AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 let the truth sting. (lip)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: let the truth sting. (lip)   Dim 22 Nov - 19:50

Parfois, les journées sont plus difficiles que d'autres. Comme aujourd'hui où il vient de perdre un patient sur la table d'opération, ce n'est pas de sa faute, c'est ce que lui a répété en boucle le titulaire, mais il ne peut pas s'empêcher de s'en vouloir. Depuis l'opération, il refait les moindres détails de la chirurgie dans sa tête pour voir s'il aurait pu faire quelque chose différemment. Inconsciemment ses pieds le traînent jusqu'au vestiaire des résidents, tel un zombie, il n'accorde pas un regard aux personnes présentes dans la pièce et se dirige tout droit vers son casier. Pas pour récupérer ses affaires et rentrer chez lui, mais pour prendre une cigarette dans le paquet qu'il garde précieusement dans son casier. Après des années à fumer comme un pompier, il avait arrêté à la naissance de sa fille il y a cinq ans maintenant, il s'accordait seulement une clope lorsqu'il perdait un patient. C'était sa façon à lui de gérer la situation. Sans qu'il sache vraiment comment, il se retrouve à l'extérieur de l'hôpital là où tout le personnel à l'habitude de fumer. Il repère vite un petit groupe de résidents en train de discuter, mais son regard est attiré par habitude vers le banc où il avait l'habitude de fumer avec le docteur Monroe, son ancien mentor. Le chirurgien titulaire est bien là, mais Bran ne court pas tout de suite pour le rejoindre comme il aurait pu le faire par le passé. Bran ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même s'il n'avait plus la même relation avec celui qu'il avait fini par considérer comme un ami avec le temps. Le résident avait passé son temps avec Lip, à le suivre dans son service, à faire tout avec lui. Quasiment inséparables, tous les autres résidents et titulaires étaient persuadés qu'il choisirait la pneumochirurgie, que c'était une évidence, il y avait même quelques paris qui avaient tourné sur le sujet. Pourtant, il était tombé amoureux de l'ortho, sans le vouloir vraiment et Lip l'avait vécu comme une trahison, tout du moins c'est ce que Bran avait cru comprendre. Néanmoins, prenant son courage à deux mains, il se dirige vers le banc où Lip est assis et prend place à ses côtés. « Je peux t'emprunter ton feu ? ». Même s'il gardait un paquet de cigarettes dans son casier, il évitait d'avoir du feu sur lui pour ne pas être tenté de fumer quand il était tout seul. Anxieusement, il triture sa cigarette entre ses doigts, pas certains de ce qu'il est sensé dire. Il était bien au courant des mésaventures que Lip avaient vécu et de son interdiction d'opérer, mais il ne savait pas s'il pouvait aborder le sujet de manière aussi frontale. Sauf qu'il était quelqu'un que Bran appréciait sincèrement et il ne pouvait pas rester sans rien dire. « Alors, tu deviens pro pour remplir les dossiers maintenant que t'as plus de temps libres ? ». Tout naturellement, il reprend ses familiarités, même s'il n'est pas sûr d'en avoir encore le droit. C'est plus facile de le taquiner sur le fait qu'il ne puisse plus opérer que de lui dire clairement qu'il est désolé de ce qui lui arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Dim 22 Nov - 23:02

Putain de journée. Putain de semaine, pensa-t-il en attrapant une clope. Il était sorti pour prendre un peu l'air et réfléchir à tout cela, puisque l'ambiance dans son service, et même dans le reste de l’hôpital, pesait trop lourdement sur ses épaules. Il s'était assis sur son banc habituel, le soleil californien tapant allègrement sur son visage, même si l'hiver était déjà au rendez-vous. Il soupira en admirant l'horizon. Qu'avait-il fait pour mériter cela ? Lui qui avait dévoué sa vie à sauver celles des autres. Il se repassa la scène en boucle jusqu'à en avoir la migraine. Il pouvait le jurer sur sa vie, il n'était pas le fautif de cette malheureuse tragédie. Il avait beau être un peu bordélique dans sa vie de tous les jours, Phillip était un chirurgien consciencieux et soucieux du moindre de détail. Il connaissait ses procédures sur le bout des doigts et jamais il n'aurait oublié un morceau de gaze à l'intérieur de cette patiente. Jamais. Simplement, à force d'entendre le contraire, il commençait à douter de lui-même et de sa mémoire. Oui, peut-être qu'elle lui jouait des tours. Il était peut-être à l'origine de tout cela, le meurtrier de cette patiente. C'était une chose de perdre des patients en ayant tout fait pour les sauver et cela en était une autre de les perdre pour faute professionnel. Il s'en voulait tellement qu'il en avait perdu l’appétit et le sommeil et le Romeo de ces dames ne ressemblait plus à rien, sauf peut-être à un cadavre fraichement déterré. Charmant. Une voix familière le sortit de sa rêverie – Bran. Il ne l'avait même pas entendu venir, c'est pour dire. Ce dernier lui demanda son briquet. Le jeune chirurgien était si préoccupé qu'il en avait même oublié d'allumer sa propre cigarette qui était restée pendue à ses lèvres. Il régla la situation puis passa son feu à son collègue qu'il n'avait pas recroisé depuis un petit moment. Bran était un homme que Lip avait toujours apprécié. A force de le prendre sous son aile, il avait même vu en lui une figure fraternelle et durant plusieurs mois, ils avaient partagé une forte amitié, un lien qu'il avait naïvement pensé indestructible. Sa déception fut amère et profonde lorsque Bran lui avoua qu'il souhaitait se spécialiser en orthopédique plutôt qu'en pneumochirurgie car celle-là, il ne l'avait pas vu venir, comme une belle claque sortie de nulle part. Il avait du mal à l'admettre, mais Lip détestait l'abandon, sans aucun doute à cause de son père biologique. Et cette décision de la part de Bran, il l'avait vécu comme une trahison, un coup de poignard dans le dos, même s'il n'avait jamais pris la peine de lui dire, de peur de passer pour quelqu'un d'excessif. Et ce poignard, Bran le remua vivement dans la plaie lorsqu'il aborda, d'une manière qu'il devait juger subtile, la question de la mise en arrêt de Phillip. En effet, durant l'enquête pour déterminer ou non son implication dans la mort de sa patiente, le jeune chirurgien n'avait plus le droit d'opérer, ce qui lui laissait effectivement pas mal de temps libre qu'il tuait en ressassant cette opération qui avait tout fait foirer – Sa carrière, sa crédibilité et sa relation avec une certaine titulaire. Il aurait aimé l'envoyer balader, mais faut croire que dans un monde civilisé, c'est pas comme cela que ça marche. - Ah, t'en as entendu parler toi aussi ? Pourtant, c'est pas comme si t'étais resté en pneumo, qu'il lui lança en tirant une bouffée sur sa cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Lun 23 Nov - 14:32

Bran s'accroche à sa cigarette, comme à une bouée de sauvetage, tirant de longues bouffées dessus. La présence de Lip a au moins le mérite de lui sortir un peu la mort de son patient de la tête. Qu'il ait accepté de lui prêter son briquet lui semble déjà être un point positif, mais ce n'est pas pour autant qu'il est complètement rassuré. Le temps où il passait des heures à chercher des nouvelles idées de procédures pour l'impressionner lui semble tellement loin désormais. À cause de sa fierté, Bran n'avait pas eu le courage d'aller s'excuser auprès de Lip, peut-être aussi parce qu'il avait un peu honte de sa décision. Pas qu'il pensait avoir fait le mauvais choix, loin de là, l'ortho était fait pour lui. Simplement qu'il se sentait un peu mal à l'aise après les heures que Lip avait consacré à le former et lui apprendre tout ce qu'il savait. « Ah, t'en as entendu parler toi aussi ? Pourtant, c'est pas comme si t'étais resté en pneumo. ». Il doit avouer que l'attaque le blesse, mais il n'en montre rien. Être dans le même service que Lip lui manquait, de le voir tous les jours. Il était plutôt facile à vivre en comparaison de certains titulaires, avec lui il pouvait rigoler, il ne se faisait pas engueuler juste parce qu'il donnait des noms de nains de Blanche neige à ses internes par exemple. « Tu connais la passion de cet hôpital pour les commérages... ». Il grimace en disant cela, parce qu'ils partageaient la même aversion pour les ragots et bruits de couloirs. Sauf que l'information sur l'interdiction d'opérer du Docteur Monroe, il n'y avait pas échappé, c'était même la première chose qu'on lui avait dit lorsqu'il avait posé son plateau à la cafétéria. À croire que tout le monde le croyait encore hyper proche avec le chirurgien titulaire, alors que leur relation était plus que tendue actuellement. Bran commençait un peu à être à cours d'idées pour renouer avec son ancien mentor, il avait bien essayé de venir lui apporter un café à l'improviste comme il le faisait auparavant, mais il était resté de marbre. Pendant une seconde Bran hésite sur la marche à suivre, puis décide finalement de se lancer, il n'avait rien à perdre au final. « J'ai une place pour le foot ce week-end, mais j'ai dû échanger une de mes gardes, du coup je me demandais si ça pouvait t'intéresser. ». Lorsqu'ils étaient encore en bons termes, Bran avait fait partager sa passion du football américain à Lip en l'invitant à venir au stade avec lui. C'était la seule personne dans son entourage proche qui s'intéressait au sport, alors cela lui paraissait logique de lui proposer la place en premier. La seule raison pour laquelle Bran avait sacrifié son match de football en changeant de garde était sa fille, il devait l'emmener à un rendez-vous médical et il ne pouvait pas laisser quelqu'un d'autre s'en charger. C'était assez pesant de cacher l'existence de sa fille à tout le monde, surtout à quelqu'un comme Lip qu'il avait plus considéré comme un ami qu'un supérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Mar 24 Nov - 13:26

Leurs retrouvailles étaient quelques peu étranges, tout du moins, pour Lip. Il ne vivait pas cette conversation comme une simple banalité entre collègues, mais bel et bien comme un moment gênant partagé par deux personnes qui tentaient tant bien que mal de faire comme si de rien était. Dans le fond, tous les deux savaient que ceci n'avait rien de naturel et le jeune chirurgien s'en serait bien passé, surtout en ces temps de doutes le concernant. Mais il se devait d'être courtois à défaut d'être aussi chaleureux qu'il le fut avec Bran par le passé, au nom de ce qu'ils avaient partagé, mais surtout parce que c'était dans le caractère de Phillip d'être la bonne patte de service. - Oh oui, je la connais, répondit-il en levant les yeux au ciel. Il ne comprenait pas bien la passion démesurée du personnel hospitalier pour les potins. A plusieurs reprises, il avait dû faire les gros yeux à des internes qui s'échangeaient des informations croustillantes au beau milieu d'un couloir fréquenté, mais si cela marchait une fois de temps en temps, cela ne les empêchait pas de recommencer. Et il en avait fait les frais à plusieurs reprises parfois pour des faits avérés et d'autres pour des rumeurs complètement stupides. Mais cette fois-là, il aurait préféré que tout le monde se taise à son propos. Parier sur qui couchait avec qui était une chose, se délecter d'une affaire aussi sérieuse que la sienne en était une autre. Il soupira, le regard dans le vide alors que sa cigarette continuait à se consumer seule. Il pensa à quel point il était égoïste de fumer quand d'autres venaient le voir pour des problèmes de poumons. Il balança son mégot loin devant, reposant son regard sur Bran. - Les gens devraient se contenter de faire un peu mieux leur boulot au lieu de trop l'ouvrir. C'est dingue. J'ai pas fini d'être déçu par les gens d'ici, lâcha-t-il non pas en colère, puisque sa voix était calme, mais plutôt comme épuisé par tout cela. Et au passage, il avait adressé un deuxième pique à son ancien résident. Malgré ses airs de gentil, Phillip était rancunier. Il n'attaquait jamais les autres de front dans le but de les blesser, mais son égo parlait à sa place, le poussant à évacuer sa frustration par de petites attaques. C'était bas, mais plus fort que lui. Lip commença à ressentir une forme de culpabilité quand Bran lui proposa une place pour le foot. Il fronça légèrement les sourcils, le regardant quelques instants avant d'oser répondre. Bran l'avait trahi, oui. Mais il essayait de se rattraper alors qu'il n'avait rien à y gagner, sauf peut-être de se faire envoyer balader. En un sens, le jeune pneumologue était touché par l'attention, mais la cicatrice était encore douloureuse et Bran agissait trop tard. Lip n'était pas fâché qu'il ait choisi un autre service, mais plutôt furieux de la façon dont il avait procédé. Dr. Monroe était un adepte de la franchise et son ancien élève en avait cruellement manqué. - Non, je te remercie, mais je passe. Je sais pas ce que tu es en train d'essayer de faire Bran, mais toi et moi, on est plus amis. Tu peux pas juste revenir comme une fleur et je ne dis pas ça pour te blesser ou quoi, mais simplement pour être en accord avec moi-même. J'ai pas très envie de faire comme si de rien était, sa voix était demeurée calme. La rancoeur était passée et l'eau avait coulé sous les ponts, mais pour autant, il n'oubliait rien. Et puis, il essayait surtout de ne pas attirer l'attention sur eux puisque les commères ne se trouvaient jamais bien loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Jeu 26 Nov - 11:12

Cette conversation entre eux l'avait un peu pris par surprise, il n'avait pas eu le temps de préparer ce qu'il allait pouvoir dire. Néanmoins, il était presque certain qu'elle ne se déroulait pas comme il l'avait imaginé. Il acceptait les piques de son ancien titulaire en courbant l'échine, tentant de ne pas relever ses paroles. Tout était de sa faute de toute façon, il avait été lâche, il aurait dû prendre le taureau par les cornes et venir parler directement à Lip de sa décision, d'homme à homme. Au lieu de ça, il avait préféré attendre que la nouvelle de sa spécialisation arrive aux oreilles du docteur Monroe par le biais de quelqu'un d'autre. Peut-être qu'au fond il espérait que ce soit le messager qui prenne à sa place. C'est sûrement stupide de lui proposer cette place pour le match, mais il ne peut pas s'en empêcher, même si cela équivaut à tendre le bâton pour se faire battre. « Non, je te remercie, mais je passe. Je sais pas ce que tu es en train d'essayer de faire Bran, mais toi et moi, on est plus amis. Tu peux pas juste revenir comme une fleur et je ne dis pas ça pour te blesser ou quoi, mais simplement pour être en accord avec moi-même. J'ai pas très envie de faire comme si de rien était. ». Sa voix a beau être calme, cela ne change pas qu'il ressent ces paroles comme une véritable claque dans la gueule. Au fond, il savait déjà tout ce que Lip venait de lui dire, mais ce n'est pas pour autant que c'était facile pour Bran de l'entendre. Sa cigarette se consume beaucoup trop vite à son goût, tel un sablier qui lui indique combien de temps il a encore le droit de rester à ses côtés sans que cela ne devienne trop pesant. Qu'est-ce qu'il pouvait encore faire désormais ? Lui offrir cette explication même si elle venait trop tard, tenter de s'expliquer malgré tout. Même s'il gardait la face, c'était difficile d'ignorer Lip dans les couloirs, de faire comme s'ils ne se connaissaient pas. « C'est probablement trop tard, mais je suis désolé de pas t'en avoir parlé, je savais juste pas comment te le dire... ». Reconnaître ses erreurs est une étape importante, toutefois ses mots sont balbutiants, traduisant assez bien le malaise qu'il ressent. Lui de nature assez fier et pudique n'a pas vraiment l'habitude de s'excuser ou de parler ce qu'il peut ressentir. Surtout qu'il a plus de chances de se faire envoyer chier, que d'obtenir une réaction positive. Heureusement qu'il est seulement assis à côté de lui et qu'il n'a pas besoin de lui faire face, sinon les mots ne seraient probablement pas sortis de sa bouche. « Tu t'en souviens sûrement pas, mais lorsqu'on a fait la greffe de poumons de Monsieur Wilson, tu m'as raconté pourquoi t'avais choisi la pneumo. T'étais tellement passionné, on avait l'impression que t'avais toujours vécu pour faire ça. Je voulais être toi, je voulais être ce chirurgien qui peut rester des heures le nez dans des bouquins pour trouver une nouvelle procédure, une opération révolutionnaire. Et moi, jusqu'au bout j'ai espéré avoir ce déclic en pneumo, mais il est jamais venu. Putain ce que j'aurais aimé qu'il vienne, parce que j'aurai adoré continuer à travailler avec toi, t'es le meilleur titulaire avec qui j'ai eu l'occasion de travailler. J'ai pas choisi l'ortho contre toi, j'ai choisi l'ortho malgré toi... ». Du bout des doigts, il laisse tomber sa cigarette au sol, l'écrasant du bout du pied, prêt à s'enfuir rapidement si les prochains mots sortant de la bouche de Lip était trop blessant, parce qu'il venait juste de s'exposer à lui et risquait fort d'être touché par la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Sam 28 Nov - 23:42

Phillip regardait loin devant lui, tendant l'oreille pour écouter ce que son ancien élève avait à lui dire. Pour paraître moins grossier, il décida de se lever pour lui faire face, lui laissant l'occasion de d'expliquer sur sa décision. Lorsque Bran évoqua de vieux souvenirs, Lip fut pris par les sentiments, mais il ne le montra pas. Il était sensible de nature, malgré ses airs d'adolescents attardé et il accordait une importante toute particulière à l'amitié, sa famille n'étant été qu'une source de problèmes et de conflits. Lip était nostalgique tout à coup. Il regrettait le temps où Bran fut son disciple. Le bon vieux temps. Mais il comprenait son point de vue. En effet, le titulaire avait eu la chance de trouver sa vocation qui était devenue plus qu'une passion pour lui. La pneumochirurgie était une continuité de sa personne et il était heureux quand d'autres ressentaient la même chose vis-à-vis de leur spécialité. Néanmoins, ce n'excusait pas tout. Et Lip avait besoin de vider ce qu'il avait sur le cœur une bonne fois pour toute. - Je n'ai pas été déçu par ton changement de service. Mais par la façon dont tu l'as fait. Je suis content que tu aies trouvé ta voie, vraiment. Mais t'aurais pu me le dire, c'était tout ce que je demandais. J'ai juste eu l'impression d'avoir été pris pour un con, et c'est pas le sentiment le plus agréable du monde, dit-il, la voix assez calme et posée. Le temps avait balayé la colère, ne laissant qu'un goût amer de déception et d'incompréhension. Il ne voulait pas se montrer agressif, quoi que distant, mais simplement faire entendre sa vision des choses. L'eau avait coulé sous les ponts. Et même si la blessure était toujours un peu douloureuse, elle commençait doucement à cicatriser. - Je croyais simplement qu'on avait partagé plus qu'un simple boulot. Je te voyais comme un ami et... ouais, je suis tombé de haut, ajouta-t-il en fronçant les sourcils, se rappelant cette drôle de sensation qu'il avait eu en apprenant que Bran avait préféré l'ortho. D'autres hommes auraient sans doute eu du mal à parler aussi ouvertement de peur de passer pour quelqu'un de faible ou de trop sentimental, mais Lip n'en avait rien à faire de tous ces préjugés. Quand il avait quelque chose à dire, il ne se gênait pas pour le faire et il détestait le machisme mal placé. Après tout, il était humain et il ressentait des choses, comme tout le monde. Enfin, presque tout le monde. Lip se souvint d'un résident qu'il avait eu lorsqu'il était interne. Un homme froid et sans pitié, si bien que tout le monde l'insultait de sorcière. Il était à présent titulaire en neurochirurgie et les mauvais surnoms ainsi que les rumeurs allaient toujours de bon train le concernant. Rien que d'y repenser, Li p trembla légèrement d'effroi. Ce mec lui faisait froid dans le dos. Et il se félicitait de ne pas être comme lui. - Enfin bon, oublie ça. C'est du passé et ça n'a plus d'importance aujourd'hui, conclut-il d'un air résigné. Bien entendu, il mentait. Cette amitié lui manquait et elle avait compté à ses yeux, comme toutes les rencontres que le jeune homme avait fait dans sa vie. Les bonnes, tout comme les mauvaises car il en tirait une leçon à chaque fois. Et celle qu'il avait retenu avec Bran était la suivante : Si l'amour c'est compliqué, l'amitié n'est pas en reste. Elle a ses lots elle aussi, et n'en est pas moins douloureuse pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Dim 29 Nov - 11:35

C'était déjà assez dur de se confier en le sachant aussi près, plus proche qu'ils ne l'avaient été depuis sa décision fatidique, mais encore plus quand Lip lui faisait face. Bran avait soudain l'impression d'être un petit garçon, il se sent tout petit devant le géant qui lui fait face. Plein d'espoir que son discours ait réussi à le toucher, le résident lève la tête pour étudier le visage du titulaire. Malheureusement, il ne laissait rien paraître et Bran commençait à avoir une boule à l'estomac. Très vite, il rabaissa la tête, incapable de soutenir le regard face à ses yeux bleus perçants. Il le connaissait assez pour savoir qu'il ne laissait peut-être rien paraître, mais que quelque chose se déroulait dans son esprit. « Je n'ai pas été déçu par ton changement de service. Mais par la façon dont tu l'as fait. Je suis content que tu aies trouvé ta voie, vraiment. Mais t'aurais pu me le dire, c'était tout ce que je demandais. J'ai juste eu l'impression d'avoir été pris pour un con, et c'est pas le sentiment le plus agréable du monde. ». Bran s'en voulait plus qu'il ne pouvait l'exprimer, surtout que Lip puisse penser qu'il l'avait pris pour un con, alors qu'il était celui qu'il tenait en plus haute estime dans cet hôpital. C'était douloureux d'entendre ce qu'il lui avait fait endurer. « Je croyais simplement qu'on avait partagé plus qu'un simple boulot. Je te voyais comme un ami et... ouais, je suis tombé de haut. ». L'utilisation du passé atteint Bran en plein cœur et il accuse le coup pendant quelques secondes, s'évertuant à fixer le sol pour ne pas montrer que cette phrase l'a blessé plus qu'elle n'aurait dû. Le pire dans tout cela, c'est qu'il pensait exactement la même chose, sauf que lui aurait voulu voir cette amitié se poursuivre. Bran n'avait jamais triché avec Lip, c'était l'une des seules personnes à l'hôpital avec qui il avait fait tomber sa carapace et avait dévoilé le vrai lui. Jamais, il n'avait été question de faire de la lèche au titulaire pour obtenir des opérations ou être dans ses petits papiers comme le font certains résidents. Pour Bran, tout avait été réel, authentique et c'était la raison pour laquelle la situation le faisait souffrir aujourd'hui. « Enfin bon, oublie ça. C'est du passé et ça n'a plus d'importance aujourd'hui. ». Cette phrase est sans doute la plus douloureuse à entendre et le fait bondir sur ses deux jambes, pour se retrouver au même niveau que lui. Après tout, il n'était plus son titulaire, ils n'étaient plus que deux hommes, égaux. « Toute cette conversation me laissait penser le contraire. ». Pour lui, rien était terminé. Au fond, il espérait toujours pouvoir sauver leur relation, peut-être qu'elle ne serait plus comme avant, mais partir sur des bases nouvelles ne serait pas plus mal. Bran avait envie de crier son désarroi, de secouer Lip pour lui faire comprendre, sauf qu'il s'était déjà excusé et qu'il ne voyait pas trop ce qu'il pouvait faire d'autre. « Je pensais qu'on pourrait réussir à surmonter tout cela. ». Cette fois, il réussit à le regarder dans les yeux quand il parle et à soutenir son regard. Même s'il est en tord, il a des choses à dire et il ne va pas laisser Lip n'en faire qu'à sa tête. Bran ne va pas le laisser s'échapper sans se battre ou au moins essayer de lui montrer qu'il est toujours là, quoi qu'il arrive. « En tout cas, si t'as besoin de quelqu'un pour crier ta colère du toit de l'hôpital, te bagarrer pour évacuer la pression ou juste boire un verre sans échanger un mot. Pense à moi. Parce que rien de tout ça n'est du passé. ». Bran regrette de ne pas avoir embarqué son paquet de cigarettes finalement, parce que la conversation avait tourné beaucoup plus sérieusement que ce qu'il avait imaginé à la base. Toutefois, c'était important pour lui de lui dire qu'il pouvait toujours compter sur lui malgré tout ce qui s'était passé, surtout avec ce que traverser Lip avec son interdiction d'opérer, c'était dans ce genre de moment qu'on avait le plus besoin d'un ami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Dim 29 Nov - 16:49

Surmonter cela ? En était-il seulement capable ? Lip avait de gros doutes sur la question, lui qui avait une sale phobie de l'abandon depuis que son père avait préféré le laisser avec sa mère pour partir élever une autre famille. Il avait toujours cette petite voix dans sa tête qui lui hurlait de prendre ses jambes à son cou pour s'enfuir de tout engagement, de toute relation. Et malgré cela, il avait quand même laissé sa chance à Bran, le offrant une place privilégié dans sa vie. Et tout ce qui lui restait de cette tentative ratée était des miettes, des vestiges d'une amitié qui aurait pu s'annoncer presque fraternelle, mais qui était à présent réduite à rien, semblable aux cendres de leurs cigarettes qui avaient été balayées par le vent. Mais même envolées, il demeurait des traces de leur existence. Une forte odeur de tabac ancrée sur leurs doigts. De la fumée ayant un peu noirci leurs poumons. Et il en allait de même avec cette relation. Oui, Lip ne pouvait la nier. Elle avait existé, en témoignent ses cicatrices et ses bons souvenirs, parce que des souvenirs, il en avait plein en tête. Des bons, qui terrassaient sans aucun doute le peu de mauvais qu'il y avait. Et pourtant, et pourtant. Il se sentait bien incapable de faire table rase du passé, pas même au nom des bons moments vécus ensemble. Il se sentit bien con d'être aussi rancunier, lâche et peureux, d'autant plus que Bran continuait de lui tendre une main amicale malgré tout. - C'est.. gentil, je vais y penser, finit-il par répondre, un sourire trop maladroit accroché aux lèvres. Il était gêné Lip, de ne pas pouvoir en dire autant. Mais sa fierté mal placé l'en empêchait. Il n'était pas prêt à enterrer la hache de guerre et il était bien trop entier pour faire comme s'il allait pouvoir se forcer. Bran devait lui laisser du temps. Du temps pour assimiler les choses, pour comprendre et passer à autre chose car son ancien élève venait de rouvrir d'anciennes blessures et c'était à lui de panser ses plaies en acceptant la déception comme un processus naturel et non comme un ennemi. Il devait apprendre de ses erreurs et sans doute arrêter de placer trop d'espoirs sur les épaules des autres, au risque de se ramasser de belles claques dans la gueule. Oui, Lip devait cesser d'en attendre trop et commencer à accepter les autres dans leur intégralité, avec le bon, comme le mauvais, même si cela impliquait des souffrances et des doutes, puis que cela était également synonyme de grandes joies. Néanmoins, cela était beaucoup plus facile à dire qu'à faire. - Je vais te laisser. Je dois retourner à ma.. paperasse, dit-il en grimaçant légèrement. Cette situation lui tapait royalement sur le système. Priver un chirurgien d'opérer, c'était comme priver à un oiseau de voler. Et Lip, il n'en pouvait plus d'être cloué au sol. Il tourna les talons, s'élançant dans une direction opposée à celle de Bran. Partir. Vite. Loin. Il avait encore le visage de son ancien ami en tête, les yeux illuminés d'espoir à l'idée de pouvoir renouer le contact. Cette image en était presque insupportable tant elle jouait sur la corde sensible de Phillip. Il poussa un long râle, puis se retourna finalement pour rattraper Bran. - Attends... T'es libre pour une bière ? Demanda-t-il avec un petit sourire aussi maladroit qu'avant. - Faut bien qu'elles me servent à quelque chose... Il montra ses mains, légèrement amusé. Il allait sans doute le regretter, mais Lip agissait souvent sous le coup de son impulsivité. Alors oui, il prenait des risques, mais la vie était faite de paris dangereux. Et Lip était prêt à défier ses craintes pour ranimer cette relation que le temps et les erreurs avaient meurtri. Les cendres s'étaient dispersées, mais peut-être que leur amitié était digne d'un phoenix. Peut-être étaient-ils capables de la faire renaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Dim 29 Nov - 21:27

Intérieurement il n'en menait pas large, mais il essayait tout de même de conserver les apparences en apparaissant calme et détaché, comme s'il ne venait pas juste de faire un saut dans l'inconnu énorme. Il avait d'autres amis à l'hôpital, mais il ignorait pourquoi cela était si important pour lui que Lip soit l'un d'entre eux, Bran Weaver ne courrait après personne, ni les femmes, ni ses amis. Pourtant, c'était bien lui qui était là, à essayer de recoller les morceaux, attendant anxieusement une réponse de sa part ou pas de réponse du tout, car ce serait toujours mieux qu'un rejet. « C'est.. gentil, je vais y penser. ». Aussitôt, son sourire répond au sien. Tout simplement, parce qu'il n'a pas dit non, il ne lui ferme pas complètement la porte. L'espoir, voilà le sentiment qui a désormais logé résidence dans l'esprit du jeune résident. Toutefois, si Lip en venait à ne pas lui laisser une chance, la chute risquait d'en être encore plus violente. « Je vais te laisser. Je dois retourner à ma.. paperasse. ». Bran se contente de hocher la tête, un peu déçu que leurs échanges s'arrêtent maintenant, alors qu'il avait l'impression qu'il commençait enfin à faire des progrès. La crainte de voir Lip se retrancher à nouveau dans son mutisme à son égard était grande. Puis, son excuse était assez blessante, le titulaire en pneumochirugie préférait retourner à sa paperasse plutôt que de parler avec lui plus longtemps. Encore plus, quand on connaît le dégoût des chirurgiens pour remplir les dossiers des patients. Bran le regarde s'éloigner impuissant, fixant bêtement sa silhouette, il hésite entre se rasseoir quelques minutes pour repenser à cette conversation ou fuir au plus vite pour se changer les idées dans son service ou aux urgences. Puis, il s'élance à son tour, avec la ferme intention de penser à tout sauf à Lip Monroe et tout ce qui peut le concerner. Il s'attend à tout sauf à attendre sa voix aussi vite. « Attends... T'es libre pour une bière ? ». Il n'en croit pas ses oreilles, il cligne des yeux plusieurs fois sans qu'aucun son ne sorte de sa bouche. Complètement pris par surprise, il reste bouche-bée. « Faut bien qu'elles me servent à quelque chose... ». En entendant sa blague, il laisse sortir un pouffement ridicule, mais c'était un moindre mal tellement il avait l'impression que ses nerfs allaient lâcher et qu'il pouvait se mettre à rigoler comme un fou furieux à tout instant. Intérieurement, Bran est en train de danser la macarena et il se demande s'il est capable de refréner le sourire jusqu'aux oreilles qui le démange. « Peut-être... ». Bran hausse les épaules en essayant d'adopter un ton détaché, tel un parfait je m'en foutiste. Pas certain qu'il arrive à duper qui que ce soit avec cette attitude, mais il ne va pas apparaître trop pressé non plus. Il n'avait pas envie que Lip pense qu'il était un gros naze, qui n'avait pas d'autres amis avec qui allait boire une bière. Il jette un coup d'œil à sa montre et constate que sa garde était terminée depuis un moment déjà, mais comme tout le monde à l'hôpital, il ne comptait pas ses heures. « Maintenant ? Faut juste que je passe aux vestiaires me changer et récupérer mes affaires... ». Même si les bars des alentours avaient l'habitude de voir défiler des médecins, il n'avait pas envie de se trimballer avec sa blouse plus longtemps. Surtout après avoir perdu un patient, il avait bien envie de laisser tout ça derrière lui pendant quelques heures. Retrouvant peu à peu son aisance habituelle, Bran adresse un sourire taquin à Lip. « Par contre c'est toi qui paye, j'ai toujours pas un salaire de titulaire moi, puis j'ai toujours rêvé de me faire entretenir par une femme, mais tu feras l'affaire. ». Peut-être qu'il était trop tôt pour reprendre leurs joutes verbales habituelles, mais s'il voulait retrouver leur relation d'avant, il ne pouvait plus continuer à marcher sur des œufs en sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Lun 30 Nov - 22:26

Il avait mit sa putain de fierté de côté. Et même s'il se sentait vulnérable et réticent, il ressentait également une sorte de... Soulagement ? Peut-être bien de l'espoir même, de se dire que rien était terminé. Il y avait peut-être une chance, après tout. Et les cartes étaient entre ses mains. C'était à lui de jouer, même si Bran avait également son mot à dire. Lip fut mal à l'aise en attendant sa réponse. De quoi aurait-il eu l'air si son ancien élève lui avait dit tout simplement, non ? D'un idiot. D'un imbécile trimbalant ses casseroles derrière lui et criant sur tous les toits que Bran lui avait laissé des séquelles. Ce peut-être, ce moment d'hésitation, dura peut-être quelques secondes. Mais aux yeux de Lip, cela sembla être une éternité. Partagé entre l'agacement et le fait de l'avoir échappé belle. - J'ai eu le temps de mourir, sérieux, lui fit-il remarqué, le ton ironique mais léger. Lip demeurait un peu froid, mais plus aussi incisif qu'auparavant. Son but n'était pas de l'emmener boire un verre pour l'enfoncer sous les reproches et les critiques, mais plutôt pour essayer de se reconnecter doucement, mais surement, à lui. Ils en avaient bien besoin. - Je vais t'accompagner, je tiens pas non plus à passer ma soirée dans cette blouse. Le blanc me va assez mal au teint et puis, elle m'est même pas d'une grande utilité, après tout. Lip était un adepte de l'autodérision, de l'humour sous toutes ses formes, en vérité. Et il aimait en user quand il ne se sentait pas à son aise, comme moyen de défense. Un peu comme Chandler Bing dans friends mais heureusement pour lui, Lip avait une bien  meilleure gueule. Et peut-être aussi de bien meilleures fringues, ce qui aidait pas mal à attirer les filles enfin, c'est ce qu'il pensait. Pour le moment, la seule personne qu'il avait attiré dans ses filets était Bran. Et il ne voulait même pas payer l'addition. Lip se sentait comme le dindon de la farce dans cette histoire. - Je te signale que je peux plus opérer. Je suis quasiment à la rue, là. Comment je vais nourrir mes gosses si je dois en plus te flatter le gosier ? Demanda-t-il en roulant volontairement des yeux. Heureusement que le jeune homme n'avait pas réellement d'enfants. Ils seraient sans doute nés avec des cerveaux atrophiés. - T'façon, je vais oublier mon portefeuille, et sur ces bonnes paroles, ils partirent chercher leurs affaires, se rejoignant une bonne dizaine de minutes plus tard pour se rendre au bar le plus près. C'était comme reprendre une bonne vieille habitude. Et ça avait du bon, la routine.

(…)

Assis au comptoir, ils sirotaient leurs bières en parlant du bon vieux temps. Étonnamment, Lip se laissa prendre au jeu, oubliant bien rapidement ses vilaines rancoeurs. La gêne était absente, c'était agréable, comme s'ils ne s'étaient jamais quittés. C'était facile et pour une fois dans sa vie, le jeune chirurgien cessa de se poser trop de questions. Il se laissa aller, profitant du moment qui l'emportait.  Ils y avaient deux leitmotivs qui revenaient souvent – L'alcool et les femmes. Le premier appelant le  second quand ils en abusaient trop. La soirée était agréable, si bien que Lip en oublia presque ses problèmes, si seulement il n'avait pas pensé à Cece. - Le truc c'est qu'elle est convaincue que je suis fautif. Elle m'énerve à être bornée à point, je te jure. J'pourrais l'étrangler, comme toi d'ailleurs. Et vous accrocher en trophées au dessus de ma cheminée enfin, si seulement j'en avais une... Dit-il l'air jovial en reprenant une gorgée de sa bière. Il en riait, mais la situation le minait réellement. Cette femme était un véritable casse-tête et il avait essayé de la fuir comme la peste pour éviter toutes conversations adultes qui n'étaient pas son fort. L'ambiance légère et amusante de ce rendez-vous avec le passé lui redonnait du baume au cœur. Bran, lui remontait le moral par sa simple présence, comme un automatisme. - Enfin, assez parler de moi. Et toi alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Jeu 3 Déc - 15:09

Bran ne sait pas si c'était l'éloignement de l'hôpital qui rendait la situation plus facile, mais il se sentait finalement bien en présence de Lip. Il avait enfin l'impression de retrouver ses habitudes, au comptoir d'un bar, à parler de tout et de rien et pas forcément de l'hôpital et de tout le drama qui s'y déroulait en permanence. Si seulement les choses pouvaient se dérouler aussi simplement en permanence. Le jeune homme sentait une petite euphorie l'envahir d'être en mesure de boire un verre avec son ancien mentor, cette simple scène lui aurait paru complètement surréaliste encore quelques heures plus tôt et il lui faudrait sûrement un peu plus de temps pour réaliser la chance qu'il avait. « Le truc c'est qu'elle est convaincue que je suis fautif. Elle m'énerve à être bornée à point, je te jure. J'pourrais l'étrangler, comme toi d'ailleurs. Et vous accrocher en trophées au dessus de ma cheminée enfin, si seulement j'en avais une... ». Simplement par sécurité, il fait mine de s'éloigner un peu quand il menace de vouloir l'étrangler, mais rigole quand même de ce qu'il raconte. C'était drôle d'entendre Lip parlait de cette femme, surtout qu'elle revenait souvent sur le tapis, Bran était du style à papillonner sans se retourner, alors que Lip puisse être toujours en boucle sur cette femme était divertissant. Toutefois, Bran se retenait bien de lui faire remarquer, ne voulant pas gâcher tous ses efforts pour reconstruire une relation entre eux. « Si jamais tu me proposes d'aller chasser avec toi, je prends la fuite. ». Il empoigne son verre à son tour pour prendre une gorgée, c'était tellement simple de blaguer de la sorte avec lui. Surtout que le sujet de la conversation n'était pas forcément gai à la base, cette histoire d'erreur médicale et de suspension d'opérer atteignait beaucoup plus le chirurgien en pneumo qu'il ne le montrait réellement. Pour la plupart des chirurgiens, ce métier était toute leur vie, ils sacrifiaient leurs vies privées pour ce boulot, alors ce n'était pas dur d'imaginer la réaction si l'un d'eux devait le perdre même provisoirement. « Enfin, assez parler de moi. Et toi alors ? ». Façon peu discrète de détourner la conversation, mais Bran ne s'en offusque pas vraiment. Il n'avait aucune difficulté à parler de boulot ou même de la vie des autres, mais quand il s'agissait de sa propre vie, c'était une tout autre histoire. Prenant une nouvelle gorgée de son verre, il s'apprête à lui raconter l'histoire de la dernière femme avec qui il a couché (après tout ils avaient des mois d'histoires à rattraper), mais décide au dernier moment qu'il n'a pas vraiment fini de le taquiner. « Je commence à me demander si t'es pas un tueur en série et si c'est pas toi qu'a tué la chef en chirurgie. ». Pendant quelques secondes, il garde sa poker face complètement impassible comme s'il croyait vraiment à ce qu'il racontait. Avant de se mettre finalement à ricaner devant la tête qu'affiche Lip. « Quoi ? C'est trop tôt pour ce genre de blagues ? ». Au fond, c'était plus simple pour lui de rigoler, de rester sur un terrain plus léger que de prendre le risque de se confier. Pourtant, il savait au fond de lui qu'il y avait certaines choses qu'il ferait mieux de confier à Lip maintenant plutôt qu'il les découvre plus tard. C'était les non-dits qui l'avait mis dans cette situation et cette relation méritait de repartir sur des bases seines. Tout à coup moins à l'aise devant ce qu'il s'apprête à dire, Bran joue à faire tourner son verre avec le bout de son doigt. « J'ai quelqu'un dans ma vie depuis quelques années... ». Il laisse volontairement sa phrase en suspend, ne sachant pas vraiment comment aborder la question de sa fille. À court de mots, il choisit la solution la plus simple et sort son téléphone portable de sa poche, affichant en quelques gestes la photo d'une petite fille aux mêmes yeux bleus que les siens. Bran choisit de glisser son téléphone sur le comptoir vers Lip, guettant la moindre de ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   Sam 26 Déc - 23:22

Pour quelqu'un qui s'était montré assez froid un peu plus tôt dans la journée, Lip était désormais plutôt à son aise, l'alcool aidant à délier les langues. Il en avait des choses à dire et surtout à propos de Cece. A s'entendre parler d'elle, il se trouva ridicule. Et il la détesta davantage d'avoir un tel effet sur sa personne, lui qui avait pour habitude de se foutre de tout. Il soupira puis but une autre gorgée pour faire passer la chose. Il devait se l'enlever de la tête, elle ne méritait pas toute cette attention. Heureusement pour lui, Bran n'enfonça pas le couteau dans la plaie. Au contraire, il dévia la conversation avec humour, chose que Phillip apprécia tout particulièrement. Il se souvenait de toutes ces raisons qui faisaient que Bran était un bon ami. Toutes ces choses qui le rendaient unique aux yeux du jeune chirurgien. Et c'est tout naturellement que les choses redevinrent normales. Comme si ces derniers mois n'avaient pas existé. Même son humour à la con avait manqué à Lip qui le fixait du coin de l'oeil, s'efforçant de ne pas rire, histoire de ne pas lui faire trop plaisir. - Tu m'imagines à la chasse sérieusement ? J'aurais l'air fin, tiens. Je suis plus doué pour tirer dans call of que dans la vraie vie, dit-il en roulant des yeux. Il était vrai que le jeune homme était un petit geek dans l'âme. Quand il ne travaillait pas, il appréciait passer son temps derrière son ordinateur ou à jouer à ses consoles. C'était sa manière à lui de tuer le temps et de se défouler et en vue de sa situation, il en avait grandement besoin. La conservation partit peut-être un peu trop loin lorsque Bran sous-entendit que le pneumochirurgien pouvait être à l'origine de la mort de la chef en chirurgie. Face à cette plaisanterie, Lip demeura stoïque et peu réceptif à ce genre d'humour, non pas parce qu'il ne trouvait pas cela drôle, mais parce qu'il avait une autre idée derrière la tête. Il adressa un regard presque assassin à Bran, puis répondit : - Si tu avoues ça à qui que ce soit, tu seras le prochain sur ma liste. Sa voix en était presque flippante. Il termina sa bière, puis il rit de bon cœur, mettant fin à l'ambiance, faussement pesante, qu'il avait instauré. Lui et Bran étaient visiblement allés à la même enseigne question humour. Tous deux étaient nuls, mais arrivaient tout de même à se faire rire l'un, l'autre. Parfois même à se faire rire tout seul. Voilà une des raisons qui faisaient qu'ils s'entendaient si bien. Une parmi tant d'autres. Mais la discussion reprit une tournure bien plus sérieuse lorsque le résident fit allusion à une relation qu'il entretenait depuis quelques années déjà. Lip manqua de s'étouffer à cette nouvelle dont il ignorait tout. Bran ne lui avait jamais parlé d'une relation aussi sérieuse et le chirurgien en fut presque vexé. Il commença même à douter de la bonne augure de ce petit rendez-vous au bar puisque visiblement, Bran avait des soucis de confiance avec Lip. Le jeune homme s'éclaircit la gorge et posa son regard sur son compère à la recherche de réponses. Bran, ne sachant pas quoi rajouter, se contenta de lui tendre son téléphone, lui montrant ainsi une photo d'une petite fille que Lip ne connaissait pas. Il n'eut pas besoin de beaucoup de temps pour comprendre. Ces yeux, il pouvait les reconnaître entre tous. C'étaient ceux de Bran. Les mêmes. - Mais... commença-t-il avant de s'arrêter, cherchant ses mots, les justes. Il ne comprenait pas que son ami n'en ait jamais parlé par le passé. Surtout que ce n'était pas quelque chose dont il devait avoir honte, bien au contraire. - Pourquoi tu me l'as jamais dit ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: let the truth sting. (lip)   

Revenir en haut Aller en bas
 
let the truth sting. (lip)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loreal NEW Hip High Intensity Pigments Color Truth Cream Eye
» romping MAC / sting URbAN DECAY
» bonnes fetes de fin d'annnée a tous.
» Mes tout premiers fards MAC !
» allez, ma mini collec mac, +...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: