AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 straight for the knife {elsa, binki, wyatt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Lun 7 Déc - 19:58

straight For The Knife
COLOC DU DAWA
c'est une nouvelle journée qui s'achève. le soleil qui se couche, Giulia qui rentre, crevée mais pas de si mauvaise humeur que ça. la preuve, elle vient de faire sa bonne action de la journée. ramener de la bouffe pour tout le monde. pour les médecins qui vivent avec elle, dans cette appartement, cette colocation étrange, bordélique. aux relations conflictuelles, souvent explosives. mais pour une fois, elle s'est dit que partager un repas avec ceux qui sont là, ça pourrait être pas mal. parce qu'ils bossent tous, toute la journée. et au final, ils sont jamais ensemble. où très peu. mais, elle se dit, que c'est peut-être mieux, parce qu'ils ont tous des relations étranges. quelle belle connerie de venir se fourrer là dedans. mais c'est trop tard, puis, c'est pas si mal, d'être entourée. de plus être seule dans un appart froid. elle claque la porte en rentrant, en se disant, qu'eux au moins, même s'ils sont un peu tous des gosses -elle comprise- ils mettent de la bonne humeur. de la joie entre ces murs blanc, c'est ça, qui lui manque le plus. de pas pouvoir faire ses blagues à la con, de pas pouvoir se marrer, de n'avoir personne avec qui partager le fond d'une bouteille de jack daniels où la fin d'un joint. c'est pas très évolué, ça fait un peu lycéen, mais elle s'en tape. elle profite de l'instant présent, des gens avec qui elle habite. de toute façon, c'est pas son de se prendre la tête, Giulia. tout le monde le sait. elle se tape de tout, de tout le monde. alors quand elle rentre en gueulant et quand elle balance la bouffe sur la table basse du salon, elle sait bien, que personne va venir lui reprocher quoi que se soit. mais c'est pas non plus son genre d'attendre sagement que les autres viennent la rejoindre. alors elle s’assoit, ouvre une bière (seul composant du frigo, soit dit en passant) et choppe un plat. le chinois, c'est le plat de base des médecins et Giulia elle fait pas exception à la règle. - elsa y'a du chinois si t'arrête de faire la gueule. y'a de la moquerie dans sa voix, c'est pas méchant. elle sait bien, elsa, elle est pareille qu'elle avec ses blagues douteuses, son humour de merde. mais Giulia, elle l'aime trop elsa. sauf que voilà, depuis quelques jours, c'est le silence. ses blagues qui font plus rire, les mots à peine échangés. Giulia qui comprend pas, Giulia qui fait pas vraiment attention à ces choses là, pourtant. mais voilà, elle veut comprendre, alors à sa manière, elle demande. elle fait comme elle peut, avec ses remarques teintées d'humour et son grand sourire moqueur. Giulia quoi.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Lun 7 Déc - 20:49

straight for the knife.
this is war.
elsinki & wyatt & giulia.
Allongée sur son lit à regarder une thoracotomie, Elsa était dans son élément. Certains de son âge regardaient des séries, d'autres des films, en réalité n'importe quel humain regardait ce genre de chose, mais pas Elsa. Elsa pour passer le temps, pour se détendre, parfois même pour s'endormir, elle regardait des opérations de rêve, elle regardait un homme se faire ouvrir la poitrine et se faire retirer un corps étranger se trouvant entre ses poumons. Binki l'avait quitté il y a plus d'une heure, se rendant compte à quel point sa meilleure amie était parfois dérangée ou trop accroc à la chirurgie, chacun avait son propre opinion là dessus. Entendant la porte se refermer, Elsa leva les yeux au ciel, s'agaçant déjà de l'arrivée de Giulia au sein de leur maison, un de ces quatre il faudrait faire un vote pour l'exclure, après ça, elle promettrait de cuisiner pour tout le monde, c'était une chose assez rare mais chacun avait déjà eu la chance de goûter ses lasagnes, la seule chose qu'elle arrivait à la perfection. Gardant en tête le vote pour exclure la blonde de la maison, Elsa descendit les escaliers avant de se rendre dans la cuisine ignorant royalement la jeune femme. Elsa et Giulia avaient été amies, mais il y a une chose que sa camarade n'aurait jamais dû faire : coucher avec Wyatt. Wyatt était à elle, la nuit qu'ils avaient partagés avait été spéciale, il lui avait fait comprendre qu'elle était plus qu'un coup d'un soir et après ça il avait été coucher avec leur colocataire, cette même colocataire qui semblait être son amie et qui savait Elsa plus que bouleversée par cette nuit qui pour une fois n'avait pas été que du sexe. Ainsi en apprenant leur petite coucherie, Elsa avait tout simplement idée de les ignorer, de faire comme s'ils n'existaient pas. Au moins l'équilibre de la colocation n'était pas menacée car il était clair que si elle devait se laisser aller, il ne resterait pas grand chose de leurs corps. Attrapant une bouteille d'eau qui se trouvait dans le frigo, Elsa pensa simplement retourner dans la chambre sans un mot, avant ça c'était avant que Giulia ne lui tente le bâton pour se faire battre. « Garde ta bouffe Judas. » S'apprêtant à quitter la pièce, elle leva les yeux au ciel en voyant Wyatt rappliquer, forcément il fallait qu'il soit là. Elle n'avait qu'une envie, le frapper, non en réalité, elle voulait les frapper tous les deux, ensuite leur retirer leurs organes et pour finir les brûler, Binki viendrait sûrement l'aider, elle n'était pas sa meilleure amie pour rien, en y réfléchissant elle était peut-être la seule sur qui elle pouvait compter. « Tiens voilà Roméo, je vous laisse, je ne voudrais pas déranger votre dîner en tête à tête, à moins que Giulia tu ne décides d'ajouter ton mari. Ah parce que oui Roméo, ta Juliette a été mariée. » Coup bas peut-être, mais au moins peut-être que la blonde comprendrait que non seulement ce n'était pas une bonne idée de venir la chercher, mais en plus de ça qu'on ne touchait pas à ce qui lui appartenait.  
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Lun 7 Déc - 22:48


Quelle magique et brillante idée nous avons eu, Binki et moi-même, il y a de ça six mois de vouloir agrandir notre colocation pour faire plus de vie dans notre dawa national ! FAUX. Totalement faux. Enfin, pas totalement, mais presque. Deux, c'était pas assez. Mais six, c'est peut-être un peu trop. Les personnalités de chacun, les envies de chacun, les rythmes de vie de chacun. Ce n'est pas des plus simples à combiner, mais on s'était dit qu'on ferait des efforts et qu'on y arriverait. Et on a réussi. Mais gérer les relations de chacun, les états d'âme de certain(e)s et les attirances des autres, ça n'était pas prévu et ça n'est pas gérable. Pas du tout. Comment je suis censé rentrer détendu chez moi quand je couche avec la fille dans la chambre en face, que j'entretiens une pseudo relation de faux couple avec celle en diagonale et une amitié plus ambigüe avec celle à ma gauche ? Comment je suis censé faire ? Je ne suis qu'un homme et il y a bien trop d'oestrogène à gérer dans cet appartement pour moi !  Certes, il y a aussi Zackary mais pour moi il est et restera Baby Zack vous voyez... Je pense que sa virilité en a pris un coup dans l'appart'. Par ma faute, je sais. Qui sait, on risque d'être surpris un jour ou l'autre. Mais pour le moment, c'est moi qui risque d'être surpris.
Premièrement, surpris par l'odeur alléché du repas chinois qui entre dans l'appartement. Deuxièmement surpris par Elsa qui m'appelle Roméo avec un air plus que haineux dans la voix et dans le regard. Troisièmement surpris par l'existence passée ou présente d'un mari pour la blonde de la coloc. Une quatrième surprise à venir ou ça suffit pour le moment ? Je n'ose même pas imaginer la tête que je dois avoir, les sourcils froncés, le regard vacillant entre mes deux chères colocataires. Et dire que je ne pensais qu'à suivre mon estomac... Ca m'apprendra ! " Quoi ? Qu'est-ce tu racontes ? C'est vrai ce qu'elle dit ? Et toi, tu savais ? " Première question pour Crazy Wells, deuxième pour Sexy Castaldi et troisième pour Sweety Getzler qui a pointé son nez juste après moi, passant le pas de sa chambre. Hm, cette soirée s'annonce mouvementée. Vive le riz cantonais !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Mar 8 Déc - 18:28


Cela faisait une heure que Binki était enfermée dans la salle de bain à  faire la chasse aux poils disgracieux, en utilisant la cire de Giulia, persuadée que les conneries enseignées à l'université sur l'évolution n'étaient que de vulgaires mensonges et que l'homme, comme l'avait raconté Darwin, ne pouvait descendre que du singe vu ce qui parsemait sa peau. Heureusement qu'elle n'avait pas hérité des mêmes gènes que sa tante (au second degré) Alysson. La sélection naturelle avait permis, visiblement, aux générations de se débarrasser des caractères: mono-sourcil et barbe. Binki détestait avoir à faire ces soins particuliers elle-même, préférant rendre visite à son esthéticienne dès que les repousses venaient saluer sa face.

Elle prit une profonde inspiration, elle détestait la cire et encore plus ces bandelettes qu'il fallait frotter. Ça lui demandait bien trop d'effort  et bousillait son temps libre, cela l'agaçait au plus haut point. Elle avait abandonné le rasoir le jour où elle s'était arrachée la peau ( allant faire un tour aux urgences, vu l'hémorragie qui avait suivi). Un incident qu'elle ne comptait plus jamais réitérer. Elsa lui avait proposé son aide mais, elle avait décidé de refuser, préférant laisser son amie à sa thoracotomie. Binki adorait son métier et la science mais, elle s'interdisait de ramener le boulot à la maison. C'était un coup à caillasser sa vie privée. Il fallait quand même reconnaître qu'elle avait mal géré son coup en acceptant de cohabiter avec des confrères. Elle quitta la salle de bain, jetant l'éponge et alla s'enfermer dans sa chambre, croisant Giulia au passage et cette délicieuse odeur de bouffe chinoise. Cela faisaient quelques jours qu'Elsa ignorait Giulia et Wyatt. Binki n'était pas au courant des raisons cependant, elle avait bien l'intention de creuser un peu. Cela faisaient donc quelques jours que Binki gardait ses distances avec Giulia et Wyatt par solidarité avec Elsa. Elle n'avait pas besoin de savoir pourquoi, elle connaissait suffisamment Elsa pour comprendre que le motif devait être bon. Elle enfila un peignoir et ouvrit la porte de sa chambre lorsqu'elle se retrouva prise dans la bataille, bien malgré elle, captant des bribes des piques qui avaient été lancées. Elle haussa les épaules, ouvrant grand les yeux. « Savoir quoi ? Si on m'expliquait la situation, peut-être que je saurai répondre à ta question, posée sur un ton vachement accusateur, je précise » - cracha-t-elle, fusillant Wyatt du regard. Elle croisa les bras sur sa poitrine, orientant son attention sur Elsa et Giulia. « J'ai raté un épisode ou quoi ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Mar 8 Déc - 21:16

straight For The Knife
COLOC DU DAWA
c'est la blonde qui manque de s'étouffer quand elle entend la réplique de la brune. elle peut pas avoir dit ça. c'est pas possible, c'est une blague, c'est pas elle. pas elsa, qui dévoilerait le pan le plus douloureux de son passé. pourquoi elle ferait ça, pourquoi elle l'aurait appelé Judas, pourquoi, qu'est ce qu'elle avait bien pu lui faire. puis, enfin, dans son cerveau, ça fait le lien. parce qu'elle a appelé Wyatt "Roméo" et elle "Juliette". parce qu'elle vient de frapper là ou ça fait mal, là ou ça détruit. là ou le souffle se coupe, là ou la plaie n'est pas encore guérie. mais comment, elle peut la détester à c'point. comment elle ose franchir cette ligne là, cette limite. comment. c'est l'incompréhension, la douleur qui s'efface pour laisser place à la colère. la rage, sourde et profonde. qui déchire son corps, qui fait battre son cœur trop fort dans sa poitrine. elle savait, ô combien, ça pouvait lui faire mal. parce qu'à force de masquer sa peine, c'est toujours plus douloureux quand on la laisse sortir. alors elle se lève, lui fait face. à celle qui vient de cracher sur leur amitié, sans vergogne. sans hésitation. tout ça, pourquoi, pour Wyatt. pour eux qui ont couché ensemble. ça la dégoûte, elle, c'qu'elle vient de dire. ça fait trembler de rage son corps, parce qu'elle sait bien qu'il faut pas chercher Giulia et qu'il faut pas non plus la chercher elle. mais c'est trop tard, c'est les hostilités qui viennent d'être lancées. c'est Wyatt qui comprend pas, qui demande la vérité. c'est Binki qui demande des explications. et Giulia qui tente de maitriser sa colère, qui enfle, qui fait naître cette douleur sourde dans son cœur, dans tout son corps. ça manque de la faire flancher, mais quand même, elle plante son regard dans celui d'Elsa. de celle qu'elle a trahit, sans vraiment le vouloir. en couchant avec celui qui était important à ces yeux. elle sait bien, que c'est mal, qu'elle aurait pas du. mais voilà, c'est fait et elle vient de balancer quelque chose de bien plus personnel, de bien plus douloureux. - joue pas à ça, Elsa. t'as autant à y perdre que moi. voix qui gronde, avertissement froid. parce qu'elle aussi, elle connaît certaines choses. et c'est certain qu'elle ne voudrait pas que tout le monde soit au courant. enfin, Wyatt. qui ne sait rien, de certaines coucheries. mais elle veut pas s'en servir tout de suite, elle veut pas, ce serait trop simple. elle contourne le canapé, se plante devant elle. y'a la colère qui luit dans ses iris, qui fait vibrer son corps. mais elle est trop proche d'elle, trop pour que ça parte pas. trop pour qu'elle déverse pas sa rage. parce que c'est elle, qui cherche. elle qui provoque. et Giulia qui va jouer. - t'es ridicule. comment tu peux m'en vouloir d'avoir couché avec lui. c'est pas comme si je l'avais forcé. haussement de sourcil petit rire mesquin, moqueur. c'est presque amusant, d'être aussi méchante. parce qu'elle sait très bien, dans quoi elle s'engage Elsa, a provoquer Giulia comme ça. et c'est presque amusant aussi, parce que Wyatt n'a jamais semblé s'en vouloir d'avoir couché avec elle. au contraire, même. et puis, ils ne sont pas en couple, où alors l'un des deux n'était clairement pas au courant. et puis, c'est finalement cette envie d'être méchante elle aussi. parce qu'elle doit pas être la seule à frapper là ou ça fait mal, là ou c'est déloyal. alors, elle s'approche un peu. avec ce sourire, qui annonce déjà, quelque chose de méchant. avec ces yeux, qui brillent de douleur et de rage. c'est pas joli à voir, elle pense même pas aux autres. elle répond pas à Wyatt que oui, elle a été mariée, elle répond pas à Binki, pour lui expliquer la situation. qu'elle voit qu'elle et elle entend qu'elle. elle qui l'a provoqué et qui pensait qu'elle allait se laisser faire. mais de toute façon, Wyatt va bien se douter, que c'est vrai, on invente pas ce genre de choses. et Binki va pas tarder à comprendre. alors elle peut se concentrer elle, réfléchir, comment la blesser. comme elle vient de le faire. - mais moi, contrairement à certaines, je couche pas avec mes titulaires parce que je suis pas assez douée pour réussir toute seule. grand sourire qui s'étale alors qu'elle crache son venin. la garce. elle parle pas que de Wyatt, bien évidemment, elle parle surtout de la jolie blonde qu'elle s'est tapée. elle est proche d'elle, elle attend juste. la riposte. physique où verbale. c'est pas Elsa qui lui fait peur. ce qu'elle peut révéler, en revanche, un peu plus. mais elle montre rien, mis à part ce petit sourire méchant au coin de ces lèvres.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Mar 8 Déc - 23:43

straight for the knife.
this is war.
elsinki & wyatt & giulia.
Oui Elsa avait été loin, oui elle avait trahie la confiance de son amie, mais pour sa défense tout cela était la faute de Giulia car elle était son amie, forcément elle savait qu'Elsa s'était plus ou moins attachée à Wyatt, moins que plus à présent, elle l'avait trahie en couchant avec celui qu'elle convoitait ou du moins qu'elle était sur le point de convoiter, alors en tant que véritable amie, elle aurait dû mettre des barrières au garçon, lui dire d'arrêter de jouer comme ça avec elle, avec elles. Non au lieu de ça, comme toujours, elle avait écarter les cuisses, d'un autre côté, Elsa pouvait-elle s'attendre à mieux de la part de sa blonde ? Pouvait-elle vraiment croire qu'elle l'aurait repoussé. Quelle naïveté. Riant doucement au menace de la demoiselle, Elsa tenta tant bien que mal de garder son sérieux, elle avait grandie avec deux frères avec qui elle avait dû se battre depuis son enfance pour se faire respecter, évidemment qu'elle ne la craignait pas, il lui était même arrivé de se battre dans un bar pour faire comprendre à un garçon trop avenant avec Binki alors que son amie n'en avait pas envie, de rapidement déguerpir, une fois elle s'était même battue avec une infirmière, encore dans un bar, car cette dernière avait eu le malheur lui verser son verre sur sa dernière chemise, mauvaise idée. Tout comme cela était une mauvaise idée de la part de Giulia de venir la menacer, visiblement la jeune femme n'avait pas eu vent de son crochet du droit ou bien, et cette fois ci c'était Wyatt qui pouvait en témoigner, de la force qu'elle pouvait mettre dans une gifle. « Non tu ne l'a pas forcé pas Giulia, en réalité tu es plus celle qui demande, visiblement tu es incapable de dire non, c'est peu dire que ce qui se trouve entre tes jambes ressemblent plus à une autoroute qu'autre chose vu le nombre de fois où l'on t'ai passé dessus. » C'était méchant, blessant et Elsa avait un sourire narquois plaqué sur le visage. C'était une garce, la reine des garces, n'était pas frozen heart qui veut. Tout comme sa camarade elle ignorait parfaitement ses colocataires bien trop engagée dans le combat qui pointait le bout de son nez, néanmoins en entendant la demoiselle dévoilée à tous sa dernière conquête en date, Elsa dû se retenir de ne pas lui éclater la face contre la table, comment osait-elle tout d'abord, d'exposer ceci devant Wyatt, mais pire encore de sous-entendre qu'elle avait besoin de ça pour réussir, elle était Elsa Wells, rien que son nom indiquait qu'elle était faite pour la chirurgie, cardiaque encore plus. Son père avait dirigé cet hôpital d'une main de fer durant de longues années, avaient remportés les prix les plus prestigieux et les plus convoités de leur métier, elle était arrivée major de sa promo à Harvard et plus que tout elle était en avance sur n'importe lequel de ses camarades internes en ce qui concernait la cardio. Alors non, elle n'avait pas besoin de coucher pour réussir. « Oh je vois, c'est la seule chose que tu as trouvé. On sait toutes les deux, comme tout le monde, que je suis née pour la chirurgie. Je veux dire, je suis une Wells, évidemment que je suis douée. Certains comme toi sont obligés de s'entraîner, chez d'autres comme chez moi, c'est inné. Alors oui j'ai couché une fois avec une titulaire, ortho en plus rien à voir, mais visiblement moi, contrairement à toi, je n'ai pas besoin d'ouvrir les cuisses pour réussir. D'ailleurs tu devrais un peu plus les refermer, quelle image tu donnerais à ton gosse s'il te voyait ouvrir les cuisses à chaque fois qu'on appelle ton nom ?!. » Encore une pique et cette fois ci elle savait parfaitement que cela allait se loger en plein dans le cœur. Elsa était méchante, elle savait comment faire mal, où taper. Se retournant vers Wyatt, elle le gifla avec une telle violence qu'un dixième de seconde, sa joue virait au rouge. « Toi plus jamais espère obtenir quelque chose de moi, ensuite tu devrais faire attention avec qui tu couches, non seulement elle est mariée, mais en plus elle a eu un gosse, ça devient pathétique O'Donnell. » Elle tentait tant bien que mal de faire oublier le fait qu'elle avait couchée avec une titulaire, une titulaire qui lui avait retourné le cœur, une titulaire avec qui elle se surprenait à vouloir plus. Frapper Wyatt allait forcément le mettre en colère, il allait s'éloigner d'elle et enfin il arrêterait de l'asphyxier avec son beau sourire, ses jolis mots qui avaient réussi à faire battre son cœur plus vite, ça ferait un problème en moins, une problématique de sa vie résolue, s'éloigner de Wyatt était faire un choix, visiblement c'était Alaska qu'elle avait choisie.   
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Mer 9 Déc - 0:15


L'apocalypse. C'est un peu ce que j'ai l'impression de vivre à cet instant précis au sein de mon propre appartement entre mes trois colocataires aux tempéraments de feu. Je n'arrive pas à comprendre et à réaliser comment en si peu de temps, les choses ont pu explosé à ce point là. Il a du se passer entre une à deux minutes entre le moment où je suis sorti de ma chambre pour aller récupérer mon rouleau de printemps et le moment où j'ai reçu une gifle monumentale. Deux minutes qui vont changer ma vie, qui vont changer mon quotidien, qui vont changer ma façon de voir mes colocataires, mes relations avec elles. Deux minutes qui n'étaient pas prévisibles mais qui sont arrivées et qui vont faire mal. Deux minutes durant lesquelles Binki a pris en pleine face que j'ai couché avec les deux autres demoiselles. Deux minutes durant lesquelles j'ai appris l'existence d'un mari et d'un enfant dans la vie de  Giulia. Cent vingt secondes qui m'ont aussi permis de savoir qu'Elsa se fout royalement de ma gueule. Autrement dit, une poignée de secondes qui remet en question tout ce qui formait mon quotidien et ma routine jusqu'à présent. Tout a changer. Tout. Mais pour l'instant, la priorité est de gérer le moment, de gérer la crise, de gérer ce qui se passe sous nos yeux. Le moment de ne pas laisser les choses dégénérer. Le moment de régler ses comptes sans que personne ne soit blesser. Le moment où je me prends tout ça en pleine figure et où je vois rouge. Littéralement rouge. Tant par la couleur qui s'imprime sur mes joues que pour la rage en moi. La vraie rage. La haine. Le coeur rouge et les yeux noirs. Je la hais.
Qui ça ? Elsa. Elsa je la hais. Je ne vois qu'elle. Je n'ai qu'elle dans mon champs de vision, ou plutot devrais-je dire dans mon champs de tirs. Les sentiments de  Binki seront à gérer plus tard autour d'un milkshake banane, le passé de Giulia sera à approfondir avec des nems. Mais le cas Elsa, il est à régler maintenant et sans intermédiaire pour calmer l'atmosphère. Juste elle et moi. Nos quatre yeux. Nos quatre mains. C'est donc après la claque que j'attrape fermement et instinctivement son poignet qui vient de heurter ma joue et le serre de ma poigne. Je serre vraiment. Je sens son membre se comprimer, mes os tirailler les siens. Tout ça sans la lâcher du regard. Un regard haineux, noir, méchant. Un regard que je ne me rappelle pas avoir eu envers elle ou quiconque depuis bien longtemps. " Parce que tu penses vraiment que j'aurai encore attendu quelque chose de toi Elsa ? Tu crois que j'aurai encore voulu quoique ce soit avec une fille comme toi ? Une fille capable de dire des choses aussi horribles à une soit disant amie pour une putain d'histoire de cul ?!  Alors que t'es pas mieux bordel ! Tu m'as fait toute ta scène, les yeux en coeur, en sachant pertinemment que ça ferait chier ta meilleure amie, mais là t'en avais rien à foutre hein ? Et quand tu t'es tapé ta titulaire, t'as pensé à moi peut-être ? T'as pensé à ce que je pouvais ressentir ?! " Le rythme cardiaque qui s'accélère, le coeur qui semble vouloir  s'extirper de ma poitrine, mes bras qui tremblent. Elle me met hors de moi. Hors de l'homme que je suis en temps normal. Hors de tout. Ma seconde main vient alors se plaquer au dessus de sa poitrine, presque violemment, la faisant reculer jusqu'au mur quelques pas derrière elle. " Alors peut-être que Madame Wells n'a pas besoin de son cul pour réussir mais ça ne t'empêche pas d'ouvrir tes cuisses et ta gueule sans penser au mal que tu peux faire autour de toi. Donc vraiment, ne t'inquiète pas, t'as plus du tout à te soucier de moi. Tu me touches plus, tu me parles plus, tu me vois plus. Compris ? Tu fais comme si on se connaissait pas et t'as de la chance d'être une meuf et la meilleure pote de Binki sinon je t'aurais déjà foutu dehors. " Je la hais. A ce moment précis je la hais. Pourquoi autant ? Parce que peut-être que je ressentais vraiment quelque chose pour cette énergumène. Pour une fois. Pour la seule et unique fois de ma vie. Et elle a tout brisé. D'un revers de la main. Je la hais. Je la lâche dans un mouvement aussi violent que ce que je l'ai attrapé et fais quelques pas en arrière pour ne pas faire d'autres gestes que je pourrais regretter. Mes poings se serrent, mon regard reste noir, ma mâchoire est tendue. Un long souffle s'échappe d'entre mes lèvres. Kiki, on s'expliquera plus tard, je te dois des explications. Gigi, on s'expliquera plus tard, tu me dois des explications. Pour l'instant, je ferai mieux de me calmer et de faire redescendre ma tension si je ne veux pas être votre prochain patient aux urgences... L'apocalypse, comme je disais.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Mer 9 Déc - 18:47


Sa question se suspendit dans l'air, les regards fuyèrent et ne vinrent en aucun cas se poser sur elle. Son expression faciale changea alors du tout au tout, ses sourcils se froncèrent sous l'incompréhension, ses lèvres s'incurvèrent. Elle serra les poings puis, reçut la réponse qu'elle attendait. Les réponses vinrent lui fendre la gueule avec une violence de forte intensité, rafales furtives qu'elle n'avait – malheureusement – pas vu venir. Elle demeura là, à compter les points, orientant tantôt son regard sur Giulia, puis Elsa puis Wyatt, ce scélérat. Elle chercha à prendre contact avec leurs iris, elle essaya de formuler les questions qui lui brûlaient salement les lèvres, à les dire, à évacuer la sensation qui lui dégommait le cœur. Elle avait l'impression de le porter au bord des lèvres puis, enfoncé dans son estomac. Elle avait la sensation d'une masse qui proliférait sur ses poumons et puis, elle sentait, surtout, la colère se distiller dans ses veines. Wyatt et Giulia, la vache, pensa-t-elle, déglutissant avec peine. C'était compliqué entre eux, ça l'avait toujours été. Il ne lui devait absolument rien. Et pourtant, elle se sentit trahie. Pour la millième fois depuis qu'elle avait fait sa connaissance. C'était quelque chose, qu'il se tape Elsa. Parce qu'elle acceptait de le partager avec elle. Leur relation était trop importante pour imaginer un monde sans elle. Mais, Giulia ? Putain de merde, elle aurait mieux fait de refuser qu'elle vienne s'installer là. Elle vécut ces minutes avec hébétude, renvoyée au dernier plan, celui du spectateur muet. Ce qu'elle aurait préféré, c'était être sourde, au moins, elle n'aurait pas appris les coucheries de ses colocataires – pas celles de Wyatt. Elle avait depuis longtemps cessé de l'idéaliser mais jamais cessé de le trouver paradoxalement fait pour une version moins névrosée d'elle. Elle fit un pas dans la direction d'Elsa au moment où elle sentit la tension à son comble pourtant, elle fut devancée par Wyatt qui s'en prit à elle. Évidemment, la torgnole qu'Elsa avait mis à Wyatt lui avait semblé si justifiée, qu'intérieurement, elle avait fait une ola. Et était passée outre. Mais l'agressivité qui émana à cet instant de Wyatt l'horrifia et elle ne put s'empêcher de prendre une décision. Celle de s'interposer, quoiqu'il se passe. La querelle semblait être une dispute d'amoureux. Le constat l'assomma lorsqu'elle se reprit, les choses s'étaient nettement envenimées. Binki sortit de sa léthargie et vint se placer entre Elsa et Wyatt, protectrice. Elle était furieuse et il fallait avouer que ses poings la démangeaient, de manière vraiment occulte. « PUTAIN » - hurla-t-elle, l'écume aux lèvres : « Il vous arrive quoi ? » - elle savait que cette question précise n'avait pas de réponse particulière aussi elle ne l'attendit pas. « T'as pas pu, hein ? » elle se tourna vers Wyatt , le pointant d'un doigt accusateur. « Il fallait vraiment que tu te tapes Giulia. Toutes les  écervelées que tu nous ramenais déjà ne te suffisaient pas,  il fallait vraiment que tu ajoutes Giulia à ton tableau d'chasse ? ». C'était une forme de jalousie qui s'exprimait là, c'était évident ( et pathétique). « Giulia et toi, vous foutez tout en l'air et c'est à Elsa que tu t'en prends ? On t'a jamais appris à n'pas manger là où tu chies ? ». Elle se tut, passant une main dans ses cheveux. Il fallait qu'elle les occupe sinon, Wyatt allait se manger une autre baffe ( encore plus méritée). « T'es pire qu'odieux. Si tu la fous dehors, j'pars aussi. » - comme s'il en avait quoique ce soit à foutre qu'elle reste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Mer 9 Déc - 21:48

straight For The Knife
COLOC DU DAWA
sa mâchoire qui se serre, sous l'impact de la remarque. son regard qui transperce celle qui se disait être son amie, celle qui vient de la traiter comme la plus grande des connes, comme celle qui couche avec tout le monde sans raison. mais surtout ce qu'elle dit, ce qu'elle ose dire. avouer, devant tous, comme une arme contre elle. qui fonctionne trop bien. qui coupe le souffle comme un coup-de-poing en plein ventre. qui fait tourner la tête, qui fait serrer les mâchoires trop fort. c'est le coup en plein cœur, celui de trop. c'est pas tellement, le fait qu'elle parle de ses multiples conquêtes, c'est le fait qu'elle mentionne son enfant. celui qu'elle a perdu, trop tôt pour le connaître. comment elle peut oser dire ça, à elle. à Giulia, qui s'est confiée, qui avait confiance. belle connerie ouais, parce que tout ce qu'elle entend, c'est son cœur qui lui fait mal, cette cuisante envie de vomir, ce goût âcre qui donne envie de tout casser. de la frapper, elle, avec ses paroles suffisantes, puisqu'elle se sent si forte. si puissante, si parfaite la petite princesse de la cardio. le dégoût mêlé à la peine sur son visage. la haine au mépris. cette rage qui peint ses traits et qui lui donne quand même envie d'se tirer, d'abandonner le combat. parce que ça fait trop mal, parce que son cerveau refuse d’assimiler. la claque qu'elle balance à Wyatt, qu'elle lui rappelle son histoire en pièce détachée. à nouveau, le battement que loupe son cœur. c'est toute la scène qui s'éloigne, sa colère qui alourdit sa peine. c'est Wyatt qu'elle voit s'énerver, Wyatt qu'elle voit attraper le bras d'Elsa, qu'elle entend parler méchamment, dans un état qu'elle n'imaginait pas. lui aussi, il est prit dans une sorte de rage, sombre et douloureuse. et puis Binki, qui finit pas se placer entre eux, pour pas que ça aille plus loin. Binki qui lui en veut, qui lui demande des comptes. et Giulia, qui tente de refouler sa colère, de pas exploser, la mâchoire serrée. mais c'est pas possible, elle se sait bien. parce qu'elles cherchent trop la merde, Binki et Elsa. parce que ouais, c'est peut-être pas à Elsa qu'il devrait s'en prendre. sauf que voilà, c'est les paroles des deux amies, qui cognent contre Giulia, qui lui donne envie de tout détruire, elle aussi. de frapper tout le monde, de coller son poing dans la gueule d'Elsa. c'est avec ses yeux noirs de colère, sans sourire sur son visage, qu'elle s'approche, qu'elle pénètre à nouveau dans le combat. c'est la rage, la douleur qui couvre ses traits, c'est son corps qui tremble de mépris. pour celle qui se croit au-dessus de tout le monde, de celle qui pense pouvoir parler sans en subir les conséquences. mais non, parce qu'elle supporte plus, cette tension, qui lui donne plus envie encore, de tout casser. alors c'est en face de Binki qu'elle se pose. 1er obstacle avant de pouvoir confronter Elsa, lui dire, qu'elle peut pas tout se permettre, qu'elle peut pas franchir toutes les lignes. - tu sais quoi, si t'es si frustrée que ça, d'être la seule qui Wyatt se soit pas tapé, va baiser un mec au pif et arrête de faire chier le monde. pour changer. sourire faussement compatissant, narquois, mesquin. sourire qui lui dit plutôt d'aller se faire mettre, bien profond. de pas jouer sa jalouse, parce que c'est la seule coincée dans une putain de friendzone. puis c'est Binki qu'elle pousse négligemment, d'un coup d'épaule pour se planter devant Elsa. sourire méchant, mâchoire serrée. poing tendu, parce qu'elle a trop envie, de lui coller son poing dans la gueule, justement. parce qu'elle refuse, qu'elle se serve de son enfant, de son passé pour l'atteindre. c'est pour ça, qu'elle dit rien, à personne. pour éviter ce genre de situation, de souffrances. c'est la blonde à quelques centimètres de la brune. qui sent son cœur battre trop fort, dans ses tempes. qui sent son sang pulser de rage dans ses veines. qui sent la violence dans son sourire. - mais dis-nous, elsa, ce que ça fait, pour une princesse de la chirurgie comme toi, d'être recalée au bas-rang de coup d'un soir ? ça fait quoi, d'attendre tellement plus de ta blonde, qui fait battre si fort ton petit cœur et de rien avoir en retour ? ça fait quoi de savoir que même elle veut pas de toi ? elle aussi, elle sait où frapper. faut pas croire, c'est pas la seule. c'est peut-être moins précis, plus vague. mais elle sait, que d'une manière où d'une autre, ça va l'atteindre. parce que sa jolie blonde, elle la veut. mais c'est une de plus qui ne la considère seulement comme l'erreur d'un soir. sourire moqueur, méchant, qui illumine son visage. ses yeux, qui brillent de cette lueur, de rage. encore, parce qu'elle veut encore cracher son venin, un peu plus. elle va pas quitter le combat, elle attend. elle sait bien, qu'elle en a encore en réserve, la brune. elle veut régler ce conflit, en finir puis boire jusqu’à tout oublier. y'a que ça, qui pourra panser un peu les plaies qu'elle vient de rouvrir. puis, cette envie de la frapper revient, brûlant son poing. faisant battre plus fort encore son cœur dans sa poitrine. alors c'est Giulia qui finit par plaquer son bras contre la naissance de la gorge d'Elsa. qui vient la plaquer brutalement contre le mur. elle se moque, des autres. elle veut juste lui faire ressentir cette même peine, cette douleur qui agrippe les tripes. alors, sans sourire, sans éclat de moquerie dans ses yeux qu'elle brandit son poing. serré, prêt à frapper. prêt à la cogner, c'est pas comme si elle avait peur. - t'avises plus de parler de mon passé, Elsa. c'est son poing levé, son venin balancé à nouveau. mais c'est, une seconde d'hésitation, deux peut-être. de trop. parce qu'elle vient de louper, l'occasion qu'elle avait de terminer son geste. deux secondes de trop.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Mer 9 Déc - 22:19

straight for the knife.
this is war.
elsinki & wyatt & giulia.
Elsa est fatiguée, exténué de cette lutte. Pourtant ce n'est pas tellement dans son habitude de laisser tomber, mais là ils ont réussis à lui prendre toute son énergie, elle ne fait même pas attention à Wyatt, jamais elle ne l'aurait laissé la toucher, jamais elle n'aurait accepté qu'il lui parle comme ça, mais là elle était à bout. Parce qu'elle avait enchaîné les gardes, qu'elle devait constamment jouer à cache-cache avec Alaska sans avoir où tout cela allait la mener, parce qu'elle était fatiguée de devoir réfléchir au comportement de Wyatt. Elle était au bout. Si trente secondes plus tôt elle s'était littéralement emporté sur ses colocataires, à présent elle n'avait plus la force de se battre. Elle fut presque surprise d'entendre la voix de Binki s'élever dans les airs, prendre sa défense. Heureusement qu'elle était là, sa moitié, son âmes-sœur. Un léger sourire se dessine sur son visage en entendant les paroles de la brune, ouais laisser Giulia vivre ici était une belle boulette, elle ne comprenait même pas pourquoi est-ce qu'elle avait accepté la blonde. Reprenant ses esprits alors qu'elle entendait cette dernière provoquer sa moitié, Elsa était prête à lui bondir dessus, lui arracher la gueule pour lui faire comprendre que non, elle n'acceptait pas qu'on parle comme ça de Binki. Parce que Binki, c'était un bébé, quelque chose de beau, de gentil, un truc qui vous donnait le sourire et avec qui il était impossible d'être méchant car elle était trop adorable pour ça, Binki c'était sa famille, personne ne pouvait s'en prendre à elle. Cependant Elsa garda son calme, entendant la blonde lui cracher son venin à la figure, si seulement elle savait que venait d'elle, rien ne pouvait la toucher. Elle ne connaissait même pas Alaska, encore moins leur histoire. Elle ne savait pas les regards, les sourires, elle parlait dans le vent, mais comme toujours, après tout elle n'était pas blonde pour rien. Soudain elle sentie une pression contre sa gorge, se retrouvant face à une Giulia plus qu'en colère prête à la frapper, si seulement elle savait à quel point Elsa pouvait attendre ça, juste qu'elle dérape, au moins elle pourrait se plaindre à chacun de la folie de la jeune femme et déjà qu'elle n'était pas bien aimée, cela n'arrangerait en rien son cas. Pensait-elle vraiment lui faire peur ? Clairement elle n'appuyait pas assez pour empêcher l'air de passer et prendre place au sein de ses poumons, peut-être attendait-elle qu'elle s'énerve ou qu'elle la frappe, elle était d'une bêtise sans nom. Ainsi c'est avec une lenteur infinie qu'elle repoussa violemment la jeune femme, parce qu'il ne fallait pas non plus la chercher, avant de planter son regard dans le sien. « Écoute moi bien, je fais ce que je veux, t'es pathétique, t'en prendre à Binki c'est tout ce que t'as trouvé ? Dans la friendzone vraiment ? Mais elle devrait être fière de ne pas avoir succombé à Wyatt comme les deux connes que nous sommes, il ne la mérite pas. Mais c'est sûr que toi te faire sauter tu connais ? Bah oui après tout t'as constamment les jambes ouvertes, tellement qu'on se demande encore pourquoi est-ce que t'es chirurgien, la réalité c'est que t'es trop médiocre pour accéder au palier suivant, du coup tu te tape tout ce qui bouge dans l'espoir de réussir. Quand à mon histoire, ma vie privée, tu ne sais rien alors ne parle pas. Je pense que tu es jalouse. Que ce soit de Binki, de moi ou de n'importe quelle fille qui est née avec des valeurs et une éducation. Je pense que tu es jalouse car nous sommes talentueuses, belles, intelligentes et que tu le veuilles ou non, tu ne seras pas la dixième de tout ça. » Enfin, elle détacha son regard de la jeune femme pour le poser sur Wyatt. Bon Dieu que ça pouvait lui faire mal de le regarder, toute leur nuit magique lui revenait en tête, tous leurs mots, leur tendresse, leur douceur, leurs sourires. Tout était un rappel de ce qu'il venait de briser. « J'ai couché avec elle avant nous. » Nous, parce que oui à un moment donné elle y avait pensé, maintenant qu'elle y réfléchissant qu'est-ce qu'il lui avait pris de vouloir quelque chose de lui ? « Ça c'est passé avant cette nuit là. Un mois pour être précise. Tu n'as rien à me reprocher Wyatt car depuis toi il n'y a eu personne. Tu m'as dis, du moins fait comprendre, que ça avait été spécial, que j'avais été spéciale. T'as dis que tu n'oublierais pas et deux jours plus tard tu couches avec elle ? Donc je te retourne la question, quand t'as couchée avec Giulia, t'as pensé à moi, t'as pensé à ce que je pouvais ressentir ? Évidemment que non. Alors non je vais plus te toucher, de parler ou quoi que ce soit. Mais pas parce que tu me le demande, seulement parce que tu viens de briser tout ce que t'avais mis tant de mal à avoir, parce que tu l'avais. » Il devait parfaitement comprendre sa dernière phrase. Il avait réussi ce qu'aucun autre avait un jour réussi, il l'avait elle, entre ses bras et il avait tout foutu en l'air. Encore une fois il s'était emporté au lieu de savoir la vérité, chercher un peu plus loin que le bout de son nez. Parce que oui elle avait couché avec Alaska mais cela était bien avant eux. Elle détourne lentement le regard, ne supportant plus les sentiments qui prennent places dans sa poitrine quand elle se perd dans ses beaux yeux bleus. « Couchez ensemble peu importe, mais vous êtes seuls. C'est pour ça que vous écartez constamment les cuisses, vous êtes seuls et c'est triste. J'ai de la peine pour vous plus qu'autre chose en fait. » Attrapant sa veste qu'elle enfila rapidement, elle frôla la main de sa meilleure amie avant de quitter la cuisine et de passer la porte de la maison avant d'en faire le tour et de s'appuyer contre le mur extérieur. Il fallait juste qu'elle respire, qu'elle retrouve de l'air, qu'elle reprenne ses esprits. Elle ne faisait même attention à la pluie qui venait tremper ses vêtements et engloutir les larmes qui coulaient désormais sur ses joues.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Mer 9 Déc - 23:03


Et c'est là que j'ai le plus mal. A ce moment précis; A cet instant précis. A la seconde précise où les yeux de Binki se posent sur moi. Après les mots d'Elsa, j'étais énervé. Après ceux de Giulia, j'étais touché. Après ceux de Binki, j'ai mal. Parce que Binki, c'est et ça restera Binki. Parce que Binki, ça fait des années. parce que Binki j'ai toujours pu compter sur elle. Parce que Binki a toujours été au dessus de tout et de tout le monde et aujourd'hui, je lui ai fais mal. Moi. Idiot que je suis. Et même si elle vient un jour à me le pardonner, je ne me le pardonnerai pas. J'avais pas le droit. Pas Binki. Je l'écoute attentivement, buvant chacun de ses mots qui vient taper au fin fond de mon cerveau et y résonne comme une bombe au point d'exploser. Elle ne crie pas tant que ça, elle ne frappe pas, elle n'est pas physiquement impressionnante. Mais elle fait tellement plus d'effet que les deux autres enragées - love les filles, c'est pour le contexte -. Les provocations de Giulia, je sais y répondre. Les insultes d'Elsa aussi. Mais la sincérité de Binki, là je sèche. Là je la regarde du haut de mes 15 centimètres de plus, avec une gueule et des yeux d'enfant qu'on vient de réprimander. Le coeur gros et la queue entre les jambes comme on dit. " J'suis désolé Binki... " Et c'est tout. Parce que c'est tout ce qu'il y a à dire, c'est tout ce qui est recevable. Je suis désolé. Pour elle. Pour le mal que je lui ai fait. Et c'est également tout parce que je n'ai pas le temps d'en parler plus longtemps. Parce que la blonde et la brune reviennent à la charge, parce que la blonde s'en prend à la chatain avant de plaquer la brune, parce que la brune s'en prend à la blonde avant d'insulter le brun. Tiens, ça c'est moi. Tiens, là aussi j'ai été idiot. Pas pour ce que j'ai dit, pas d'avoir pris la défense de Giulia. Non, ça ne je le regrette pas. Mais d'avoir juger et de m'être emporté sur la relation d'Elsa avec sa titulaire ? Ca oui, je le prends en pleine face. C'était avant nous. Nous. Y'avait un nous. J'ai foutu en l'air ce nous. J'ai foutu en l'air ce truc que je cherche depuis des années, ce truc que je n'ai jamais eu et que j'avais entre les mains. J'ai déçu une amie et perdu peut-être plus. Champion O'Donnell, champion ! Et le champion il se sent con, le champion il a tort et le champion il ne sait même pas quoi répondre. Ni quoi faire d'ailleurs. je la vois s'éloigner, je la vois me passer devant, je la vois attraper sa veste et sortir et je ne sais pas si je dois la rattraper ou pas. Je ne sais pas si je dois lui courir après ou pas. Je ne sais pas si je dois laisser Binki et Giulia seules ici. Je ne sais pas. Mais on cerveau d'idiot un minimum lucide me ait dire qu'il vaut mieux laisser Binki retrouver la brune plutot que de la laisser seule ici en compagnie de la blonde. Aller savoir ce qu'il pourrait se passer. C'est alors vers elle que je me tourne, vers Binki. J'avale difficilement ma salive en tendant doucement ma main vers la sienne, sans pour autant oser la toucher. je n'ose pas toucher Binki. Quelque chose de grave est en train de se passer ici. " Il vaut mieux que t'y ailles toi... Elle n'a surement pas envie de me voir maintenant mais il faut pas qu'elle reste seule. " Elsa. Je parle d'Elsa bien sur/ Mais je ne peux pas la laisser partir elle aussi sans lui dire quelque chose de plus. " Je suis vraiment désolé Kiki... J'ai pas réalisé le mal que je pouvais te faire et j'ai agi comme un con. Comme d'hab tu me diras. Mais j'me rends compte que malgré toutes les conneries que j'ai pu faire, j'arrive encore à te décevoir et j'me déteste pour ça. Tu mérites pas ça, j'suis désolé. " Arrête de t'excuser bougre d'âne, t'es un idiot, t'es un idiot, point barre. C'est ailleurs le moment que je choisis pour me retourner vers la blonde, la blonde que j'ai défendu face à Elsa, la blonde pour qui je me suis mis à dos les deux autres colocataires. Pourtant cette fois, c 'est sur un ton plus agressif et froid que je m'adresse directement à elle : " Et toi, il s'est passé ce qu'il s'est passé, je suis autant fautif que toi, je le regrette pas et je cautionne pas du tout comment Elsa t'a parlé. Mais si tu t'avises encore une fois de lui parler comme ça, tu vas vraiment te sentir seule ici. " Lui ? Oui. A Binki. On ne parle pas comme ça à Binki. Qui qu'on soit. Et sans demander mon reste, je traverse l'espace restant dans cette maudite pièce pour me jeter sur le paquet de clope sur la table du salon et m'en allumer une. Comme si le tabac réglait quoi que ce soit. Comme si c'est lui qui allait réparer mes conneries. Vraiment idiot ce mec. Je n'en veux pas à Giulia. Ni pour nous deux, ni pour son passé. Je ne lui en veux pas. Je veux juste des explications. Des règlements de compte. Et l'escapade d'Elsa pourrait nous y aider. Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Jeu 10 Déc - 18:56


Binki se sentit flouée, dindon de la farce. Ses yeux picotèrent et elle sentit sa gorge se serrer, son nez se froncer. Elle se força à regarder ailleurs, quelques furtives secondes, un intervalle salutaire sur lequel Barbie pétasse vint aussitôt pisser allégrement. Elle se planta face à elle, dans une expression quasiment poétique de colère, cette garce était peut-être exécrable mais elle était magnifique et ça, elle ne pouvait pas lui enlever. Quoiqu'elle ait voulu faire, quoiqu'elle ait pensé. Elle se mordit l'intérieur de la joue essuyant l'acidité de sa colocataire, ne laissant rien paraître pourtant, elle se sentit humiliée par la sale vérité que Giulia lui avait envoyé à la figure. Celle-là, elle s'était tellement noyée dans le déni qu'à cet instant là, de l'entendre énoncée par une profane lui fit mal. Un mal de chien qu'elle essaya de taire. Lorsqu'elle fut bousculée, elle était bien trop occupée à fusiller Wyatt du regard. Giulia avait ses torts mais, Wyatt, Wyatt lui sembla être le seul à blâmer pour ce massacre. Pourtant, elle se tourna et réprima une furieuse envie de tirer Castaldi par sa tignasse de blonde et en profiter pour lui faire mordre la poussière. D'ailleurs, le sol était tellement crade et Giulia était celle qui devait s'en occuper. Évidemment, elle se la ramenait toujours lorsqu'il était question de choisir quel film mater par contre, on ne pouvait pas en dire autant de ses capacités en matière de nettoyage. C'était là deux choses incomparables, pourtant, Binki eut une folle envie de lui faire balayer le sol sur la longueur avec ses longs cheveux soyeux qu'elle lui avait envié par le passé. Tout ce qui la concernait relevait du passé. S'il fut un temps où Getzler avait été admirative , ce temps béni lui sembla bien loin. Elle se retint, pour la énième fois d'en venir aux mains et fut presque touchée par Elsa qui venait de monter au créneau pour elle. Binki pouvait être qualifiée de bien des choses, heureusement que le mot trainée n'en faisait pas parti. Elle esquissa un semblant de sourire, attendrie par son amie et constatant là avec certitude que quoiqu'il puisse se passer, elles arriveraient à surmonter l'épreuve. Lorsqu'Elsa sortit, elle la suivit du regard et réorienta son attention sur O'Donnell qui semblait être sorti de son état second. Elle s'éloigna lorsqu'il tendit la main vers elle, esquissant un geste de la main pour lui refuser ce contact pourtant si anodin. Non, il n'avait désormais plus le droit de le faire. « Tu ne réalises jamais rien de toute façon et je doute que tu puisses changer » - cracha-t-elle, décidant de soustraire sa présence à celles des deux traitres. Elle était si révoltée, si triste , si...fatiguée. Et puis, quelque part, si ruinée par ce semblant d'excuse qu'il lui avait fait. Elle ne prit même pas la peine d'attraper une veste, elle allait surement mourir de froid ou de ridicule avec son peignoir sur le dos, l'un comme l'autre, elle n'en avait rien à carrer. Lorsqu'elle mit le nez dehors, il pleuvait des cordes. Décidément. Ses chaussons étaient trempés et son peignoir fin épousait désormais ses formes comme une seconde peau. Elle retrouva Wells adossée contre le mur extérieur. Et bizarrement, Binki préféra la perspective d'une pneumonie plus séduisante que de retourner à l'intérieur. Elle s'approcha de son amie et la prit dans ses bras. Encore une fois, elle avait l'impression que c'était : elles contre tout le reste du monde. « Je rêve déjà de pouvoir changer les serrures, Elsa. » - souffla-t-elle, pour détendre cette maudite atmosphère. Même si, c'était peine perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Jeu 10 Déc - 20:54

straight For The Knife
COLOC DU DAWA
c'est cette sensation, d'avoir tout foutu en l'air, qui finit par heurter Giulia. après tout, tout ce qui vient de dire Elsa, tout ce qui vient de dire Binki. parce que même, avec son cœur en lambeaux qui bat douloureusement dans sa poitrine, elle constate, que tout ça, c'est de sa faute. en partie, en grande partie. parce qu'elle a couché avec Wyatt, parce qu'elle était pas capable de résister. c'est elle, qui vient foutre le bordel. alors, elle devrait assumer, dire qu'elle mérite ce qu'elle récolte. mais voilà, c'est Giulia, qui assume pas, qui veut juste se barrer, fuir le combat. comme d'habitude. mais c'est pas possible, elle le sait bien. et ça aussi, ça fait mal. presque aussi mal que le couteau en plein de cœur lancé par Elsa. c'est les mâchoires serrées, le corps tendu comme un ressort, qu'elle attend. que la pression retombe, qu'elle puisse se tirer loin d'eux, de tout ça. c'est la douleur, la peine qui se reflète dans ses yeux, qui cogne dans son corps entier. et elle peut rien y faire, à part attendre. à part suivre Elsa du regard quand elle s'éloigne, quand elle semble peinée, elle aussi. puis c'est un pas en arrière qu'elle s'accorde, alors que Wyatt s'excuse, qui Binki reste hostile. elle a tout cassé, encore une fois. c'est devenu une spécialité, apparemment. puis, cette envie de tout noyer dans un verre d'alcool, alors qu'ils se retrouvent seuls. Wyatt et elle. celui qui l'a défendu, contre les deux, celui qui n'aurait pas du le faire et qui pourtant, l'a fait. ça la touche, qu'il l'ait défendue. elle pourrait presque lui sourire, lui dire merci, lui dire qu'elle regrette d'avoir foutu le bordel. mais elle peut pas, parce que dans tout son corps, c'est la tempête. ouragan dans son cerveau. plomb dans ses veines. alors tout ce qu'elle peut faire, c'est retenir les larmes dans ses yeux, serrer les dents et attraper une bouteille. vodka, meilleure amie des cœurs brisés. parce que c'est tout ce qu'elle veut, oublier cette soirée, qui vient de lui renvoyer avec force des brides de son passé. ça fait mal, au final, elle aurait préférer qu'elle la gifle. plus rapide, moins de séquelles. mais c'est trop tard pour espérer autre chose. parce que le sel qu'elle vient de verser sur sa plaie, il est pas prêt de partir. et lui, Wyatt, qui devant celles qui comptent tant pour lui, il l'a défendu. elle comprend pas, tout s'embrouille dans son crâne. son cerveau arrive plus, à réfléchir, à comprendre pourquoi la défendre elle alors que c'est celle qui vient de tout briser. c'est le corps lourd, l'esprit las, qu'elle ouvre la bouteille. le fond d'un verre qu'elle avale cul-sec, pour ne plus penser qu'à la brulure de l'alcool dans sa gorge. lui, c'est sur une cigarette qu'il jette son dévolu. elle retarde le moment, où elle va devoir lui expliquer. son passé, ce qui l'intrigue, ce qu'il veut savoir. parce qu'après tout, il a le droit de savoir. mais c'est en prenant un deuxième verre, qu'elle cherche le courage de lui dire. mais elle peut pas, ça fait trop mal, de devoir tout dire, de devoir tout avouer. c'est un troisième verre qu'elle se sert, avant de s'écarter de la bouteille. c'est plus sur. parce qu'elle serait capable de noyer toute sa peine avec l'alcool. y'a plus rien qui compte, de toute façon, l'amie qu'elle pensait avoir est à oublier. alors lui, qu'est ce qu'elle pourrait bien lui dire. parce que sa façon de parler à Binki ne lui a pas plu, c'était certain. mais elle était incapable de formuler un vraie excuse, digne de ce nom. - fallait que je dise ce que j'avais sur le cœur. désolé si ça t'as contrarié. j'étais énervée. et elle l'est toujours, seulement, c'est plus froid. plus violent. cette colère sourde qui martèle son cerveau, pour trouver le coupable de sa souffrance. mais c'est elle, qui s'est mise toute seule dans la merde. alors elle retient les larmes qui font briller ses yeux, se plante devant lui, son verre à la main. elle est pitoyable, comme ça, dans cet état. pauvre petite chose trop malmenée par la vie. elle est misérable, elle le sait, et se déteste plus encore pour ça. puis c'est finalement conte le mur derrière elle, qu'elle vient s'adosser, en face de lui toujours, fuyant ses yeux. ses mains qui tremblent, qui posent son verre. ses doigts glacés qui masquent son visage. ses mains qui couvre son visage, alors qu'elle laisse un sanglot s'échapper. qu'elle laisse enfin les larmes couler, le long de ses joues. sa souffrance, sa peine qui s'écoule de ses yeux azur. cet instant de faiblesse, cet instant de vulnérabilité auquel elle met brutalement fin. parce qu'elle est Giulia Castaldi, et qu'elle peut pas se laisser aller. alors, difficilement, elle retient les larmes, découvre son visage. les yeux rouges, le fin sillon tracé par ses larmes. essuyé, effacé du revers de la main. son souffle tremblant qui tente de se calmer, presque vainement. puis c'est son regard, qu'elle finit par croiser. parce que ça peut plus continuer, parce qu'elle doit lui dire, parce qu'il semble vouloir savoir. alors elle sert les dents, renifle comme une gamine, plante farouchement son regard dans le sien. - dit moi ce que tu veux savoir O'Donnell, parce que j'en peux plus. elle veut plus, tout ça. elle supporte plus, ce silence, cette douleur. s'il veut savoir, c'est le moment. parce qu'après, elle ira faire ce qu'elle fait de mieux. boire jusqu'à tout oublier et coucher avec n'importe qui. les bonnes vieilles habitudes.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Sam 19 Déc - 19:42

straight for the knife.
this is war.
elsinki & wyatt & giulia.
Elle n'avait aucune envie de retourner à l'intérieur, au contraire elle préférait rester là sous la pluie à geler et à bousiller sa robe et son brushing plutôt que de les recroiser. Tous sauf Binki bien évidemment, sa princesse, son bébé, son âme-sœur. Finalement c'était sûrement elle l'amour de sa vie, après tout elle était la seule avec qui Elsa était adorable, souriante et gentille. Soudainement sans qu'elle ne l'ai remarqué, Elsa se sentie entourée de deux bras aimant. Binki. Encore et toujours là pour elle, prête à chopper la crève malgré tout. Souriant doucement à la phrase de sa meilleure amie, elle laissa tomber sa tête sur l'épaule de son amie fermant les yeux face au réconfort que lui apportait la brune. « Je les déteste. Elle n'est qu'une garce et Wyatt … Wyatt n'est bon qu'à juger, à faire le beau alors qu'il n'a jamais aucune idée. C'est un crétin qui ne cherche pas plus loin que le bout de son nez. Je te jure que je les déteste, je meurs d'envie de rentrer et de les découper à coups de scalpel. » Secouant la tête, elle releva cette dernière avant de s'appuyer contre le mur derrière elle alors qu'elle tentait tant bien que mal d'essuyer ses larmes. « Je suis désolé, parce que malgré qu'il soit stupide il a raison sur un point : j'ai couché avec lui alors que tu as ce truc pour lui. J'ai pas pensé que ça te gênais ou quoi, mais si c'est le cas je suis désolé. Tu sais bien que tu es la dernière personne que je veux blesser. » Son regard se planta dans celui de son amie espérant être pardonnée de sa faute. Elle aimait Binki plus que tout alors elle refusait de la perdre, surtout pour Wyatt. « Je vais y aller Binki, je peux pas rester ici. C'est trop dur. Je vais aller vivre chez Emma quelque temps, tu peux même venir avec moi si tu veux, je suis sûr qu'elle ne dira rien. Mais pour l'instant je ne peux pas les revoir. Je vais commettre un massacre. Je viendrais prendre mes affaires demain pendant qu'ils seront à l'hôpital. » Déposant un baiser sur la joue de sa meilleure amie, elle la prit de nouveau dans ses bras avant de lui murmurer doucement à l'oreille. « Je ne t'abandonne pas, c'est toi et moi contre le reste du monde, à jamais. »
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   Sam 19 Déc - 20:59


Elle est désolée ? Moi aussi je suis désolé. Ca nous fait un nouveau point commun, Elsa va être ravie de l'apprendre je sens ! Et pour parler plus sérieusement, je ne lui en veux pas. Pas du tout. Certes, si elle prononçait une fois de plus les mots qu'elle a utilisé pour désigner Binki, je les lui ferai manger, mais sinon je ne lui en veux pas. Elle a agi sous l'impulsivité, exactement comme j'ai fait quelques instants avant. Est-ce que je lui en veux d'avoir coucher avec moi ? Ca serait totalement idiot et hypocrite de ma part n'est-ce pas ? Donc non je ne lui en veux pas et non, elle n'a pas a être désolée. Elle n'a rien fait de mal. Je m'en eux par contre. Je m'en veux d'avoir douter d'Elsa, je m'en veux de lui avoir parler ainsi, je m'en veux d'avoir agi comme un idiot. Est-ce que je m'en veux d'avoir coucher avec Giulia ? Je ne sais pas. Je ne pense pas. J'en avais envie, je l'ai fait. Je ne regrette jamais mes envies. Si c'était à refaire, je le referai surement. Que va-t-il se passer maintenant entre nous deux ? Je n'en ai pas la moindre idée, c'est le flou totalement, le chaos complet. Je ne sais pas comment vont se passer les jours et les semaines qui vont suivre et c'est surement ça le plus inquiétant, stressant, désagréable. Ne pas savoir, ne pas prévoir, ne pas contrôler. Je suis sur le point de perdre trois femmes qui comptent pour moi et je vois mal comment je peux en garder une sans perdre définitivement les autres. Je suis paumé. Wyatt O'Donne!l a perdu son cerveau, c'est définitif. - Je sais que certaines pensaient que c'était déjà fait -. Je ne sais donc pas quoi lui dire, pas quoi lui répondre, et me contente de rester appuyé contre le plan de travail, consumer ma clope et laisser mon regard se perdre dans le vide. Je réfléchis dans le vide aussi. Je patauge. Je me noie presque à ce niveau là. Je suis un idiot. Un vrai idiot. Et tout se mélange. Binki, Elsa, Giulia, je ne sais par où commencer pour rattraper mes erreurs. Mais j'ai comme l'impression que ce jour va changer l'homme que je suis. L'homme que j'étais.
Mais c'est là qu'elle brise le silence. Là que mon regard se relève vers le sien. Là que ses yeux bleus font face aux miens. Qu'est-ce que je veux savoir ? En voilà une bonne question Blondie. Je veux savoir comment me sortir de cette galère. Mais ça, tu ne le sais pas plus que moi. Alors je comprends que tu parles de ta vie, de ton histoire, de ton passé. Qu'est-ce que je veux en savoir. Quelques secondes de silence et de doute me parcourent avant que je ne reprenne la parole à mon tour : " J'te forcerai pas à parler Giulia. Tu me dis ce que tu veux, tu m'expliques ce que tu veux. Tu me dois rien et si tu ne m'as pas expliqué avant alors que tu l'as fait avec Elsa, ce n'est pas pour rien... Donc dis ce que tu as envie de dire, je ne chercherai pas plus loin. " Déçu ? Triste ? Peut-être un peu. Je n'avais pas réalisé cette partie là de mon ressenti jusqu'à ce que je laisse les mots sortir. Elle ne m'a jamais parlé. Jamais raconté. Je ne l'ai jamais fait pour elle non plus, c'est clair. On a été idiot. On s'y est mal pris. Sur toute la ligne. Alors maintenant, je lui offre l'occasion de parler. Si elle le fait, je l'écouterai. Si elle ne le fais pas, je ne la forcerai pas. Ce n'est pas mon rôle. Clairement pas. Encore moins ce soir...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: straight for the knife {elsa, binki, wyatt   

Revenir en haut Aller en bas
 
straight for the knife {elsa, binki, wyatt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» straight for the knife {elsa, binki, wyatt
» Elsa Triolet
» Creme of Nature Straight from Eden
» Séb Roch et Elsa Esnoult - Village Départ le 18/07/2015
» Elsa Esnoult (Fanny)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: