AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 we do not remember days, we remember moments. (liam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: we do not remember days, we remember moments. (liam)   Lun 7 Déc - 0:18

Pour une fois, Cece est de bonne humeur et ne ronchonne sur rien, ni personne. Sûrement parce que sa matinée a été parsemée de bonnes nouvelles et de succès et peut-être aussi parce que ses parents ont compris que lui arranger des rendez-vous amoureux ne mènerait à rien. Ils ont lâché l'affaire, tout simplement. Elle a encore des doutes sur la raison qui les a poussé à cesser de lui programmer des rencontres avec des hommes, eux qui s'acharnaient depuis des mois à lui trouver l'homme idéal. Mais elle profite de ne plus recevoir des dizaines de textos de sa mère. Des textos pour savoir si Liam est adorable ou aussi mignon qu'elle avait pu l'imaginer. Cece n'a pas revu l'interne depuis plusieurs jours et elle ne cherche pas à rentrer à nouveau à contact avec lui. Installée à une table, elle replace délicatement, du bout de sa fourchette, les aliments dans son assiette, tout en jetant des regards vers l'entrée de la cafétéria. Jusque là, c'est Lip qu'elle aurait aimé voir franchir les portes, mais c'est une autre silhouette qui fait son apparition. Pas Phillip. Liam. Elle l'observe du coin de l'œil avec son plateau repas comme un agneau perdu au milieu d'une meute de loups. Un frisson lui chatouille l'échine, entre l'agacement et la surprise de le voir ici. Ça n'a rien d'étonnant, il est interne dans l'hôpital et il a le droit de déjeuner. Sauf que sa présence ici, à seulement quelques mètres, lui renvoie le souvenir de leur dernière conversation. Elle qui l'embrasse, lui qui trouve une excuse en carton pour la rejeter. Quelques minutes passent et personne ne vient rejoindre Liam à la table à laquelle il s'installe. Elle hésite à se lever d'un bon pour aller jusqu'à lui avant que la voix de sa collègue ne lui parvienne. Celle-ci doit repartir travailler, la laissant seule. La laissant avec cette sensation désagréable qui nait au creux de son ventre lorsqu'elle observe distraitement Liam. Sans doute qu'elle devrait s'en aller aussi, et oublier toute cette histoire. Mais sa tête – ou probablement son cœur chagriné qui s'emballe – l'encourage à venir vers Liam. La démarche incertaine, les mains glissant sur son plateau, elle marque un temps d'arrêt devant sa table. C'est ridicule, la titulaire sait n'avoir rien à lui dire. « J'espère que ça ne te dérange pas. Si je m'installe avec toi. » Les mots sont soufflés dans un sourire, avec une hésitation qui la dérange. Plateau posé sur la table, elle tire la chaise juste à côté du jeune homme laissant sa main flirter avec son épaule. « Et je te rassure, déjeuner avec une titulaire ne t'apportera aucun avantage. » Parce que c'est ce qu'il craint, apparemment. Mais Cece n'y croit pas, à son excuse. Elle tourne son visage vers le sien, pour se perdre, quelques secondes, dans son regard penaud qu'il a toujours. Elle ne se cache pas, elle le scrute, observe ses traits qui l'avaient conquis, qui avaient enflammé son cœur pour lui donner envie de l'embrasser l'autre soir. Ses yeux tombent sur ses lèvres et elle repart observer son assiette de frites. Assiette parfaitement rangée. « C'est toi qui racontes partout que j'embrasse mal ? C'est pour ça que tu m'as repoussé ? Mon cœur est blessé. » Il n'y a aucune rumeur, mais elle veut comprendre pour quelles raisons il l'avait ainsi repoussé. Main posée sur sa poitrine, moue boudeuse collée au visage, elle feint un air nonchalant, totalement désintéressée par cette affaire de baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: we do not remember days, we remember moments. (liam)   Lun 7 Déc - 22:12

Dire que Liam enchaine les galères est un euphémisme. Dire qu’il se met dans le pétrin tout seul, également. Le jeune Connelly est tout simplement gauche. Il a beau être très intelligent, il se perd dans le monde social, tétanisé par la peur et le stress. C’est bête, parce que Liam est loin d’être un Quasimodo des temps modernes. Plutôt beau garçon, poli et bien élevé, on le présente souvent comme le gendre idéal. Ce qu’ont fait les parents de Cece Bennett. Les parents de la titulaires connaissent bien les Connelly, et ils ont jugé bon de présenter les enfants. Il existe quelques années d’écart entre eux, à croire que les Bennett veulent marier leur fille à tout prix. Ils en ont eu des rendez-vous, et Liam était soit muet, pétrifié par la timidité, soit maladroit comme deux. Et puis, il y avait eu la fois précédente, où Cece, devant l’incapacité de Liam à prendre les devants, avait jugé le moment opportun pour l’embrasser. Ne pouvant cacher sa surprise, rougissant comme jamais, Liam n’avait pas su où se mettre et avait paniqué. Résultat, il avait repoussé la titulaire, qui n’avait pas dû comprendre grand-chose à ce qui lui arrivait. Se confondant en excuses, Liam n’avait pas su véritablement exprimer pourquoi il l’avait repoussée. Elle était vraiment charmante, elle était tout ce qu’il y avait de plus recommandable, mais Liam était effrayé à l’idée d’entretenir une relation – qui plus est arrangée – avec une de ses supérieures hiérarchiques. Il savait ce que l’on dirait sur lui. Fils du très renommé Wayne Connelly, le fiston pas doué a trouvé le bon filon en sortant avec une femme déjà en place dans l’hôpital pour assurer son avenir. Et il voulait à tout prix éviter ce genre de rumeurs. Depuis, il n’avait pas revu la demoiselle. Il ne s’était pas attendu à la trouver là dans la cafétéria, alors qu’il avait cherché une table de libre pour s’isoler, loin de tous, pour pouvoir déjeuner en paix sans entendre de railleries. Quand elle s’était invitée à sa table, il avait relevé la tête de son repas et avait haussé les épaules en posant sur elle un regard sans trop d’expression : « Non, de toute façon je n’attends personne. » Il aurait voulu garder sa tranquillité pour une fois, car les ennuis tapaient trop souvent à sa porte, mais il allait devoir composer avec. Il y avait pire comme compagnie en plus. Cece n’avait rien de désagréable, bien au contraire. Mais elle s’installe à une distance peu raisonnable de lui et se veut assez tactile avec lui, ce qui lui hérisse le poil et commence à le faire balbutier d’une voix à peine audible, dans un murmure, tout en portant son regard autour de lui : « Je… t’as pas peur des rumeurs ? » Il remet ça sur le tapis, comme si le monde tournait autour d’eux. Sauf qu’il ne veut pas de la réputation qu’on lui confectionne. Il veut réussir son internat et devenir un brillant chirurgien. Pas forcément cardiologue comme son père, il souffrirait trop de la comparaison. Soutenir le regard de la belle titulaire n’est pas chose aisée pour le timide garçon qui ne cesse de cligner des yeux et qui sous la table, joue nerveusement avec ses doigts, bien trop perturbé par cette façon qu’elle a de le scruter. Cece se met alors à l’accuser de colporter des rumeurs alors qu’il les abhorre au plus haut point, et il écarquille les yeux d’étonnement, s’insurgeant contre cette accusation erronée : « Quoi ? Mais non…j’ai jamais dit un truc pareil… Je t’assure ! » Ca n’est absolument pas son genre, et il essaie de se justifier tant bien que mal en réitérant ses propos de la fois précédente : « Non… c’est que… je veux dire, j’ai un statut particulier à cause de mon père ici…et je suis un bon à rien, donc je voudrais pas qu’on dise que je réussis en m’attirant les grâces des titulaires… C’est pour ça que c’est pas possible… » Il est si maladroit qu’il ne fait même pas attention à la forme de ses propos, étant parfois trop direct.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: we do not remember days, we remember moments. (liam)   Lun 14 Déc - 18:25

Sa mère lui avait décrit Liam comme le garçon parfait. Celui qui pourrait lui faire oublier tous les autres hommes, la rendre heureuse et lui donner envie de croire un peu en ce sentiment stupide qu'est l'amour. Ça avait marché avec Lip, il avait réussi à lui faire tourner la tête mais elle doutait que ça puisse se reproduire un jour avec un autre homme. Encore moins avec Liam. Elle s'était peut-être surprise à apprécier leurs rencontres, à être touchée par sa maladresse, pire à ressentir ce petit picotement dans son ventre lorsqu'il se tenait un peu trop près d'elle. Mais pas au point de se croire amoureuse. « Je… t’as pas peur des rumeurs ? » Elle fronce les sourcils, laissant son regard se perdre sur les autres personnes installées plus loin dans la cafétéria. Elle ne supporterait pas une nouvelle conversation sur cette histoire de rumeurs et soupire bruyamment pour le lui faire comprendre. Personne ne les regarde, personne ne chuchote sur leur passage, personne ne s'intéresse à eux, à ce qu'ils font ou peuvent se dire. Tout le monde s'en fout. Sauf Liam. Elle se rapproche de lui, donnant l'impression qu'elle souhaite lui murmurer un secret précieux à l'oreille. « J'ai touché ton épaule. Tu crois qu'ils pensent qu'on couche ensemble ? Que je suis enceinte ? » Malgré son agacement, elle préfère se moquer de lui plutôt que de soigneusement l'écouter. Elle n'est pas de nature méchante, ni particulièrement moqueuse ou enquiquinante mais elle reste digne, avec une trop grande fierté comme bagage. Il s'attaque à son égo en la repoussant de cette manière. Elle aurait pu volontiers toucher sa main pour l'embêter un peu jusqu'à ce qu'elle stoppe son geste en l'entendant évoquer son père. « T'enflamme pas, on déjeune seulement ensemble, je t'ai pas demandé en mariage. » Elle ricane en imaginant la scène. Elle, lui, un genou à terre et une demande en mariage aussi maladroite que leur relation pouvait l'être depuis leur premier rendez-vous. « Enfin je garantie rien, ça peut toujours arriver. Fais pas cette tête, tu serais marié à une femme parfaite. » Amusée de pouvoir le taquiner sur ce sujet qui l'embête tant, elle tapote tout doucement sur son épaule comme si elle cherchait à le consoler. A vrai dire, le mariage est une valeur à laquelle la titulaire ne croit plus depuis longtemps. Elle bouge chaque objet soigneusement posé sur son plateau de quelques millimètres vers la droite. Intérieurement, Cece s'agace d'avoir été si naïve. D'avoir été si captivée le temps de quelques secondes par sa gentillesse et par les moments qu'ils ont partagé ensemble. Des rumeurs pouvaient galoper sur son dos ou devant ses yeux qu'elle n'en aurait rien à faire. Parce que rien ne pourrait bousculer sa vie. Pas même une petite histoire avec un interne. Liam mettait tellement de soin à l'éviter que personne ne pourrait imaginer quelque chose entre eux. « Puis, je viens à peine de m'assoir, on leur a pas donné assez de matière pour qu'ils s'imaginent quelque chose. » D'un geste de la tête, elle désigne une table où d'autres médecins déjeunent et discutent sans prendre le temps de leur consacrer un regard. Plus pour l'embêter que par réelle envie, Cece bouge sa chaise pour la coller totalement à celle de Liam. Osant un nouveau regard vers lui, elle décide de jouer sur la carte de la sincérité, pour alléger leur conversation. « Et tu n'es pas un bon à rien, arrête de te sous-estimer. Sinon, tu ne serais pas ici, tu crois pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: we do not remember days, we remember moments. (liam)   

Revenir en haut Aller en bas
 
we do not remember days, we remember moments. (liam)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» REMEMBER ME
» Robert Pattinson et Kristen Stewart : Première de Remember Me à New-York
» Clip controversé " Can't remember to Forget you "
» "Dixie Days". Le Havre (76).
» Navy Days 2008: enfin LA vérité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: