AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La curiosité est un vilain défaut. | Torri.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Sam 5 Déc - 23:50



    Accrochant son Ipod à son bras, Rick mit les oreillettes dans ses oreilles et sortit de chez lui. Il était dix heures et il ne commençait pas à travailler avant treize heures, donc il avait du temps devant lui. Ayant pu dormir un bon moment et étant de garde cette nuit, il avait fait en sorte de sortir de son lit le plus tard possible. Se retrouvant donc en short, t-shirt et basket, il s’étira avant de commencer à courir. Comme souvent, il faisait le tour du quartier plusieurs fois et il comptait pousser même jusqu’à aller en ville, mais il hésitait encore pour le moment. A la place, il commença à faire le tour du quartier tranquillement, tout en écoutant la musique qui passait dans ses oreilles. Il allait devoir remettre à jour tout ça. Il aimait la musique, donc mettre des choses d’actualités était souvent fait, mais il aimait bien d’anciennes chansons aussi. Bref, ça serait un travail à faire plus tard. Pour le moment, il courrait, se concentrant sur sa respiration. Saluant quelques voisins au passage, il finit par passer devant la maison d’une collègue, mais ce ne fut pas elle qu’il vit. Son mari était devant le coffre de sa voiture et il mettait des cartons dedans. Il pensait aller lui proposer un coup de main quand il le vit repartir vers la maison pour y prendre d’autres cartons à mettre dans son véhicule. Fronçant les sourcils, il fit semblant de vérifier le message qu’il venait de recevoir sur son portable, mais gardant un œil sur les agissements de l’autre homme. Ca ne semblait pas être un genre de rangement pour amener les cartons à la déchetterie ou à un vide grenier.

    Ca ressemblait plutôt à un rangement stratégique, car d’autres cartons allaient arriver et le tout ressemblait plus à un déménagement. Pourtant Torri lui avait dit qu’ils pourraient prévoir un dîner dès qu’ils en auraient le temps. Il n’avait pas non plus entendu de rumeur comme quoi elle quitterait son poste, donc il ne voyait pas pourquoi son époux devrait déménager. Il devait manquer quelque chose, mais il ne savait pas quoi. Reprenant alors sa route, il se remit à courir, mais ces images de le voir avec ses cartons le dérangeait. Rick ne savait pas pourquoi, mais quelque chose clochait. Retournant chez lui au lieu de continuer à courir, il fila sous la douche et passa le temps comme il pouvait, avant de se rendre au travail. Commençant son travail par aller voir les patients, il fit en sorte de prendre son temps, mais quand il eu une pause, il décida de trouver Torri. Personne dans son bureau, personne à la mine … demandant à certaines personnes s’il ne l’avait pas vu, un résident fini par lui indiquer l’étage de la chirurgie cardiaque. Elle avait peut-être un patient là-bas qu’elle voulait voir, pourquoi n’y avait-il pas songé avant ? Il n’en savait rien, mais pas le temps d’y penser plus, car il prit la direction des escaliers pour monter au quatrième étage et finit par la voir discuter avec des médecins. Attendant, quand elle se retrouva seule, il avança vers elle.

    Bonjour.

    Il vit les infirmières le regarder d’un œil mauvais et il haussa les siens. Quoi, il avait toujours été poli avec tout le monde jusqu’à présent. Apparemment, il y avait une sorte de protection entre les infirmières et Torri contre lui. Ca ne semblait pas être quelque chose qui pencherait en sa faveur, mais il s’en fichait.

    Vous m’avez dit de ne plus utiliser mon égo pour vous parler, donc auriez-vous un moment pour parler s’il vous plaît ?

    Politesse en prime, elle ne pouvait donc pas dire non. Si ? Seulement, il n’avait pas loupé le rictus des infirmières, mais il se concentra sur Torri, espérait qu’elle accepterait de lui laisser quelques minutes de son temps pour lui parler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Dim 6 Déc - 16:52

La curiosité est un vilain défaut.
Richard & Torri


 
Elle ne voulait pas être chez elle ce matin et elle avait fait en sorte de se trouver des heures de gardes qui la placerait à l'hôpital à ce moment là -pour une fois qu'elle abusait du pouvoir qu'elle avait en tant que chef des résidents- car elle refusait de lui apporter la moindre aide et encore moins de le voir partir pour de bon. Oui, son mari l'avait trompé avec une gamine et il quittait leur maison après plus de vingt ans de mariage mais elle n'allait certainement pas lui donner le plaisir de la voir s'effondrer et de le supplier de rester. Il voulait une autre vie ? Bien, mais il se démerderait seul et elle ferait en sorte de l'oublier. Ça serait difficile pourtant, parce que même si elle avait fini par apprendre la vérité et qu'elle avait toutes les raisons de lui en vouloir, une part d'elle l'aimait toujours. Ils avaient partagés plus de deux décennies ensemble, il avait été à ses côtés pour tellement de choses et maintenant elle se retrouvait seule. Bien sûr qu'elle se relèverait de tout ça, Torri était et resterait une battante, ça ne faisait aucune doute mais pour l'instant, elle était juste contente de parvenir à afficher son habituel air imperturbable parce qu'elle ne voulait surtout pas que tout ça se sache. Elle savait très bien comment les rumeurs fonctionnaient dans un tel endroit et on pouvait dire d'elle ce qu'on voudrait, qu'elle était une femme froide, sans coeur mais elle n'accepterait clairement pas qu'on se mêle de sa vie privée, surtout pas de cette façon.

Elle était donc arrivée à l'hôpital tôt ce matin, vers les cinq heures et elle avait rejoint son bureau pour s'occuper d'un peu de paperasse avant d'aller voir si tout allait bien aux urgences et d'aller inscrire le planning des opérations pour la journée. Elle n'irait pas au bloc aujourd'hui et en un sens, ça valait mieux. Elle savait maîtriser ses émotions et faire la part des choses mais aujourd'hui elle ne s'en sentait tout simplement pas la force, maintenir le masque prenait trop d'énergie et elle n'avait qu'une hâte: en finir de cette journée. Elle ne savait même pas si elle rentrerait chez elle ce soir. Bien sûr cela faisait déjà plusieurs semaines qu'elle vivait seule dans sa maison mais avec les cartons définitivement partis, ça serait une autre histoire. C'était énervant ce mélange de sentiments qu'elle pouvait ressentir. Elle était en colère, contre lui, contre elle pour n'avoir rien vu venir mais elle était aussi triste et abattue. Au cours de son parcours, elle avait peut-être commis des erreurs, elle aurait peut-être du plus se préoccuper de sa vie privée que de sa carrière mais elle avait toujours fait de son mieux mais ça ne semblait plus suffire à son mari. Quoi qu'il en soit, pour le moment, elle préférait se concentrer sur ce qu'elle avait à faire ici plutôt que de se soucier de ce qui se passait chez elle.

Tant qu'elle gardait son esprit occupé, tout allait bien. Du coup, elle s'était rendue en cardiologie pour aller voir un patient pour lui apporter plus de détails sur son opération à venir puisqu'elle avait accepté d'aider sa collègue qui devait être au bloc à ce moment là puis elle était restée discuter avec certains de ses collègues de divers cas qu'ils avaient en ce moment dans le service. Maintenir les apparences, c'était la clé aujourd'hui plus que jamais et d'ici quelques heures, elle pourrait enfin partir. C'était bien la première fois qu'elle avait réellement envie d'être partout ailleurs plutôt qu'ici, c'était dire combien elle était dans un drôle d'état aujourd'hui. La jeune femme ne s'était seulement pas attendu à ce que l'autre chirurgien vienne lui reparler si peu de temps après leur dernière conversation dans son bureau. Elle apprécia de constater que certaines infirmières semblaient elles aussi ne pas forcément le porter dans leur coeur mais polie, elle se tourna vers lui malgré tout lorsqu'il la salua. « Dr Gregg. » répondit-elle alors, l'écoutant reprendre la parole pour lui dire qu'il voulait lui parler et qu'il se pliait à ce qu'elle lui avait dit la dernière fois pour le faire. Ca la surprenait d'ailleurs qu'il le fasse sans broncher mais bon... « J'allais retourner dans mon bureau, nous pourrons parler en chemin si ça vous convient. » répondit-elle alors, saluant d'un signe de la tête ses collègues avec qui elle parlait, commençant à marcher aux côtés de l'autre chirurgien.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Dim 6 Déc - 22:49



    Avoir l’esprit occupé était ce qui arrivait à Richard depuis qu’il avait vu le mari de Torri devant chez eux. Il chargeait des cartons dans son véhicule et il était perdu face à cela. Ca n’était clairement pas ses affaires, mais le fait qu’elle ait accepté de dîner avec lui prochainement, lui faisait penser qu’elle lui avait menti. Il voulait donc en avoir le cœur net et surtout savoir ce qui se passait. Oui, il était curieux, mais c’était plus fort que lui. Donc après avoir fait tout son travail ou en tout cas la plus grande partie, il essaya de mettre la main sur la jeune femme. Ce ne fut pas simple, mais il y parvint et une fois fait, il du faire face aux infirmières qui étaient là. Ces dernières n’étaient clairement pas ravies de le voir, mais il n’était pas là pour elles. Evidemment qu’il savait qu’elles ne l’aimaient pas, ça se voyait bien et il savait que ça avait un rapport avec sa réputation, mais il s’en fichait. Pour l’instant, ça n’était pas le plus important, donc il lui expliqua le fait qu’il avait bien pris en compte ce qu’elle lui avait dit la dernière fois qu’ils avaient parlés. Cela voulait donc dire qu’il venait gentiment lui demander de parler, espérant qu’elle accepte de le faire. Quand ce fut le cas, il hocha la tête.

    C’est parfait.

    Au moins, personne ne serait là à les écouter discuter, ce qui n’était pas plus mal. Se mettant à son tour à marcher, il devait avouer qu’il n’avait pas songé à la façon dont il aborderait le sujet. Etre franc était beaucoup une mauvaise idée, alors il décida d’amener la chose différemment.

    Je voulais juste savoir si vous seriez toujours partante pour qu’on dîne ensemble. Vu que votre mari travail, c’est tant pis pour lui. Alors autant qu’on planifie ça comme on veut, non ?

    Souriant, il espérait être crédible. A vrai dire, c’était la première fois qu’il était aussi curieux et qu’il voulait avoir des réponses à ses questions. Cependant tourner au pot pourrait finir par être une mauvaise chose, mais il voulait d’abord éliminer certaines possibilités, pour être certain qu’elle ne lui avait pas mentit juste pour qu’il quitte son bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Lun 7 Déc - 0:00

La curiosité est un vilain défaut.
Richard & Torri


 
La fuite n'était pas réellement dans ses habitudes, lorsqu'elle rencontrait un problème, en règle générale elle faisait toujours en sorte de l'affronter, de façon réfléchie et en ayant considéré de son mieux toutes les options possibles. Seulement, ce processus là pouvait s'appliquer à une quantité de choses mais visiblement pas à son mariage et à ce qu'avait fait son mari. Autant dire que cela ne l'enchantait guère de ne pas savoir quoi faire mais elle n'avait d'autre choix que de garder la tête haute et de faire comme si de rien n'était. Il n'y avait guère que quelques personnes au courant de tout ça et elle tenait à ce que cela reste ainsi car la dernière chose qu'elle voulait, c'était qu'on discute derrière son dos du fait qu'elle se baladait désormais avec une paire de cornes invisibles sur la tête. L’infidélité de son futur ex-mari était déjà assez blessante comme ça pour elle pour ne pas à devoir entendre cette histoire être rabâchée derrière son dos dans les couloirs de l'hôpital. Pour le moment, elle n'avait pas gaffé, ni laisser penser à qui que ce soit qu'elle n'allait pas bien et c'était son but et pour une fois oui, être débordée de travail était une bonne chose parce que ça lui permettait de mettre tout ça de côté quand elle était là plutôt que toute seule chez elle, dans sa grande maison vide.

Surprise de voir que Richard semblait vouloir lui parler, ce qui n'arrivait pour ainsi dire jamais puisqu'il envoyait quelqu'un d'autre pour servir de messager quand il avait besoin de quelque chose, elle devait cependant admettre qu'elle appréciait qu'il ait écouté ce qu'elle lui avait dit concernant son égo. Elle en avait terminé avec ses collègues de toute manière et vu le regard que certaines infirmières envoyaient à ce dernier, Torri suggéra qu'ils discutent en marchant puisqu'elle devait de toute manière retourner à son bureau. Elle était cependant loin de se douter de la raison pour laquelle il tenait tant à lui parler seul à seule. Lorsqu'il finit par reprendre la parole pour lui exposer de quoi il en retournait, elle devait bien admettre qu'elle ne pensait déjà plus à toute cette affaire de dîner. « Comme on veut ? » dit-elle dans un premier temps, haussant les sourcils, un léger sourire au coin des lèvres.« Je doute que nos patients soient ravis d'entendre qu'on repousse leur intervention parce que vous voulez aller dîner » ajouta-t-elle en franchissant la porte qui menaient vers la cage d'escalier. « Et pourquoi subitement ce dîner semble être une telle priorité pour vous ? J'avoue que ça me laisse perplexe. » C'est vrai quoi. Des années qu'ils se côtoyaient à l'hôpital, quasi autant qu'ils étaient voisins et d'un coup, il voulait absolument l'inviter à dîner ? Qu'est-ce que cela voulait dire à la fin et pourquoi ramenait-il son mari sur le tapis alors qu'elle avait bien dit qu'il ne pourrait pas venir ?
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Lun 7 Déc - 22:08



    Il était un peu comme ça aussi. Quand il avait une idée en tête, rien ni personne ne pourrait l’empêcher d’aller jusqu’au bout. Comme aujourd’hui d’ailleurs. Avoir vu le mari de Torri amener un grand nombre de cartons de leur maison jusqu’à sa voiture le laissait perplexe. Il avait besoin de réponses, alors que ça n’était clairement pas son problème. Malheureusement, il voulait savoir ce qui se passait. Trop d’informations venaient dans son esprit pour qu’il ne veuille pas aller discuter avec la jeune femme à la première occasion qu’il aurait. Quand ce fut le cas, il essaya d’éviter le regard des infirmières avant de se mettre à marcher avec la chirurgienne tout en discutant. Entrant dans le vif du sujet, il voulait savoir si elle serait d’accord qu’ils choisissent quand ils iraient dîner ensemble, vu que son mari travaillait beaucoup, enfin selon ce qu’elle lui avait dit quelques jours plus tôt. A sa question, il hocha la tête. Oui, comme il voulait, mais à ce qu’elle ajoutait, il secoua la tête.

    Je ne dis pas de faire ça maintenant ou n’importe quand.

    La suivant dans la cage d’escaliers, il l’écouta poser sa question et il hésita à dire la vérité.

    Vous comptez démissionner de votre poste ? Je sais que personne n’en parle, donc ça ne peut pas être ça. Seulement, j’ai vu votre mari ce matin.

    Fixant la jeune femme, il voulait vraiment essayer de comprendre ce qui se passait.

    Il mettait un tas de cartons dans sa voiture. Je me suis alors demandé si l’autre jour vous aviez décidé de me dire qu’on pourrait dîner, juste pour me faire sortir de votre bureau, alors que vous partez quelque part avec lui.

    Il savait que c’était culotté de sa part de demander une telle chose, mais il voulait avoir la vérité.

    Je pensais que le fait d’être venu m’excuser était un début et que le dîner serait une seconde étape entre nous, mais je n’en suis plus certain.

    Croisant les bras, il resta la regarder. Il y allait sans doute fort, mais il parlait avant de réfléchir, ce qui n’était clairement pas une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Lun 7 Déc - 23:01

La curiosité est un vilain défaut.
Richard & Torri


 
Elle était à des lieues de s'imaginer la véritable raison pour laquelle l'autre chirurgien voulait lui parler. Après tout, comment aurait-elle pu savoir qu'il était tombé sur son mari en train de charger ses cartons précisément le jour où ce dernier quittait pour de bon le domicile conjugal ? Elle se trouvait à l'hôpital quand ça c'était passé et puis à quelques minutes près, toute la scène aurait pu être autre. Il ne l'aurait pas aperçu et il ne se serait pas mis de drôles de théories dans la tête. En acceptant d'aller dîner avec lui l'autre jour, elle aurait clairement du s'abstenir et l'envoyer tout simplement paître, ça aurait peut-être évité ce qui allait se passer s'il s'était dit qu'elle ne l'appréciait vraiment pas. Il serait passé à autre chose et tout redeviendrait comme avant, lorsqu'ils s'ignoraient royalement à moins d'être contraints de faire le contraire. Se mettant en marche vers son bureau puisqu'elle devait y retourner quoi qu'il arrive, elle l'écoutait donc exposer ce sur quoi il voulait l'entretenir et qui semblait être si pressant à le voir ainsi. Elle sentait une certaine tension chez lui et s'il comptait passer ses nerfs sur elle, il avait mal choisit son jour parce qu'elle n'allait clairement pas se laisser faire.

Ainsi donc il voulait savoir quand ils pourraient organiser ce fameux diner évoqué l'autre jour dans son bureau. Elle ne pensait vraiment pas que c'était pour ça qu'il venait la voir et elle avait espéré qu'il oublie toute cette histoire en vérité. Elle n'était pas spécialement à l'aise à l'idée de manipuler la vérité comme elle le faisait mais ça n'était pas ses affaires de savoir qu'elle ne tarderait plus à retrouver son célibat après deux décennies de mariage. Du coup, elle verbalisa sa surprise face à lui, arguant que leurs patients n'apprécierait sûrement pas qu'ils organisent ça à leur dépend mais elle tentait surtout d'éviter que le sujet ne devienne trop sérieux. « Je plaisantais et oui ça m'arrive de faire de l'humour. » répondit-elle alors avant de lui demander pourquoi il semblait si pressé de fixer une date. Seulement ce qu'il dit alors la pris de court. De quoi parlait-il là ? Elle, démissionner ? Torri sentit son coeur raté un battement lorsque son mari fut mentionné. Tout ce qu'elle avait espéré ne pas avoir à affronter comme situation. Mais avant même d'avoir pu lui offrir une réponse, il poursuivait sur sa lancée et elle fronça les sourcils en le dévisageant. « Alors d'une, je vous ai dis qu'il était occupé, vous avez suggéré qu'on dine nous deux et j'ai accepté donc je ne vois pas pourquoi je sens un ton de reproche dans votre voix et deuxièmement, une seconde étape de quoi au juste ? Quand aux excuses, c'était bien un début mais ça ne rattrape certainement pas toutes les autres fois où vous avez été plus que limite. » Non mais franchement, à quoi rimait tout ça ? Est-ce qu'il était en train de lui faire une scène là ? Et sous quel prétexte en plus vu qu'elle ne lui devait absolument rien en principe.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Mar 8 Déc - 22:39



    En temps normal Rick était quelqu’un de rationnel. Il prenait le temps de la réflexion et pesait le pout et le contre. Mais cette fois-ci, il n’y avait rien de tout cela. C’était le chaos et il ne pensait qu’à une chose : savoir si Torri l’avait pris pour un idiot. Ce fut donc pour cela qu’il la chercha à l’hôpital avant qu’on lui indiqua l’aile de la chirurgie cardiaque. Sur place, il la vit et fit en sorte de pouvoir discuter avec elle. Apparemment, elle allait retourner à son bureau, donc ils pouvaient discuter sur le chemin. La suivant, il commença tranquillement en voulant savoir s’ils pouvaient toujours dîner ensemble. Dit de la sorte, ça pouvait en effet faire penser qu’il la draguait ouvertement, mais ça n’était pas du tout le cas. A ses paroles, il soupira doucement. En temps normal, il aurait eu un sourire ou il aurait sorti une blague. Enfin quelque chose pour lui faire comprendre qu’il avait saisi ce qu’elle avait voulu dire, mais pas aujourd’hui. A la place, il enchaîna, lui demandant si elle comptait démissionner ou partir, parce qu’il avait vu son mari fait ses cartons. De plus, il voulait savoir si elle l’avait pris pour un imbécile et qu’elle se fichait donc royalement de ce dîner dont ils avaient parlés. Mais surtout, il se disait qu’en ayant fait des efforts, il pensait vraiment qu’elle aurait vu qu’il n’était pas celui que tout le monde voyait. Du coup, quand elle prit la parole, il fronça les sourcils.

    Je suis comme ça. Je suis limite parfois, mais …

    Soupirant de frustration, il fixa la jeune femme.

    Une seconde étape entre nous. Vous avez dit qu’on ferait une bonne équipe, alors je pensais que dîner ensemble en bons voisins, ça pourrait justement être un début, mais apparemment ça ne sera pas le cas.

    Quel idiot il avait été. Secouant la tête, il se passa une main sur le visage avant de soupirer à nouveau.

    Je pensais au moins que montrer que je pouvais faire des efforts pourrait vous prouver que je ne suis pas que ce que tout le monde dis de moi.

    Secouant la tête, il ne pu s’empêcher d’avoir un rire jaune.

    Pourquoi part-il ?

    Croisant les bras sur son torse, il ne comptait plus être sympa. Il avait vraiment pensé que ce dîner pourrait les amener à discuter et voir l’autre sous un autre angle, mais apparemment c’était fichu d’avance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Mar 8 Déc - 23:32

La curiosité est un vilain défaut.
Richard & Torri


 
Le numéro de l'autre jour lui restait toujours un peu en travers de la gorge mais par chance, pour une fois, il s'était montré moins buté qu'il ne l'avait toujours été avec elle jusqu'à présent. Il était même venu s'excuser, chose à laquelle elle n'aurait jamais cru pouvoir assisté de son vivant venant de sa part. Aussi lorsqu'il vint la trouver pour parler et qu'il semblait faire preuve de bonne volonté en laissant son numéro de macho au vestiaire, elle était prête à l'entendre. Surprise de voir ce pour quoi il était venu la trouver, elle ne pensait pas qu'il reviendrait à la charge ainsi et elle avait bien sûr sincèrement espérer qu'il laisserait le temps s'écouler avant de fixer une date pour ce diner. Non pas qu'elle ne veuille pas s'y rendre mais elle avait franchement autre chose en tête pour le moment et elle ne voulait surtout pas qu'on apprenne pour son futur divorce et Richard encore moins. Pourquoi ? Bonne question mais il semblait réellement y avoir quelque chose d'autre qui se tramait dans tout ça et il ignorait quoi. Pour une fois qu'elle se permettait de faire un trait d'humour en plus mais l'autre chirurgien ne semblait pas du tout d'humeur à plaisanter et la question qu'il lui posa alors fit tomber un pierre au fond de son estomac. Si elle s'était attendue à une telle révélation...

Il l'avait vu quitté la maison. Mais de là à penser qu'elle allait démissionner ? En y réfléchissant, oui ça avait du sens mais elle ne quitterait pas son poste comme ça, sans prévenir personne. Elle était ici depuis des années et elle s'y plaisait. Bien sûr en tant que chef des résidents elle s'était fait quelques ennemies -et encore le terme était trop fort- mais elle aimait son poste et ce qu'il lui apportait même si la plupart du temps elle passait pour un tyran. Ce qu'ajouta alors Rick la pris de court. Etait-il sérieusement en train de lui faire une scène ? Est-ce qu'il croyait vraiment que parce qu'il s'était montré un peu moins rustre que d'habitude cela lui donnait le droit de la traiter ainsi ? Elle lui fit comprendre que ça n'était certainement pas le cas. Reculant la tête vers l'arrière avec ce qu'il lui répondit, elle n'en revenait pas. « J'ai dis que je pensais qu'on ferait une bonne équipe au bloc et pas en dehors, simple rappel. C'est vous qui semblait avoir interprété ça autrement. Et je devrais me laisser faire parce que c'est comme ça que vous agissez ? Contrairement aux autres je n'ai pas peur de vous tenir tête. » déclara-t-elle en le dévisageant. Tout ça était limite surréaliste franchement. Il avait fait un pas en avant et maintenant il repartait quatre pas en arrière. « Vous semblez pourtant me prouver que j'ai des raisons de croire que vous ne méritez peut-être pas cette chance. » rétorqua-t-elle face à sa nouvelle remarque mais elle se figea sur place à sa dernière question. Sa posture et son regard, il attendait vraiment une réponse, comme si elle la lui devait. Non mais qu'est-ce qui lui passait par la tête à la fin ? « Ca n'est certainement pas vos oignions alors je ne répondrais pas à votre question. Est-ce que je vous demande pourquoi vous préférerez vous taper la moitié de l'hôpital plutôt que de vous caser ? » Ok, là elle était sûrement allé trop loin mais elle n'allait pas se laisser marcher sur les pieds de cette façon alors qu'il n'avait aucun passe-droit pour se comporter de la sorte avec elle.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Jeu 10 Déc - 18:50



    Il n’était définitivement pas d’humeur à rire ou faire des blagues. Tout ce qu’il voulait était de savoir si Torri l’avait pris pour un idiot. Un tas de théories faisaient leurs chemins dans son esprit et il ne pensait plus clairement, mais il était comme ça. Enfin, il l’était avec les personnes qu’il connaissait bien. Alors pourquoi l’être avec une femme qu’il connaissait à peine ? Il préférait ne pas réfléchir à cette question et à la place, il commença par une discussion normale pour savoir quand ils pourraient dîner ensemble. Cependant, il en vint au point important. Il avait vu le mari de la chirurgienne partir de chez eux avec un tas de cartons. La première pensée qui lui était venue à l’esprit était qu’elle lui avait dit qu’elle acceptait de dîner avec lui alors qu’elle savait qu’elle ne garderait pas son poste au sein de l’hôpital. Il vit que cette idée de partir n’était pas la bonne réponse, mais il ne voyait donc pas pourquoi son mari pouvait faire ses valises. Avançant alors le fait qu’elle avait dit qu’ils pouvaient faire une bonne équipe, il fut d’entendre ce qu’elle lui répondait.

    Je n’ai pas mal interprété la chose. J’ai bien compris que c’était au bloc, mais je pensais qu’en apprenant à se connaître, ça pouvait aider. Oh et je sais que vous n’avez pas peur de moi, mais vous savez quoi, laissez tomber.

    Soupirant, il devait avouer qu’il ne savait pas vraiment comment il en était arrivé à lui dire de telles choses, mais il décida d’expliquer qu’il avait pourtant prouvé qu’il pouvait être plus agréable, mais ça ne semblait pas suffire comme premier pas. Fronçant les sourcils, il se sentit blessé par cette remarque et il ne su qu’ajouter. A la place, il décida de jouer les fouines pour savoir pourquoi le mari de Torri faisait ses cartons. Evidemment qu’elle ne lui répondrait pas facilement, mais la question qu’elle lui posa le fit serrer la mâchoire.

    Non, vous ne le demandez pas en effet, mais si vous êtes comme ça tous les jours, je comprend pourquoi il ait envie de partir.

    C’était petit et mesquin, seulement elle l’avait blessé et il avait décidé d’en faire autant. Il aurait du réfléchir avant de parler, malheureusement c’était sorti tout seul et même s’il regrettait ce qu’il venait de dire, il savait que c’était trop tard pour revenir en arrière. Alors, il décroisa les bras et avança vers la jeune femme.

    Pourquoi part-il ?

    Continuant d’avancer, il faisait exprès, parce qu’elle finirait coincée entre le mur et lui si elle ne faisait pas attention et il aurait alors la possibilité de la faire craquer. En tout cas, c’était ce qu’il comptait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Jeu 10 Déc - 20:52

La curiosité est un vilain défaut.
Richard & Torri


 
En un sens oui, elle l'avait pris pour un idiot puisqu'elle avait mentit au sujet de son mari mais elle ne l'avait pas fait pour se débarrasser de lui comme il le pensait mais bel et bien pour préserver sa dignité -ou son égo, les deux se valaient à ce stade-. Elle ne voulait pas qu'il sache que son mari se faisait la malle parce qu'il en avait eut assez de jouer les paillasson pour sa femme, monsieur ayant "des besoins" qu'elle ne satisfaisait plus depuis longtemps déjà selon lui. Depuis quand les hommes avaient-ils forcément besoin d'une femme pour ça ? Bon, ok ça c'était clairement la colère qu'elle avait contre lui qui parlait mais de toute façon, pour qu'elle ait envie de lui, il aurait peut-être fallu qu'il cesse de lui servir des reproches à chaque fois qu'elle rentrait le soir enfin tout ça c'est une autre histoire, revenons-en à celle qui nous intéresse ici. Ce que Torri pensait être une simple discussion tournait à présent à l'interrogatoire et c'était plus qu’inattendu pour elle, elle devait bien l'admettre car précisément, après leur discussion dans son bureau, elle commençait à voir qu'en effet, Rick n'était pas qu'un Dom Juan de plus jouant des mécaniques et de sa position pour avoir ce qu'il veut avec les femmes -et les hommes- mais elle se demandait si lui non plus n'avait pas tout simplement prétendu être un autre alors vu comment il se permettait de la traiter à présent. Elle ne savait même pas pourquoi le fait d'avoir vu son mari prendre ses cartons pour plier bagages de leur maison l'avait mis dans un tel état mais c'était injustifié et clairement pas ses affaires de savoir ce genre de choses.

Ne se démontant pas face à lui, elle tentait de lui faire remarquer que son comportement n'était pas franchement celui qu'il était censé avoir s'il voulait qu'ils apprennent à se connaître et que clairement, cela lui prouvait bien qu'elle avait eu raison de se tenir à distance même si elle pensait qu'ils pourraient s'entendre dans un bloc, puisque complémentaires à bien des égards. « Et c'était le cas, jusqu'à ce que vous commenciez à monter sur vos grands chevaux. » lui fit-elle remarquer face à son nouveau reproche. Elle aurait vraiment aimé apprendre à mieux le connaître, voilà pourquoi elle avait accepté l'invitation -après s'être assurée que son mari reste en dehors de tout ça- mais un tel retournement de comportement la laissait perplexe. Mais sa dernière question fut de trop pour la chirurgienne. Quel droit pensait-il avoir de savoir une telle chose ? Du coup, pour une fois, elle décida de taper là où ça faisait mal en arguant qu'elle ne voyait pas en quoi ça le concernait et qu'elle ne lui demandait pas à lui pourquoi il se tapait tout le monde. Il aurait beau faire la gueule parce qu'elle venait de dire ça mais c'était lui qui s'était mis dans cette situation tout seul. Sa réponse tomba et évidemment, il répondait sur le même ton. « Au moins ça permet de garder les types comme vous à distance. » balança-t-elle en le fusillant du regard. Cependant, il ne lâchait toujours pas le morceau et réitéra sa question. Mais à la fin qu'est-ce que ça pouvait bien lui foutre de savoir si oui ou non son mari partait ? Il s'avançait toujours plus vers elle et Torri savait qu'elle finirait dos au mur -littéralement et figurativement- alors elle avisa de quoi couper définitivement cours à son petit numéro. Sa main fendit l'air et vint trouver sa joue dans un claquement sec. « Mêlez-vous de vos affaires Gregg, je pense que c'est déjà assez le bordel dans les votres pour ne pas venir mettre votre nez dans celui des autres. » lança-t-elle avec une pointe de mépris dans la voix, tournant les talons et prenant le chemin de la porte. Pas question qu'elle reste ici une seconde de plus, pas tant qu'il se prendrait pour un tel abruti -et elle restait gentille ici, croyez-le bien-.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   Jeu 10 Déc - 23:14



    Il avait vraiment été lui-même quand il était venu s’excuser, mais on aurait dit une autre personne en cet instant. Alors qu’il avait été poli et agréable avant, il se retrouvait à être insistant et peut-être même méchant. Réfléchir était habituellement son point fort. Il le faisait dans sa vie quotidienne et dans son travail. Mais pas cette fois-ci. Il s’était laissé emporter par ses émotions, chose qu’il n’avait jamais faite avant. Bon, peut-être quand il avait appris que son ex l’avait trompé, ou quand on venait ennuyer sa sœur et son frère. Autrement, il restait maître de lui-même. Cependant, là, il ne pensait plus à rien et il agissait sans penser aux conséquences. Il était évident, qu’elle ne lui laisserait pas la moindre chance de s’excuser ou de lui reparler à nouveau. Il s’en fichait pour le moment, car il voulait savoir pourquoi elle lui avait mentit et pourquoi son mari faisait une telle chose. C’était idiot et clairement pas ses affaires, mais il n’arrivait pas à penser à autre chose. La conversation devint donc bien plus tendue et il reprenait ses propos sur le fait qu’il ferait un bon duo au travail, préférant laisser tomber l’idée. Au vu de la situation actuelle c’était sans doute le mieux à faire d’ailleurs.

    Venant remuer le couteau dans la plaie, il fut véritablement blessé par les paroles de Torri et il décida de répondre aussi méchamment. Fronçant les sourcils, il comprenait pourquoi les autres ne venaient pas vers elle, mais il n’aimait pas le fait qu’elle parle de lui, en disant « des hommes comme vous ». Il savait que c’était clairement péjoratif et il aurait voulu savoir le véritable sens de ses propos, seulement il se doutait qu’il risquait de le prendre très mal. A la place, il reposa la même question, pour savoir pourquoi son mari partait. Il voulait une réponse et tout en la fixant, il avançait. Rick voulait la bloquer entre le mur et lui, mais contre toute attente, il sentit un violent coup atteindre sa joue et cette dernière être chaude rapidement. Ouvrant les yeux de surprise, il fixa son interlocutrice avant que celle-ci ne prenne la parole et ne parte. Il n’avait pas pensé qu’elle puisse réagir de la sorte. Fixant la porte par laquelle elle venait de sortir, il fronça les sourcils. La réalité reprenant le dessus sur sa paranoïa. Soupirant, il se passa les mains sur le visage. Il avait été un véritable imbécile et encore c’était un terme poli comparé à ce qu’il avait vraiment été. S’asseyant sur les marches, il prit quelques minutes, avant d’entendre son biper sonner et il le regarda, avant de se lever et de partir vers l’aile de gynécologie.





FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut. | Torri.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La curiosité est un vilain défaut. | Torri.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La jalousie est un vilain défaut | Ahava&Heather
» Faut-il revoir le modèle d'intégration français ?
» comment leur expliquez-vous qu'il ne faut pas taper?
» Faut-il le réveiller pour le faire téter?
» les 100 films qu' il faut avoir vus dans sa vie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: