers Lena : « - Tu me parles toi maintenant ? » Ils travaillaient dans le même hôpital, ils s’étaient déjà croisés depuis que Gale était revenu travailler au Menphis Wave et il avait la légère impression que Lena l’évitait. Si il pouvait la comprendre, il n’acceptait pas non plus la situation actuelle, notamment avec les bruits qu’il avait entendu sur Lena depuis son retour. « - Rassures-moi tu ne l’as pas fait exprès pour me sauter dessus ? Et oui j’ai décidé de rester … Mais je sais déjà ce que tu en penses. » Le dos tourné à Lena, Gale sentait que ce petit huis-clos allait durer longtemps … peut-être même trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
 
don't let the lights go down (gale)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ASSOCIATION AMBER LIGHTS ?
» La gale
» Médecine légale: les policiers mécontents !
» La fessée bientôt illégale ?
» Vannes. Des policiers et des gendarmes confrontés à la gale !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: