AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you're the best around (malya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: you're the best around (malya)   Mer 25 Nov - 12:20


"you're the best around"


Après une journée riche en émotions dans laquelle James avait été par monts et par vaux, il avait eu besoin d’un café, noir, comme à son habitude. Il s’était dirigé vers la machine, repensant à la dernière opération de la journée qui s’était avérée délicate et dont l’issue était encore inconnue. Une petite fille de trois ans atteinte d’une cardiomyopathie dilatée hypokinétique à un stade très avancé puisque seuls 10% de son cœur fonctionnait et qu’elle était placée sous assistance respiratoire avec l’aide d’un cœur artificiel, avait pu recevoir la greffe d’un cœur. Mais pas n’importe lequel. Dans ce cas, les enfants doivent recevoir un cœur d’un enfant du même âge victime d’une mort cérébrale. Or, c’était un cas très rare. Si l’enfant avait eu de la chance, une autre famille pleurait le sien. L’opération avait été longue et périlleuse, mais assisté de la titulaire, James avait réussi à tenir sa promesse : il sauverait l’enfant. L’heure était maintenant à l’attente, priant pour qu’il n’y ait aucun rejet de greffe. Tout le service était sur les rotules, et James avait angoissé comme jamais. Ce n’était pas sa première opération difficile mais il savait qu’il serait attendu au tournant. S’appuyant sur la machine à café de son bras, il posa sa tête dessus, se laissant aller à un profond soupir de soulagement, éreinté. Il saisit son café et remit des pièces dans la machine, pour en prendre un second. Il était destiné à Malya, son assistante. Elle était un avantage non-négligeable dans la gestion de son boulot, car elle n’était pas seulement une secrétaire. Elle était capable de bien plus, et quand James était surmené, elle était là pour le rassurer de par son boulot bien fait. Elle était son atout numéro un. Grâce à elle, les journées étaient bien moins difficiles à supporter. Le café étant fin prêt, il retourna dans son couloir, les deux cafés à la main, trouvant son assistante assise à son bureau. Il avait fait des pieds et des mains pour qu’elle ait le droit à son endroit bien à elle, il était un des rares non-titulaires à disposer d’une assistante, mais il avait su convaincre le chef de service qu’elle lui était indispensable. « Je t’ai pris un café. » Dit-il en lui posant devant elle. Elle avait l’air bien lessivée, elle aussi. Mettant la main dans sa poche, il en sortit deux petits sachets de sucre. « Et du sucre, je ne sais pas si tu en veux. » Il lui sourit et posa son regard sur elle, la détaillant un instant comme pour apercevoir le détail qui tue, avant de lui lancer : « Je t’ai déjà dit que tu étais la meilleure ? » Il marqua une pause avant de reprendre sincèrement, « je n’aurais pas réussi sans toi. Merci de faire ton travail comme tu le fais. » Il tenait à lui montrer qu’elle n’était pas une simple employée, qu’elle avait sa part de responsabilité dans sa réussite. James considérait que chacun apportait sa pierre à l’édifice, personne n’était inférieur. Buvant une gorgée de son café, le résident Arryns porta un regard attentionné sur la jeune mexicaine, et il conclut : « Tu devrais rentrer chez toi maintenant. Tu dois être fatiguée, alors profites-en pour prendre du temps pour toi. » Il pourrait se débrouiller sans elle le temps d’une demi-journée ou plus, non ? Ca ce n’était pas si sûr. Appuyant ses avant-bras sur le comptoir, il observait l’organisation qui régnait sur le bureau de Malya. Tout était impeccable, jamais il n’avait eu à lui reprocher quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: you're the best around (malya)   Lun 30 Nov - 2:13


Malya & James: you're the best around

« Abuela.. je t'aime aussi.  » murmura la jeune femme tout en tentant de ne pas se faire prendre. C'est bien connu, les portables ne sont pas acceptés dans l'établissement. Sa grand-mère qui a constamment besoin de se faire rassurer que tout va bien. Celle-ci ne vivant pas à San Francisco, mais toujours à Austin. Il lui arrive de parfois, lui rendre visite. Cela est toujours un réel plaisir d'avoir ses grands-parents à souper. Malya a toujours été très proche de sa famille, notamment sa grand-mère, qui lui a beaucoup appris. La mort de ses parents n'a pas du tout été facile. La pauvre a dû se débrouiller toute seule, heureusement, celle-ci était là pour l'épauler. Elle sentit soudainement un petit coup sur le bras et en relevant la tête, elle aperçut Cameron, un urgentiste titulaire. Elle détourna légèrement le regard et sourit légèrement en coin avant de dire au revoir à sa grand-maman et de raccrocher. « Tu sais que les téléphones ne sont pas permis ? » Dit-il en se faisant un café. Malya rangea son portable dans l'une de ses poches avant de se lever de son siège. « Nous sommes dans la salle de repos. Et l'appel n'a duré que deux petites minutes. » Pourquoi devait-elle se justifier à ce point-là ? Ce dernier se mit légèrement à rire. Évidemment qu'il venait de se payer sa tête. Malya fit une mine boudeuse et croisa légèrement ses bras. La journée n'était pas encore terminée, loin de là. La jeune mexicaine devait assister James pour une opération délicate. La patiente à peine âgée de trois ans, était atteint d'une cardiomyopathie dilatée hypokinétique. La brunette sourit à son beau urgentiste avant de quitter la salle de repos pour rejoindre son châtain alias son patron, monsieur Arryns. Après l'opération, il fallait maintenant remplir les papiers et rassurer que tout est en ordre. Les parents devaient signer d'autres paperasses et Malya devait s'assurer qu'elle avait bien accompli son boulot. Étant de nature perfectionniste, elle avait tendance à vérifier ses notes et également à relire le même rapport plusieurs fois. Tout se devait d'être parfait. Elle n'avait pas été engagée pour ses beaux yeux, mais pour être l'assistance et la secrétaire exemplaire. En tout cas, elle s'était donnée pour mission d'être parfaite dans son boulot. Après une bonne et grosse journée, Malya n'avait pas encore quitté le bureau, elle avait encore quelques trucs à faire. Des trucs qui pouvaient attendre au lendemain, mais la demoiselle n'avait pas envie d'attendre aussi longtemps. Elle s'était donc cloîtrée dans son fameux bureau, à travailler. Elle sentit soudainement un bon dans sa poitrine lorsqu'elle a entendu la voix. Elle ne sursauta pas, mais ça y était presque. Elle releva la tête de ses papiers et elle lui adressa un doux sourire. « Tu es un ange, merci. » Elle tourna sur le côté avec sa chaise à roulettes et attrapa délicatement le café. Malya prit les deux sachets afin de les verser dans le café. Tout en faisant tournoyer le café avec le petit bâton en bois, elle se mit à rire en l'entendant. C'est quelque chose qui flatte toujours l’ego de se faire dire cela. Néanmoins, ce n'était pas pour autant que la brunette se prenait pour un autre et faisait chier les autres en se vantant. « Tu as besoin de quelque chose pour faire le lèche-botte ainsi ? » Dit-elle sur le ton de la plaisanterie. Elle était toujours prête à l'aider, à le soutenir et être à ses côtés quoi qu'il arrive. Malya croisa l'une de ses jambes en lui souriant et but quelques gorgées de la boisson chaude. « C'est presque chez moi, non ? Je suis ici très souvent et puis.. j'ai encore quelques trucs à faire. Ses papiers ne font guère se remplir tous seuls. » Elle sourit légèrement avant de déposer le café sur un sous-verre. Elle l'observa de la tête aux pieds. « Cette petite fille.. elle est forte. Elle va s'en sortir, car tu es le meilleur. » Souhaitait Malya, de tout son coeur. Elle prenait les choses à coeur. Certes, elle n'avait pas autant de pression que James et les autres médecins, mais elle était présente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: you're the best around (malya)   Mar 1 Déc - 0:41

Quelle idée lumineuse il avait eue quand il s’était mis en tête de recruter une assistante. Il n’avait pas cherché à comprendre si ça se faisait ou non, il avait fait le nécessaire pour que la jeune mexicaine devienne la personne indispensable à son succès en tant que résident. L’organisation et James, ça n’avait jamais été trop ça, autant dire que d’avoir anticipé sur ce coup-là était une idée de génie. Elle lui ressemblait beaucoup en termes de caractère : elle était perfectionniste, et à eux-deux, ils toucheraient peut-être du bout des doigts la perfection ultime. Elle faisait un travail exemplaire et James n’avait rien à lui reprocher. Pas une seule fois elle ne l’avait déçu. Ce n’était pas maintenant que ça allait arriver et pourtant dieu sait si Arryns est exigeant. Puisqu’il est très heureux de son travail, il peut bien la remercier comme il se doit. Il a songé à l’inviter à diner pour ce faire, mais craint que ce ne soit mal interprété. Or, James met un point d’honneur à ne pas gâcher la relation qu’ils avaient établie. S’ils se mettaient à déraper, l’entente serait surement différente entre eux par la suite et il ne souhaitait pas interférer. Il mentirait s’il niait que la jeune femme n’était pas resplendissante et tout à fait le genre de femmes sur lesquelles il pose les yeux. Mais Malya n’était pas de la chair à canon, et il tenait à la garder auprès de lui. Ce n’était pas en la draguant que cela fonctionnerait, car un quiproquo est vite arrivé. Lui offrir des petites attentions était une meilleure façon de lui prouver qu’elle avait de la valeur à ses yeux. A peine avait-elle récupéré son café, que déjà elle riait de l’entendre la complimenter. Elle se hasarda même à une plaisanterie qui passa très bien avec lui mais qui aurait été fustigée par une autre personne. Parce que James avait beau être son ‘patron’, il ne se voyait absolument pas comme tel. Son rire tinta ensuite en réponse aux dires de la jeune femme avant de rétorquer une petite pique : « Pas plus que d’habitude non, mais je me souviendrais que les femmes du service n’aiment pas les compliments ! » Il avait pu voir que c’était également le cas pour Frances Austeen, qui rechignait à accepter le moindre compliment même quand celui-ci étai justifié. Malya considérait presque l’hôpital comme son domicile. En fait, c’était généralement le cas de la plupart du personnel qui travaillait ici. James passait plus de temps au travail que chez lui, il comprenait donc pourquoi Malya se sentait ici comme à la maison, sauf qu’il tenait à ce qu’elle puisse profiter de temps libre aussi. Elle n’avait pas que le travail dans la vie, elle pouvait en profiter pour se détendre ou retrouver les siens, comme faire du shopping. Elle avait l’embarras du choix. « Tu auras le temps de les faire demain, Malya ! C’est pas tous les jours que je te laisse rentrer chez toi pour te reposer ! » Il lui en demandait beaucoup, et elle répondait toujours présente. Il était temps qu’il lui renvoie l’ascenseur et que la jeune femme puisse prendre du temps pour elle. Sauf qu’elle ne semblait guère encline à le faire. Aussi, elle préféra aborder le sujet de la patiente transplantée. James craignait pour la vie de la patiente, mais il avait aussi fait tout son possible pour que l’opération réussisse et il était satisfait de son travail. Il devrait maintenant s’en remettre au temps qui s’égrène. Il était reconnaissant du compliment qu’elle lui offrait. Il s’efforçait d’être le meilleur mais refusait de fanfaronner. « J’espère qu’elle va s’en sortir… J’espère que la greffe prendra. Les prochaines quarante-huit heures vont être cruciales. J’ai bon espoir qu’elle puisse retrouver une vie normale après ça. » Dit-il non sans une pointe d’angoisse. Pas besoin de feindre devant Malya, elle savait qu’il était toujours touché par ses patients et qu’il mettait toujours du cœur à l’ouvrage pour sauver le monde. Il lui sourit ensuite, réitérant ses propos : « Merci en tout cas, pour tout ce que tu fais. Je ne regrette absolument pas t’avoir embauchée ! » Il avait vraiment décroché la perle rare, et il savait qu’il faisait des jaloux au sein de l’hôpital. Pour une fois, il pouvait se vanter d’avoir eu du flair.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: you're the best around (malya)   Ven 4 Déc - 0:27


Malya & James: you're the best around

Travailler fort, c'est dans les cordes de Malya. Elle travaille plus qu'elle ne le devrait. Elle se surpasse, elle dépense toute son énergie à cela, à son travail. Si la belle est en forme et complètement esclave de son boulot. Elle ne peut nier que cela soit épuisant et qu'elle ne rêve que d'une chose : dormir pendant des jours. La réalité est tout autre. Et pas de boulot, pas d'argent. Alors. Et puis, ce n'est pas comme si elle détestait son patron. Entre eux, la relation est différente. La jeune femme se permet donc quelques petites taquineries tout en sachant qu'il n'est pas du genre à être susceptible et de lui crier dessus pour un rien. En fait, elle en a vraiment de la chance. Ce jeune médecin a un avenir prometteur et elle est très fière de lui. Fière également de faire partie de sa vie professionnelle. Elle baissa légèrement la tête en laissant échapper un rire de sa bouche en l’entendant. « Tout dépend de qui cela vient. » Elle sourit légèrement. La jeune femme n'était pas contre les compliments, tant que cela restait dans le respect et non la vulgarité. Enfin, là, c'était autre chose, il la complimentait sur son travail. Eh oui, ça la rendait heureuse de l'entendre. Elle fait bien son boulot, elle ne sera pas virée d'aussitôt, du moins, elle l'espère. Malya boit quelques gorgées du café tout en le regardant. Il est vrai que ce n'est pas tous les jours, mais c'est plus fort qu'elle, de devoir tout finir maintenant, plutôt que demain. « Je me sentirais trop mal de repartir sans avoir rien terminé. » Si elle repartait sans avoir terminé, elle va passer le reste de la journée et soirée à se faire une liste des choses qui restent à faire dans sa tête. Histoire de passer à autre chose, car elle était déterminée à terminer ses papiers, elle parla de la journée. Cette journée épuisante, cette boule dans le ventre qu'ils ont à chaque fois qu'il y a une opération, une chirurgie. Elle est toujours présente, car il faut attendre les résultats. Va-t-elle rejeter la greffe ? Malya espère fortement, tout comme James, qu'elle pourra reprendre le cours de sa vie normalement. « Ce sera le cas, j'en suis certaine ! » Il vaut mieux rester positif que de perdre espoir. Sinon autant ne pas exercer ce métier si dur. Un sourire s'afficha sur son visage tout en plantant son regard dans le sien. « Je me demande bien ce que tu aurais fait sans moi. » Dit-elle pour le taquiner une nouvelle fois. Elle avait confiance en lui et elle savait qu'il était bon. Malya le soutenait toujours comme elle le pouvait. La Mexicaine replaça ses jambes sous le bureau pour terminer la paperasse qui traînait sur le bureau. « Je suis vraiment heureuse de ne pas être tombée sur un vieux pervers ou un gros rabat-joie. » Elle gloussa tout en écrivant. Franchement, elle remerciait le ciel d'être tombée sur James Arryns. Ils s'entendent bien, ils ont une bonne relation, quoi demander de mieux. Elle releva doucement la tête vers le châtain. « Plus sérieusement.. Merci d'être toi-même, d'être l'homme que tu es. Je suis ravie d'être ton assistante et de travailler à tes côtés. » Malya sourit une énième fois. Elle était sincère dans tout ce qu'elle venait de lui dire. Elle ne regrettait pas une seconde d'avoir accepté ce poste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: you're the best around (malya)   Sam 5 Déc - 0:20

Il mesure la chance qu’il a d’être arrivé à ce niveau si rapidement. James est bosseur et il met toutes les chances de son côté pour y arriver. Mais James est tellement bordélique que sans la présence de Malya à ses cotés, il aurait égaré la plupart de ses comptes-rendus, ou autres papiers importants. Elle met de l’ordre dans sa vie, elle le stimule positivement en travaillant avec lui, parce que cela lui permet de penser à tous les petits détails qu’il oublierait d’ordinaire. Malya, c’est un vrai soleil dans sa vie. Elle est toujours souriante, agréable. Elle possède une tenue parfaite, toujours impeccable, elle est tout bonnement irréprochable. Le lui dire trop souvent ne serait probablement pas bien perçu, mais il préfère qu’elle sache ô combien il a de l’estime et un profond respect pour elle. Les grands hommes sont toujours accompagnés d’une grande femme. C’est ce qui se vérifie avec son assistante. Elle avoue malicieusement que les compliments ne sont acceptables que lorsqu’il s’agit de certaines personnes, et il fait la moue, feignant la contrariété en posant le regard sur elle : « Et quand ça vient de moi, ce n’est pas acceptable ? » Il était prêt à faire l’éloge de la jeune femme devant tout le monde, mais elle était chasse gardée. Il ne la donnerait à quelqu’un d’autre sous aucun prétexte. Elle lui était si précieuse, qu’il ferait toujours des pieds et des mains pour la garder auprès de lui, même si les supérieurs s’y opposaient. Mais pour la garder auprès d’elle, il doit d’abord se soucier de sa santé et en l’occurrence de la quantité de sommeil qu’elle s’octroie. Mais elle est comme lui, bien trop perfectionniste, et elle se reproche déjà le travail non fait. Elle est trop exigeante. Aussi, il lui sourit sincèrement, touché par son implication, mais concerné par son état de fatigue car il connait le sien, et si lui est fatigué, ce doit être la même chose pour elle qu’il sollicite abondamment. « Moi je ne t’en voudrais pas. Je préfère que tu prennes du temps pour toi, que tu te reposes et que tu finisses tout ça demain. Les dossiers seront encore là demain ! » Elle n’aura pas de retard, elle n’en a jamais, et le travail est toujours fait consciencieusement. Elle n’a pas de défaut à ses yeux, la Mexicaine. Elle est optimiste, et ça lui fait du bien de l’entendre. Il veut croire qu’il ne subira pas de décès tant qu’il s’occupera aussi bien de ses patients. Il sait que c’est impossible, mais l’optimisme de la belle brune le rassure à ce niveau. Comme elle le dit si bien, sans elle, il ne ferait rien. « Pas grand-chose. Tu es mon ange gardien, Malya ! Tant que tu es là, je suis plutôt confiant ! » Et il espérait que jamais elle ne quitte son poste. C’est à son tour qu’elle commence à déverser son flot de compliments, et James ne sait plus où se mettre. Elle est adorable et il pose un regard reconnaissant sur elle, pour lui montrer que ce qu’elle dit lui va droit au cœur. « Tout le plaisir est pour moi ! Mais, doucement avec les compliments, je vais finir par croire que tu veux me demander quelque chose ! » Il rit de bon cœur, et il a soudainement une idée qui germe dans son esprit. Si elle ne veut pas rentrer de son propre chef chez elle, il connait un moyen de la faire sortir du travail. Il lui propose alors : « Puisque tu ne veux pas rentrer chez toi, ça te dirait d’aller diner avec ton patron ? Comme ça, tu n’auras pas d’autre choix que de te reposer ensuite ! » Il n’a aucune idée de comment cela pourrait être interprété, James n’a jamais vraiment fait attention aux codes de la société, il ne se pose pas de question existentielle.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: you're the best around (malya)   Dim 13 Déc - 0:28

Passer tout son temps à l’hôpital est parfois très difficile. Elle voit toutes sortes de cas et pas seulement en pédiatrie. On n'entend toutes sortes d'histoires, pas seulement que sur les patients. Il y a parfois certains cas au sein du personnel. Enfin, cela est souvent bien trop caché pour connaître tous les détails croustillants. La jolie brune est toujours attentive à ce que son patron attend d'elle, aux ordres et également aux patients. Ils ont besoin souvent de soin spécifique et on a droit à aucune erreur. Vérifier les matériaux de salle d'opération par exemple ou que le patient ne manque de rien. Elle est très à l'écoute et aime davantage savoir que l'enfant s'en est bien sorti. C'est bien sûr, la meilleure partie du métier, savoir que le bébé ou l'enfant s'est bien rétabli. Et si ce n'est pas le cas, alors, il faudra repasser étape par étape pour savoir ce qui ne va pas. Bien souvent, ce n'est pas la façon dont cela a été fait, mais que le corps n'a pas supporté l'opération ou quel que soit le médicament et traitement. Malya sourit au beau châtain. Elle n'était pas contre les compliments. Après tout, cela faisait toujours du bien de savoir que l'on fait un bon travail. La secrétaire sait également que les intentions de James sont tout à fait honorables. Elle a fait la connaissance de certains hommes, beaucoup moins adorables et plutôt grossiers. Enfin, peu importe. Il avait raison, les dossiers seront toujours là demain et n’attendront qu'une chose, qu'elle termine. En tout cas, elle, elle n'attend que cela. À force d'écrire, la fameuse crampe du poignet ne met pas de temps à s'installer. Prendre un peu de temps pour elle, lui ferait grandement du bien. Seulement, elle a du mal à l'admettre. Peur qu'un jour, qu'il lui reproche d'avoir mal son boulot. Ce jour-là, elle se sentirait vraiment mal et ce sentiment, elle n'a guère envie de le ressentir. Elle sourit à l'entendre lui dire que sans elle, il ne ferait pas grand-chose. Malya apprécie grandement d'être à ses côtés et l'aider comme elle le pouvait. Le mettre en confiance, était l'une de ses premières missions. Elle n'était pas là pour le détruire moralement, mais bien pour le soutenir et l'assister dans ses tâches. Elle joua légèrement avec le couvercle du café en riant à son tour. « Maintenant que tu en parles.. » Elle continue de rire un court instant avant de prendre une petite pause pour boire son café qui commençait déjà peu à peu à se refroidir. Alors, qu'elle était en train de penser à ce qu'elle allait faire ce soir, ce dernier l'invita à dîner. Malya fronça les sourcils avec un fou rire. Était-ce une blague ? Elle lâcha le café et se leva de sa chaise tout en le regardant. « Hm..et ensuite, tu vas me raccompagner jusqu'à ma porte d'appartement pour être certain que je ne retourne pas ici ? » La Mexicaine pouffa de rire un instant sans se moquer. Elle riait de bon coeur avant de hocher doucement la tête. « C'est avec plaisir que j'accepte ! » Malya lui adressa un sourire. Elle était ravie qu'il l'invite à manger. Cela leur donnera l'occasion d'éviter de penser au possible rejet de greffe. Bon. Elle avait également hâte de se remplir le ventre, mais ça, c'était autre chose. Elle rangea les papiers dans le dossier du patient d'aujourd'hui et attrapa son sac à main. Malya avait retiré la chemise blanche depuis un moment, elle était vêtue d'une jupe longue et d'un chemisier assorti. « J'avoue que j'ai plutôt hâte de pouvoir respirer l'air de l'extérieur. » L'ambiance sera également différente et l'air frais sur sa peau la ramènera à la réalité. Le fait qu'elle soit humaine et qu'une petite pause de temps en autres, ne fait pas de tort. Surtout quand le patron donne son accord.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: you're the best around (malya)   Lun 14 Déc - 0:23

Il était plutôt facile de plaisanter avec la ravissante Morales. La jeune femme avait un sourire communicatif à se damner et elle offrait à l’hôpital un véritable vent de bonne humeur. Elle était toujours souriante, agréable, et en plus, faisait son travail à merveille. James n’en demandait pas tant, et n’en demanderait jamais plus à Malya. Son travail était plus recevable que ce qu’elle pensait. Il ne changerait d’assistante sous aucun prétexte, à moins d’une faute grave dont il ne la pensait capable, donc elle pouvait dormir tranquille, son poste n’était pas près de lui être enlevé. Il préférait d’ailleurs instaurer une relation de confiance avec elle parce qu’il voyait dans la durée. Maintenant qu’elle avait fait ses preuves auprès de lui, il était hors de question qu’il se sépare d’elle. Malya finirait sa vie comme son assistante, il ne lui laissait pas le choix. Elle était trop précieuse pour lui. D’ailleurs, il n’avait qu’à poser les yeux sur elle pour se sentir en confiance et savoir que tout se passerait bien, parce qu’elle était là. Jamais il n’avait accordé aussi vite sa confiance à quelqu’un – sauf peut-être à Lucas qui était son meilleur ami, mais là c’était différent. C’était une relation professionnelle rassurante dont il avait besoin pour continuer à croire en ce qu’il pensait juste. La jeune femme avait beaucoup de répartie, et alors qu’il s’amusait de savoir si elle avait quelque chose à lui demander, elle laissa une petite phrase en suspens qui intrigua son patron : « Tu sais que tu peux me demander tout ce que tu veux. » Presque tout en tout cas, car évidemment lui laisser son poste n’était pas envisageable avec tout le respect qu’il lui devait. Mais au moins, il lui signifiait qu’elle pouvait discuter avec lui, de tout, de rien, il ne serait jamais fermé à ses suggestions et se promettait de tout faire pour qu’elle aille travailler sans contraintes. Son invitation soudaine à diner la fit exploser de rire. Le résident ne s’y attendant pas, fut légèrement désarçonné et posa sur elle un regard embarrassé. Etait-ce déplacé de l’inviter à diner qu’elle le prenait de cette manière ? Mais bien vite, il se reprit alors qu’elle se levait pour lui faire face et qu’elle s’amusait de la situation. Il était tout à fait capable de la raccompagner jusqu’au seuil de son domicile pour ne pas qu’elle retourne travailler après leur diner. « Ca se pourrait si ça me permet de t’offrir du repos. » Même si elle était toujours resplendissante, il se disait qu’un peu de repos lui ferait forcément du bien. Elle accepta pourtant sa proposition, et il lui sourit pour lui montrer à quel point il était ravi qu’elle l’accompagne. Ils pourraient pour une fois changer de sujet de discussion, varier pour ne pas toujours revenir au sujet numéro un qu’étaient leurs patients. Malya était déjà prête à partir, signalant à James qu’elle avait besoin de respirer le grand air, ce qui amusa le chirurgien qui lui lança une petite pique amicale : « Ah bon ? J’aurais pas cru, vu comme tu es récalcitrante à l’idée de quitter ton boulot ! » Pourtant, elle était sur le pied de guerre, tandis que lui avait encore sa blouse sur les épaules. Il la questionna alors : « Tu me laisses le choix du restaurant, ou tu veux aller quelque part en particulier ? » Qu’elle ne fasse pas la timide, il invitait, il ferait donc selon ses désirs. Et puis, il lui signala qu’avant toute chose, il fallait qu’il rejoigne le vestiaire pour retirer sa blouse et prendre ses affaires. « Je passe juste aux vestiaires récupérer mes affaires ! » Et il se hâta en allongeant le pas pour ne pas la faire attendre. C’est cinq minutes plus tard qu’il la rejoignit, vêtu de façon élégante. « On y va ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: you're the best around (malya)   Mar 15 Déc - 3:29

Malya n'était clairement pas le genre de fille qui demandait des faveurs à son patron. Ce dernier avait dû s'en rendre compte. Elle avait du mal à décoller de son bureau, elle faisait tout comme il se devait. Elle ne demandait rien en retour, ni même une augmentation de salaire ou des vacances. Rares sont les fois où elle a demandé ce genre de choses. Il lui était arrivé de ne pas travailler, c'était lorsque le rhume avait pris possession de son corps. Et les rares fois où ses grands-parents devaient passer, encore là, elle tentait de ne pas non plus trop en demander. Peut-être avait-elle peur de passer pour la fille chieuse qui fait des caprices à cause d'un bon travail. Enfin bref. La jeune femme n'abusait pas de la confiance du résident pour cela. Ils avaient une bonne relation, il était inutile de gâcher cela avec un petit congé. Elle esquissa silencieusement tout en ayant un léger sourire. Elle était heureuse d'être tombée sur lui, quelqu'un de bien. Cela n'arrive pas souvent où les supérieurs font attention à leurs employés. Étrangement, elle ne se doutait pas une seconde qu'il le ferait. Si au début, elle était réticente à retourner chez elle, finalement, se reposer lui ferait du bien. Sinon, elle allait probablement revenir, mais sous forme de zombie. James avait raison. Elle devait se reposer. Il vaut mieux bien dormir que de faire plein d'erreurs et de le regretter ensuite de ça. Obsédé comme elle est, il fallait peut-être mieux l'écouter. Elle venait donc d'accepter l'invitation et ce, sans réfléchir. Malya ne faisait aucune idée. Elle savait que cela n'était que purement amical. Son sourire s'agrandit en l'écoutant. « Je te laisse choisir ! Je n'ai pas de préférence. » Elle le laissa aller se changer, pendant qu'elle rangea un peu son bureau et qu'il le barra avant de l'attendre un peu plus loin. Malya sourit en le voyant arrivé. « Pas mal monsieur Arryns. Joli changement. » C'est vrai que cela changeait de la fameuse blouse et puis elle le trouvait charmant ainsi. Ils allaient sûrement prendre la voiture de James, puisqu'elle ne conduisait pas encore. Le permis était là. Il manquait plus que la bagnole. Malya marcha à ses côtés tout en quittant enfin l'hôpital. Sentant une légère brise sur son visage. Elle ferma les yeux un court instant afin de savourer cela. Ses joues toutes chaudes tentaient de refroidir avec le léger vent. Elle serra sa pochette qui lui sert de sac à main avant de poursuivre son chemin jusqu'à la voiture du châtain. « Alors, tu as une idée en tête pour le restaurant ? » demanda curieuse la brunette tout en l'observant. Elle n'était pas du genre à être difficile. Même si, comme tout le monde, certains aliments la répugnent. Genre, le boudin ou la langue de porc.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: you're the best around (malya)   

Revenir en haut Aller en bas
 
you're the best around (malya)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: