AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (bad blood) @jaggers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: (bad blood) @jaggers.   Sam 21 Nov - 21:41



JAGGER FAMILY
“when love hurts that's how
you know it's real.”


Portable collé entre son épaule et son oreille, elle sourit à une infirmière en passant. - Oui, tous. Normalement. Il y en a bien un qui va se désister. Après tout, ils avaient tous la meilleure des excuses. L’hôpital a appelé. Je suis de garde. Je suis debout depuis plus de quarante heures. Au moins cette fois, personne ne pouvait s'échapper. - Hm hm, merci. J'espère aussi. Elle répond à Sara, appelant l’ascenseur d'un coup de coude, à demi pliée vers le sol. - Je l'aurai fait. On lui précise, derrière et elle rougit légèrement. - Multitâche. Elle précise, comme si ce n'était pas évident. Sac à l'épaule, portable à l'oreille, ses bras encombrés du diner chinois qu'elle a commandé et a été cherché. Il semblerait que ne plus suivre les horaires improbables de l’hôpital l'ait élu valet. Elle s'en serait plaint si ce n'était pas elle même qui était à l'origine du rassemblement. Cela faisait trop longtemps, trop de rancœurs s'étaient glissés entre eux, entachant des relations parfois déjà trop fragiles. Personne n'était vraiment dupe, le diner étant simplement une excuse pour parler, se parler. - Hm? Elle réalise qu'elle a loupé une phrase de Sara et sourit à sa répétition. - J'ai hâte aussi. Je dois y aller. Elle lui signale, quittant l’ascenseur pour se diriger vers la chambre d'Isaiah. L'avantage de tous travailler ici, les horaires de visite ne sont qu'une formalité. Poussant la porte du pied, elle lance un sourire à son frère en guise de bonjour. Elle se défait de son portable une fois prêt de son lit, le laissant rebondir sur ce dernier, pouvant librement déposer leur diner sur la table dans un coin. - Hey toi. Elle pose son sac par terre et s'approche pour déposer un baiser sur le front de son frère. Peu importe son âge, il n'est jamais assez vieux pour ça. - Bouge, bouge. Il se décale d'à peine un centimètres, qu'elle ne devrait pas le faire bouger mais elle s'installe tout de même à ses côtés, récupérant son portable pour le glisser dans sa poche arrière. - J'ai prit chinois, c'était plus près. Et moins cher. On ne pouvait pas dire qu'elle croulait sous l'argent Heidi, ce que savait pertinemment son frère. - OK, je te parie cinq dollars qu'Harry va arriver en retard parce qu'il avait des posts-up, que Dante va commencer par un truc passif agressif et qu'Erin va essayer de calmer tout le monde en parlant de ses deux merveilles. Elle commence, vieille tradition entre les derniers Jagger, qui, à l'époque, se contentaient de parier des bonbons. - Hey. Elle se tourne pour gratifier le nouvel arrivant. - Chinois ce soir. Pas trop fatigué? Elle questionne doucement, s'inquiétant de plus en plus pour ses frères, plus butés les uns que les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Jagger
too young, too dumb to realize
avatar

MESSAGES : 967 SINCE : 20/11/2015 NICKNAME : dameron (marie) ALTER EGO : henry le canari & portia le lama FACE, @ : j. morris rien que pour vos yeux

SCALPEL AND BISTOURI
Quote:
Surnom: teddybear
Répertoire:

MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Sam 21 Nov - 22:52

JAGGER FAMILY
“bad blood”

Heidi a insisté, puis Isaiah. Erin est venu finir le travail. parce qu'ils n'ont pas encore eu vent de la confrontation que Bellamy a eu avec Dante, la veille. parce qu'ils ne savent pas que le silencieux jumeau est venu écraser son poing sur le visage serein de l'ainé. Bellamy a bien faillit dire non. il ne veut pas se trouver dans la même pièce que le reste de sa famille. il ne veut pas être confronté à ces visages qui sont devenu source d'anxiété et d'agacement. même Erin arrive à l'irriter. depuis quelques jours, Bellamy est plus sensible. il est épuisé, il doute. il n'est pas bien. il avance pourtant, parce que c'est ce qu'on fait. il essaye de pardonner, il essaye d'oublier. il pense à autre chose, au travail. c'est pour ça qu'il a fini par accepter. il sait que sa pause ne sera pas longue, qu'il aura une bonne raison de partir une fois son corps sustenté et sa présence honorée. tant pis pour le dernier Jagger, il viendrait le voir à nouveau. il passerait ses soirées avec lui, si ça peut lui donner une raison de ne pas rentrer chez lui. il finirait par faire la paix, après des mois de silence. non aujourd'hui, il n'a pas envie de faire d'effort. il est fatigué de faire des efforts. trente-trois ans à s'écraser, et voilà qu'il sort enfin les crocs. les crocs, ça lui rappelle qu'il a faim. alors il se décide, il entre dans la chambre du gamin. ne sont présent qu'Isaiah et Heidi. ouf. enfin. « Ça va. » voix blanche. Bellamy regarde son frère, incertain. des mois à s'ignorer. quoi faire désormais ? l'homme hésite, tangue, et fini par se rapprocher, un sourire désolé sur les lèvres. « T'as pas l'air trop cassé. » qu'il lui dit, avant de prendre sa main. « Je suis désolé, j'ai été vachement occupé. J'aurais voulu venir plus tôt. » mensonge dont il ne se formalise pas. il lui fait un signe de tête, puis c'est Heidi qui emporte son attention. « Dis moi que les autres ont du annuler. » une supplication inutile, mais qui lui fait du bien. « Tu m'as pris quoi ? » il a faim l'homme. et il sait que ça risque de partir très vite, alors autant en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Dim 22 Nov - 0:29

Seulement deux jours se sont écoulés depuis son réveil qu’il ne supporte déjà plus les murs blancs et froids de sa petite chambre d’hôpital. Les draps grattent, le wifi est inexistant et la bouffe immonde. Mais surtout, il s’ennuie. Il s’emmerde comme un rat mort ou comme une colombe qu’on a mis en cage. Ce n’est un secret pour personne, Isaiah ne sait pas tenir en place. Il est né avec deux jambes et les rentabilise au possible. Alors rester enfermé, alité dans la même pièce heures après heures, minutes après minutes relève du calvaire. Il rêve de grand espace où il puisse gambader à volonté. Doux rêve car Dante, l’âiné de ses frères, s’était montré très clair sur ce point, s’il venait à surprendre Isa hors du lit il l’attacherait illico presto à son lit. La menace très réelle mais loin d’intimider le petit frère, celui-ci avait trouvé judicieux ce matin même de braver l’interdit. Un premier pied puis un second au sol et voilà qu’il se retrouvait sur le derrière. Une humiliation d’autant plus appuyée lorsque l’infirmière sexy de l’étage était venue l’aider à se relever. Depuis cet épisode fâcheux Isaiah  restait donc bien tranquillement allongé sur sa paillasse, l’ennuie le guettant de nouveau. L’Irak est peut être un territoire dangereux mais au moins là-bas il avait de quoi s’occuper. Exception faite de ce fameux jour. Tandis qu’il sent l’ennui poindre de nouveau le bout de son nez, une voix toute guillerette vient attirer son attention. La plus jeune de ses sœurs aînées entre en trombe dans sa chambre, téléphone encore à l’oreille et les bras chargés de sacs à l’odeur délicieuse. Aurait-elle lu dans ses pensées ? Un bisou sur son front vient clore son entrée. Il a à peine le temps de la saluer qu’il doit déjà se pousser pour laisser au postérieur de madame la place de se poser. Le mouvement lui arrache des grimaces silencieuses tandis que ses quelques côtes fracturées décident subitement de jouer des maracas. « T’es ma sauveuse frangine. Si la bombe ne m’a pas tué, la bouffe d’ici le fera certainement. » Le visage une seconde grave de sa sœur lui indique que l’humour sur ce sujet n’est pas encore le bienvenue. Trop tôt peut être. « Tu paries alors que t’es sûre de gagner, c’est pas juste. Harry est le roi du retard, Dante le dieu du je t’aime mais j’te dégomme et Erin… adore beaucoup trop ses gamins. » Ils ont à peine le temps de débattre sur le sujet qu’un autre membre de la famille débarque dans la chambre. L’air grave Bellamy s’avance et prend la main de son frère dans la sienne. Comme un souvenir oublié, Isaiah prend tout à coup conscience des six mois sans nouvelles de son frère. Les deux ne se parlaient plus depuis son départ, le plus jeune n’ayant pas apprécié le refus catégorique de l’aîné à le voir partir. « J’comprends, tes patients passent avant moi. » Quel crétin fini il fait. « Je rigole Bella, c’est cool de te revoir. » Parce que le temps d’un instant il n’y avait plus cru. Là-bas, meurtri sur le sol irakien, il n’aurait jamais repensé les revoir un jour. « Ouuh y’a de l’eau dans la gaz chez la famiglia ? » Reprend t-il après la question pleine d’espoir de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Dim 22 Nov - 1:14

JAGGER FAMILY
“when love hurts that's how
you know it's real.”

Enfin, tu avais terminé. La journée avait été longue, très longue et elle n’était pas terminée même si tu quittais ton poste. Parce que franchement, tu n’étais pas certain de savoir ce qui te prenait le plus d’énergie, ton boulot ou ce repas de famille qu’Heidi c’était fait une joie d’organiser. Cela faisait un moment que vous ne vous étiez pas tous retrouvés et pour de bonnes raisons, les tensions étaient palpables entre vous, enfin pas entre vous tous mais entre certains d’entre vous. Peut-être que c’était trop de tous travailler dans ce maudit hôpital. Peut-être que vous auriez dû vous lancer dans autre chose et ne pas tous vivre entassés dans ce bâtiment comme si vous n’aviez pas quitté la maison. Vos services étaient vos chambres, les pièces communes étaient tout le reste. Des fois quand tu rentrais chez toi tu ne pouvais t’empêcher d’être soulagé. Au moins, tu savais que là tu ne les croiserais pas. Mais franchement, tu ignorais ce que tu aurais fait si tu ne t’étais pas lancé dans la médecine, cela ne t’avait jamais effleuré l’esprit alors tu préférais ne pas trop te lancer dans ce sujet. Alors que tu discutais avec quelques infirmières avant de partir, une sage-femme arriva en courant vers toi : « Docteur Jagger, une césarienne de dernière minute, tous vos collègues sont occupés je … » Elle était paniquée, paniquée à l’idée de ne trouver personne pour intervenir à temps. Tu ne la laissais pas terminer que tu t’élançais. Elle ne tarda pas à reprendre les devants et te conduire là où il fallait. L’anesthésiste était déjà là, tout était en place. Alors que tu te préparais, tu rassurais comme tu pouvais la maman mais les infirmières étaient là pour ça non ? La césarienne ne prit pas un long moment, le bébé poussa ses premiers cris et les parents rirent de soulagement. Tu fermais les yeux en prenant une grande inspiration, tout allait bien. Tu ne tardais pas de finir l’intervention avant de quitter la chambre. Tu ne partirais pas avant d’être sûr que tout allait bien mais tu irais retrouver la maman dans sa chambre. « Je suis vraiment désolée, j’ai entendu que vous alliez retrouver votre famille, avec ce qui se passe je suis sûr qu’ils ont besoin de vous. » Ton visage ne changea pas, il ne changeait jamais dans ce genre de situation. Tu ne voulais montre à personne que tu avais eu peur pour ton frère, que tu avais toujours peur en réalité. Mais le pire dans toute cette histoire était que tu doutais qu’il reste en place bien longtemps … « Ne vous inquiétez pas, mon frère sera là toute la nuit et je suis persuadé que mes frères et sœurs l’occupent déjà assez. » Oui, tout le monde connaissait les Jagger dans cet hôpital, comment ne pas les connaître ? Alors quand le petit frère avait été rapatrié, tout le monde trouvait bon de prendre des nouvelles. On ne tarda pas à venir te dire que la maman et le bébé étaient dans leur chambre. Tu demandais un bilan sur le bébé qui allait passer la nuit en observations au cas où. Tu allais visiter le petit bout de chou et les parents et quand tu fus assuré que tout allait bien, tu sortis de la chambre en regardant ta montre. Et merde ! Tu allais rapidement dans la salle du personnel pour changer ta blouse et attraper tes affaires avant de filer en neurologie. Tu connaissais la chambre de ton frère, tu l’avais visité plusieurs fois, en coup de vent c’est vrai, depuis son réveil. Tu poussais la porte et tu ne fus nullement surpris de voir Heidi sur le lit de ton frère et Bellamy sur une chaise. L’odeur de nourriture chinoise fit gargouiller ton ventre, il est fort possible que tu te sois contenté d’un cookie pour déjeuner … « Je sais, je suis en retard mais césarienne de dernière minute. » Dis-tu en levant les mains comme si tu venais de te faire arrêter par la police. Tu allais déposer un baiser sur la joue d’Heidi, ébouriffer les cheveux d’Isaiah et tu te contentais d’un signe de la tête pour Bellamy, ce n’était pas comme si vous aviez été affectueux tous les deux. « Je suis content d’être là cependant et cette odeur de nourriture est alléchante. » Dis-tu en prenant une chaise que tu plaçais d’un côté du lit de ton frère. « Alors frérot ! Comment tu te sens ? T’es pas encore devenu claustrophobe ? » Lui demandas-tu un sourire en coin sur les lèvres. Tu connaissais ton frère, ça devait le rendre fou d’être enfermé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Dim 22 Nov - 3:15



BAD BLOOD
“family reunion”


Il a mis un pied à l'hôpital aujourd'hui. Présence physique, l'esprit complètement ailleurs. Alors il a simplement quitté les lieux après la pause du midi pour terminer quelques papiers, s'est tiré avant même de pouvoir prendre le repas que la cafétéria pouvait généreusement offrir. Des dégustations redondantes, des saveurs tout sauf inédites. Il était rentré chez lui, avait claqué la porte, action qui avait fait trembler les murs de bétons, qui avait sûrement dérangé la voisine d'à côté. Qu'importe. Il était resté ainsi, chez lui, affalé dans le canapé pendant une grande partie de l'après-midi, avait gardé son téléphone portable sous la main car il savait qu'il pouvait, malheureusement, sonner à n'importe quel moment pour qu'on lui dise de ramener ses miches au plus vite, pour des raisons plus ou moins obscures, plus ou moins justifiées et justifiables, selon lui. Il passa la majeure partie de son temps libre à se noyer dans les programmes télévisés les plus inutiles, à zapper machinalement avec la télécommande alors qu'il fit une bonne poignée de fois le tour de toutes les chaînes. Il zieutait instinctivement l'heure sur son portable, attendant que le temps ne passe que plus rapidement. Entre deux tapes gentilles sur la tête de son labrador, il regardait les actualités sur l'écran lumineux qui venait lui agresser la rétine. Volets fermés, il n'avait pas laissé pénétrer la lumière du jour et c'était certainement pour cela que le chien commençait à chouiner dans son coin. L'habitude de regarder par les baies vitrées, d'admirer la vue de l'agglomération en étant au douzième étage. Aussi bien pour faire plaisir à l'animal que pour ses rétines qui ne demandent qu'un peu de clarté pour plus de lisibilité, il s'exécute, s'installe sur le sol en compagnie de Crimson et observe ces buildings si immenses que ça le fascine, toujours. Jusqu'à ce que son alarme sonne. Alarme qui lui rappelle qu'il serait temps de partir. De prendre le strict minimum qui se limite aux papiers d'identités dans un porte-feuille miniature, avec son badge, une veste en cuir qu'il devrait penser à renouveler, ses clés et son casque de moto. Hors de question de marcher jusqu'à l'établissement de rendez-vous. Simple flemme. Il zigzague sur les routes, les allées qu'il prend en jouant sur les raccourcis qu'il connaît, qu'il a appris à mémoriser autrefois. Il ne met pas plus d'une quinzaine de minutes pour arriver à destination, se gare dès la première place aperçue. Il redoute cette réunion de famille. Comme il a toujours redouté les précédentes. Il retire son casque de moto avant de pénétrer dans l'enceinte, arrache une grimace qu'il ne peut pas dissimuler lorsque le casque vient frotter l'une de ses pommettes. Il doit l'admettre, le Bellamy peut faire mal quand sort de ses gonds. Il masse rapidement l'hématome que l'on ne voit que si on le scrute attentivement, se passe l'une de ses mains dans les cheveux en soupirant. Ses pieds l'emmènent bien rapidement devant la chambre d'Isaiah où des voix s'élèvent. Des voix qu'il a entendu durant son entière existence et qu'il entendra, il l'espère, encore longtemps. Il hésiterait presque à prendre la poignée, à faire son entrée. Il expire, comme si le souffle lancé avait dégagé toutes les questions sans réponses, et ouvre la porte d'une rapidité qu'il ne comprend pas. Il ne pose son regard sur aucun des individus qui se trouvent dans la pièce, se retourne pour correctement fermer la porte. Une dernière fuite avant de leur faire face, à tous. Il tourne une nouvelle fois des talons, étire inconsciemment les lèvres dans un sourire des plus railleurs qu'il soit en croisant le regard de Bellamy – sans doute encore amer par ce qu'il s'est passé lors de leur dernière altercation -, se contente d'un signe de tête vers Harry et d'un sourire plus sincère le concernant. Il s'approche de Heidi, lui tapote la tête alors qu'il dépose un baiser sur le haut de son crâne et lance son dernier regard pour le champion, Isaiah. « T'en as mis du temps à jouer la Belle aux Bois Dormant, Princesse» Il se recule, s'adosse à l'un des murs alors que ses narines percutent l'odeur alléchante d'un repas qui ne demande qu'à être dégusté.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Dim 22 Nov - 3:32

Du coin des yeux, elle le voit grincer des dents mais ne bouge pas pour autant. Elle s'en veut un peu, sa main vole vers ses côtes qu'elle effleure sans un mot. Le simple fait de le voir éveillé surpasse toutes les blessures. Tout parait moins important désormais, moins menaçant. Un sourire facile aux lèvres, il s'efface lorsqu'il glisse la bombe dans la conversation, comme une blague, inside joke morbide qui est loin de plaire à la brune. - T'as laissé ton sens de l'humour là bas ou quoi? Elle demande, à moitié sérieuse avant que la lueur joueuse dans ses yeux ne lui indique qu'elle ne lui en veut pas. - Tellement. Elle acquiesce, il est vrai que ce n'est pas un pari très juste pour lui, il y a des choses qui ne changeront jamais avec eux. Bellamy s'engouffre dans la pièce et des sourcils se froncent. Son sourire aux abonnés absents. Il a l'air dépité, un peu abattu. Elle se retient de se lever pour le frapper lorsqu'il sort son excuse pitoyable et se contente de le fusiller des yeux. - Qu'est ce qu'il y a? Elle demande alors après Isaiah, inquiète qu'il se soit passé quelque chose pour que Bell demande ça. - De tout, sert toi. Elle indique la table et ses poches qu'elle n'a pas prit le temps de déballer. - Ahah. Elle chuchote à Isaiah, l'air triomphant lorsque Harry s'excuse d'être en retard. Elle lui offre un sourire et effleure son bras pour serrer furtivement sa main lorsqu'il la salue. - Je suis contente que tu sois là. Elle lui adresse un peu plus tard, remerciement à demi-mot, sachant pertinemment qu'aucun d'entre eux ne ressent le désir profond de partager ce moment. Alors qu'Harry adresse Isaiah, l'attention d'Heidi se porte vers Bellamy qu'elle incite à parler du regard. Elle imagine que c'est perdu d'avance, surtout en présence d'Harry mais ne s'avoue pas vaincue pour autant. Après tout, la nuit est encore jeune. Elle est coupée par la porte qui s'ouvre, sursaute et pose les yeux sur Dante, à qui elle offre un sourire avant de se trémousser, légèrement mal à l'aise. Elle s'est elle même jeté dans la gueule du loup en organisant ce diner, elle en a conscience. Mais sait aussi qu'elle ne peut décemment pas l'éviter jusqu'à la fin des temps. Ou peut-être que si. Elle fronce le nez lorsqu'il lui tapote la tête mais un sourire éclot lorsqu'il embrasse son front. Elle s'écarte légèrement pour le laisser s'adresser à Isaiah et tourne la tête, inhale violemment. - Dante. Elle murmure, choquée. Elle se lève d'un mouvement et s'approche, observe sa pommette de plus près, trace les contours de cette abomination d'une caresse légère. Un peu plus et elle la loupait. - Qu'est ce qu'il s'est passé? Quand? Avec qui? Elle enchaine les questions, reculant légèrement, les bras croisés sur la poitrine. Elle réclame des réponses. Immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Jagger
too young, too dumb to realize
avatar

MESSAGES : 967 SINCE : 20/11/2015 NICKNAME : dameron (marie) ALTER EGO : henry le canari & portia le lama FACE, @ : j. morris rien que pour vos yeux

SCALPEL AND BISTOURI
Quote:
Surnom: teddybear
Répertoire:

MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Dim 22 Nov - 9:43

JAGGER FAMILY
“bad blood”

pour la première fois depuis des années, Bellamy n'a pas envie de les voir. c'est un sentiment qui lui noue la gorge, qui l'empêche d'être rationnel. la peur que ça parte en cacahuètes. l'envie de ne pas voir la déception dans leurs yeux lorsque Dante viendra lui rire au nez, exhibant son visage tuméfié pour prouver qu'il perd la tête. qu'il est humain, et qu'il a craqué. une question le taraude. aucun supérieur n'est venu lui tirer les oreilles, le menacer de le virer dans les plus brefs délais malgré son comportement inacceptable sur un lieu de travail. Dante aurait étouffé l'affaire ? impossible, ce gars, ce robot, ne mélange pas vie privée et vie professionnelle. le genre de lèche cul qui dénoncerait sa mère si celle-ci venait voir son fils en dehors des horaires de visites. non vraiment, Bellamy n'en a pas envie. c'est pourtant pour Heidi qu'il a fini par se décider, pour Isaiah aussi. il redoute cette rencontre, pas sur de savoir quoi dire ou quoi faire. il se retient de toute effusion sentimentale. il l'a bien comprit avec Dante, il se doit de se camoufler derrière des airs j'm'en-foutiste. il doit se protéger si il ne veut pas exploser. s'imposer, prendre de la place. s'affirmer un peu avant qu'il ne soit trop tard. c'est si dur de s'imposer. même là, avec des gens qu'il connait, il a tendance à ne plus être qu'une ombre. il s'excuse pitoyablement, pas sur de quoi dire. il n'a jamais eu à se réconcilier avec quelqu'un auparavant. il a déjà fait trop de conneries pour son frère, il a peur que les mots ne se mélangent, ne veulent plus rien dire. il est aphone ce soir, il est ailleurs. il sourit quand même à sa soeur, se voulant rassurant. perd son sourire alors que son frère s'adresse enfin à lui. la boule dans sa gorge se ressert, il essaye d'avoir l'air détendu. il repense aux mots de Dante la veille, sur son absence auprès d'Isaiah. et bien, il est là désormais. et il ne s'y sent plus à sa place. « C'est cool de te revoir aussi. » après un moment il lui lâche la main, ignorant la question, alors qu'Harry rentre, le calculant à peine. Bellamy ne fait même pas l'effort de lui renvoyer son piteux hochement de tête. il se contente d'attraper un plat au hasard et de l'ouvrir, s'asseyant sur la table au fond de la salle. envie de s'effacer, encore. il écoute son cadet, son ton goguenard et ses questions qui se veulent drôle. pas d'humeur à rire, il entame un diner qu'il sait rapide. il doit bosser, il est de garde cette nuit. il fait comme Dante le lui a apprit hier. il fait passer le travail avant, puisque c'est ça. il mange sans faim, à moitié là. il ne relève même pas le nez lorsque Dante passe la porte de la chambre, ne relevant la tête qu'à sa remarque pour leur frère. crétin. il aurait pu mourir. il se retient de le dire, se contentant d'observer avec une certaine satisfaction la partie de son visage où son poing s'est écrasé la veille. perdant rapidement cette même satisfaction alors qu'Heidi le remarque, lui aussi. il hésite Bellamy. il n'ose pas tout de suite, le fils Jagger. et puis il se dit qu'il n'en a plus rien à faire. que l'ainé le méritait de toute façon. « C'est moi. » qu'il lance, plus fort que d'habitude. il se voit forcé de continuer alors que des regards se posent sur lui. « Il le méritait. » s'oblige-t-il à dire, comme pour se justifier d'une colère irrationnelle. il reprend une bouché de nourriture, pas bien sur de quoi faire après. il n'a jamais eu le charisme suffisant pour se retrouver au milieu d'une conversation. alors il se contente de balancer les pieds, signe de stress, tout en continuant son plat. finalement, c'est peut-être mieux de faire comme si de rien n'était. « Vous savez si Erin a prévu de ramener du dessert ? » déplacé ? il ne fait là que de répondre à son ainé, encore. pour lui, plus rien d'autre ne compte que de lui prouver son tord, que de jouer son jeu à outrance. au boulot, on parle boulot. à la pause, on parle pause. on verra les effusions sentimentales plus tard, lorsqu'il en sera l'heure. et va te faire foutre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Dim 22 Nov - 13:42

Isaiah sourit de plus bel parce que Harry, le dernier de ses frères, entre à son tour dans la chambre devenue drôlement exiguë au cours du défilé. Harry c’est le seul de ses frères à tenir son rôle à la perfection. L’unique qui se suffit à être à ses côtés quand la situation l’exige et de qui il ne tire aucun jugement. Parce que Harry c’est avant tout la force tranquille, celui qui lui a enseigné le baseball quand on le disait trop fétiche pour espérer être athlétique ou encore celui qui lui a donné ses premières leçons de drague. Aussi, Isaiah n’attend pas d’Harry qu’il enfile le rôle du paternel. Il n’a pas besoin de ressembler à ses deux frères aînés là-dessus. Dieu merci. Alors il se contente de sourire quand sa main lui ébouriffe les cheveux, preuve du culot monstre qu’il a d’être toujours auprès d’eux. « J’ai déjà pensé à deux, trois plans d’évasion si tu veux en être. » La proposition est plus que tentante mais il sait son frère assez responsable et professionnel pour ne pas l’aider à s’enfuir dans son état. Il esquisse donc un sourire qu’il espère assez sincère pour cacher le sérieux de ses propos. Son attention se tourne de nouveau vers Bellamy, désormais attablé seul au fond de la pièce. Contrairement à Isaiah, ce frère là n’a jamais été un grand bavard, préférant très souvent s’effacer pour laisser briller le reste du monde à sa place. Une bien vilaine habitude dont il espère un jour voir Bellamy se débarrasser mais pour l’heure son comportement n’est pas normal. Certes, son frère a la fâcheuse manie de s’effacer mais pas celle de se détacher. Isaiah ne peut expliquer cette impression de distance que son frère, pourtant si physiquement proche, laisse planer autour de lui. Leur dernière discussion lui revient en tête. Un échange houleux qui avait valu aux deux frères de s’ignorer pendant de très longs mois. Est-ce donc ça qui mine à ce point son frère ? Isaiah n’a pas le temps d’approfondir d’avantage la question que Dante fait irruption dans la chambre et les salue tous, un par un. Trop fatigué et dans son ignorance, Isaiah ne déchiffre pas la rancoeur cachée, les mots non-dits et les souvenirs encore trop récents. Il veut répondre à son frère mais Heidi le coupe brusquement, la voix quelque peu paniquée. Le regard d’Isaiah suit celui de sa sœur pour venir se confronter à la pommette très légèrement bleutée de Dante. Un sourcil s’arque mécaniquement. Son frère n’est pas assez tête en l’air ou trop précautionneux pour se faire malencontreusement mal. Un quelqu’un doit en être la cause et ce quelqu’un ne doit plus être de ce monde. Perdu. Effacé, distant, à l’autre bout de la chambre, Bellamy prend la parole ainsi que la responsabilité de l’hématome collé sur le visage de son aîné. Cette fois, ses sourcils se froncent. Isaiah connaît l’animosité à peine voilée qui unit ses deux frères aînés mais il n’a jamais imaginé la violence comme l’un de leurs arguments. « Tu l’as frappé ? » Arrive t-il seulement à articuler une fois les premières secondes de la surprise, du choc passées. Cachée derrière elle, elle aussi à peine voilée, une autre question se forme. Pourquoi ? Il n’a pas besoin de la prononcer à haute voix pour savoir qu’elle hante aussi les esprits d’Heidi et d’Harry. Il ignore la question de son frère et un silence inconfortable s’installe dans la petite chambrée. Son regard vacille entre Bellamy et Dante, attendant une réponse du premier et une réaction du second, tandis que sur la table de nuit les sacs de provision perdent tout intérêt à ses yeux. Lui qui avait pourtant si faim.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Mar 24 Nov - 1:03

JAGGER FAMILY
“when love hurts that's how
you know it's real.”

Une réunion de famille … Vu l’état de votre famille en ce moment, il n’y avait réellement que le réveil du petit dernier qui pouvait vous faire vous retrouver ainsi. Ca et la détermination d’Heidi tu ne pouvais le nier. Elle n’avait cessé de t’appeler et de t’attraper au détour d’un couloir jusqu’à ce que tu finisses par dire oui. Tu étais plus que content du réveil de ton petit frère. Isaiah était le seul frère avec lequel tu t’étais toujours entendu et tu ne pouvais pas t’imaginer le perdre. Même si tu ne le montrais pas, son réveil avait été un soulagement, tu pouvais de nouveau fermer les yeux plus de quelques heures la nuit. Mais est-ce que cela demandait vraiment une réunion de famille ? Parce que vu les tensions qui couraient entre vous tu ne voyais pas comment cela pouvait bien se finir. Tu décidais de ne pas trop te poser de questions cependant et de te concentrer plutôt sur ton frère et ta sœur. Tes deux aînés n’étaient pas si importants que ça. Tu savais que Dante serait exécrable et Bellamy venait d’apprendre que sa copine depuis tu ne savais plus combien d’années l’avait trompé donc bon … Quoique, tu ne pouvais t’empêcher de te demander si Bellamy allait réellement réagir à tout cela ou pas. Lui qui ne s’énervait jamais … Ca faisait du bien de s’énerver non ? C’était naturel ? Toi tu t’énervais souvent contre ta famille quand la situation s’y prêtait. Isaiah ne tarda pas à te répondre : « J’ai déjà pensé à deux, trois plans d’évasion si tu veux en être. » Tu laissais échapper un éclat de rire. Cela ne te surprenait pas réellement mais vous aviez tous un pacte silencieux, Isaiah ne sortirait pas d’ici tant qu’il ne serait pas complètement remis. Vous ne pouviez pas le perdre parce que vous aviez voulu le faire sortir trop tôt. Vos pouviez venir lui tenir compagnie plus souvent cependant. « Désolé frérot, ta santé avant tout. Et je suis certain que si la situation était inversée tu ferais la même chose. » Dis-tu avec un clin d’œil parce que vous saviez tous les deux que c’était vrai au fond même si Isaiah cherchait à dire le contraire. Dante fit alors son apparition, comme d’habitude aucune émotion écrite sur son visage. Tu te contentais de le saluer comme tu avais salué Bellamy. Tu n’étais pas certain que vous pourriez un jour arrivé à surmonter tout cela, tu espérais mais malheureusement vous vous voyiez trop les uns les autres pour pouvoir envisager cela. Heidi ne tarda pas à se lever pour demander à Dante d’où venait ce magnifique bleue sur sa joue. Maintenant qu’Heidi en parlait, effectivement il y avait quelque chose. Une bagarre ? Personne n’oserait lever la main sur Dante à l’hôpital, ce serait un acte de suicide professionnel mais ton frère n’était pas du genre à se battre non plus. Tu ne pus t’empêcher de lever un sourcil quand Bellamy dit : « C'est moi. Il le méritait. » Tu te mis alors à éclater de rire, il blaguait, il n’y avait pas moyen que Bellamy ait frappé Dante ! Come on ! Mais vu le sérieux et la tension qui régnait dans la pièce tu t’arrêtais net en demandant : « Sérieux ? » Tu n’étais pas le seul à douter de ce qui se passait vu qu’Isaiah dit : « Tu l’as frappé ? » Ouais toi aussi tu voulais savoir parce que ce n’était pas tous les jours que Bellamy frappait quelqu’un, c’était sans doute la première fois d’ailleurs … Soupirant, tu leur dis : « Allez, racontez, on pourra jouer aux psychologues comme ça. » Ils n’avaient pas le choix de toute manière, tout le monde attendait des réponses …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Mer 25 Nov - 0:02



BAD BLOOD
“family reunion”


Dante, il en vient à se demander ce qu'il fait, ici. A chaque réunion de famille, il a l'impression que les tensions n'en sont que de plus en plus fortes. Que les problèmes s'étalent et se dévoilent peu à peu sous les yeux de chacun des membres, certains en restant surpris et d'autres ayant vu le coup venir de si loin qu'ils s'étaient déjà préparés aux différents chocs qu'ils allaient subir. En pénétrant dans la chambre de convalescence, il observe chacune des silhouettes qui se tiennent devant lui et chacun a le droit à une touche personnelle, une attention particulière et unique de sa part. Dante, il arrive comme un cheveu sur la soupe dans une conversation qui a déjà débuté, mais dont il arrive à en comprendre le sens. On parle d'Isaiah, de son réveil, du fait qu'il en ait déjà marre de rester dans cette chambre d'hôpital et qu'il aimerait évidemment prendre ses jambes à son cou afin de quitter l'établissement, de ne plus être au stade de patient. Et quand les salutations sont terminées, quand on tire cette dernière phrase pour le rescapé et que l'on décide de s'adosser contre le premier mur que l'on rencontre, une autre se lève pour briser la distance imposée. Dante, il observe sa jeune sœur s'avancer, l'observer les sourcils quelque peu froncés, la mine, l'expression investigatrice et retouchée d'une pointe de curiosité. On en cherche le coupable, on se demande qui a bien pu dessiner cet hématome bleuté sur l'une des pommettes et les regards se tournent sur cet individu qui veut se retirer, jusqu'à ce qu'une voix s'élève, une intonation oubliée, une présence délaissée par Dante. Bellamy plaide coupable et ce sourire satisfait ne cesse de s'esquisser sur le faciès de l'aîné qui se contente de lever les yeux vers le plafond. Il ne suit pas les regards, il se fiche un chouïa de ce que l'on pourrait penser. Mais il les sent, ces iris qui scrutent et qui attendent une explication, une réaction humaine tandis qu'on le considère comme une machine de guerre. Alors quand Harry se met à rire, ne prenant pas au sérieux la confession de Bellamy, Dante sort de cette rêverie en prenant conscience qu'ignorer la fratrie n'est sûrement pas un choix judicieux, qu'en faisant ainsi il risquait plutôt de s'attirer d'autres foudres alors qu'il n'en a pas besoin davantage. On demande à raconter, à conter les mésaventures. Il soupire, n'a même plus réellement faim. Peut-être que le fait même de rejoindre ces frères et sœurs, tout en sachant que cela ne se terminerait pas forcément bien, lui avait coupé l'appétit avant même qu'elle ne soit omniprésente. Il soupire, ne sait pas par où commencer car n'a pas l'habitude de raconter de tels récits. « Sûrement une nouvelle facette de Bell, qui se montre enfin» Il sourit. Comment peut-on être ainsi, raillerie sur le visage, dans une telle situation ? « Vous le saviez, vous, que votre frère était aussi impulsif ? » Votre frère. Pas notre frère. Comme une exclusion dans les mots choisis. Ce n'est pas réfléchi, c'est lancé sans aucune pensée préalable, ça sort doucement, ça sort comme si ça coulait de source, comme si c'était normal. « Si vous aviez vu toutes mes feuilles étalées sur le sol, mon dossier parti en lambeaux. » Quelle plaie d'avoir dû les ramasser, une à une. « Et les regards des collègues et des patients... » Il secoue la tête, comme exaspéré par ce souvenir pas si lointain. « Mais bon, c'était mérité, qu'il dit. » finit-il par dire, un geste de tête vers Bellamy pour le désigner. « Même si je pense que personne ne mérite d'être sujet à une telle violence... » Ironie, sarcasme dans les termes qu'il appuie dans son intonation. Franchement ? Il espère qu'Erin et Livie arriveront. Rapidement. Pour qu'elles puissent jongler dans la conversation, faire en sorte qu'on parle d'autre chose et que la soirée ne se termine pas aussi mal que ce que Dante est en train de prédire. Mais bon. C'est lui, qui met de l'huile sur le feu. Incontrôlable.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Mer 25 Nov - 15:30

Heidi ferme la bouche, se rendant compte qu'elle l'a laissé entrouverte au vue de la découverte. - QUOI? Elle demande finalement, sortie du choc de cette annonce. Son corps se tourne violemment vers Bellamy qui vient juste d'admettre avoir frappé son frère comme il avouerait préférer les nems au porc qu'aux crevettes. Elle n'est pas le seule complètement choquée par la tournure des événements et si son regard se pose brièvement sur ses deux autres frères, elle revient très vite vers Bellamy. - Espèce de... La colère monte alors qu'il change de sujet, comme si rien de tout ça n'avait d'importance. Comme si le simple fait de frapper son frère, son sang, sa famille n'était rien de plus qu'un détail insignifiant sans importance. En deux pas, Heidi se retrouve près de Bell et lui lance un coup de poing dans le bras. Elle n'a pas vraiment de force Heidi, ça ne lui fait pas vraiment mal mais elle voudrait. Pour sa désinvolture. Pour son insolence. Elle approuve Harry d'un hochement de tête, elle veut savoir pourquoi. Qu'est ce qui semblait si important pour détruire le peu de liens qui restaient entre eux. Ça la déchire Heidi, de voir sa famille en si mauvaise état. Ça lui brise le cœur de voir ses frères se tourner le dos, les uns contre les autres, plus éloignés de jours en jours. Et Dante ouvre la bouche et Heidi se tourne vers lui. Incapable d'admettre les mots qui sortent de sa bouche. Incapable de quoi que ce soit. Serrant ses bras autour d'elle, elle lutte contre les larmes qui s'amassent au coin de ses paupières au fur et à mesure de son discours. Jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus. Jusqu'à ce qu'elle craque, incapable d'en supporter plus. - Arrête. Elle demande, implorant la litanie sarcastique de couler des lèvres de son frère ainée. - Arrête, arrête. Elle répète un peu plus fort avant d'exploser. - Ferme la Dante! Elle ordonne, d'une voix un peu trop forte pour un hôpital, ignorant les larmes qui ternissent ses joues elle se place devant Bell, bouclier humain qu'il ne mérite pas le moins du monde. - Est-ce que tu réalises ce qui. Sort de ta bouche, qui meurt dans sa gorge alors qu'elle a du mal à trouver ses mots, colère et tristesse s’emmêlant. - Et toi mais. Elle se tourne vers Bell, incapable d'ajouter quoi que ce soit après l'avoir observé. Secouant la tête de dépit, elle essuie ses larmes, inconsciente de celles qui continuent à couler. - C'est ça que vous voulez? Elle demande, ouvrant les bras comme pour les désigner tous. - C'est ça que vous voulez pour nous? Une famille brisée? Incapable de passer plus de cinq secondes ensemble? Elle demande, la voix brisée et le coeur en berne. - Bell tu commences. Tout ce que tu as sur le coeur. Maintenant. Sur tout le monde. Le premier qui le dérange sort, et n'imaginez pas que ce soit une bonne nouvelle pour vous. Elle précise, sachant pertinemment qu'ils utiliseraient cette excuse pour s'échapper. Elle ne paie pas de mine Heidi mais elle sait qu'elle peut être terrifiante. Surtout lorsqu'elle est en colère, et elle en a à revendre.
Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Jagger
too young, too dumb to realize
avatar

MESSAGES : 967 SINCE : 20/11/2015 NICKNAME : dameron (marie) ALTER EGO : henry le canari & portia le lama FACE, @ : j. morris rien que pour vos yeux

SCALPEL AND BISTOURI
Quote:
Surnom: teddybear
Répertoire:

MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Mer 25 Nov - 16:00

JAGGER FAMILY
“bad blood”

si il a su en arrivant que la rencontre ne serait pas de tout repos, il ne s'attendait pas à ça. comme si son esprit avait mit de coté la rencontre de la veille avec Dante, oublié ce coup partout tout seul et l'aigreur de sa réaction. bien sur qu'il ne va pas y échapper le brun. ça lui coupe l'appétit, ça y est. de voir Dante lui donnerait presque la nausée. il abandonne, il pose son plat. il n'a plus qu'à retourner bosser, pourrait-on dire. il n'y a pas la tête non plus. trop de choses partent en vrille. Isaiah et lui qui se jettent des regards, comme si de rien n'était, comme si le silence n'avait pas fini par ronger leur relation. Dante qui s'enfonce dans sa connerie. et Harry, et les autres, qui ne voient rien. qui ignorent le mal-être de l'éternel second. sa solitude. Dante. Isaiah. Payton. Connie. trop de choses qui ne vont plus. si longtemps il a pu avancer les yeux fermés, il n'en est plus capable désormais. dans la tragédie qui se met en place, il sait déjà comment seront distribués les rôles. il va s'en prendre plein la gueule, il le sait. il a découvert la véritable nature de Dante. il sait qu'il n'y aura aucun espoir de réception. c'est peut-être pour ça qu'il s'acharne à ne pas être là, à ne pas être lui même. pour avoir moins mal, pour le blesser aussi. si tant est que quoi que ce soit d'autre qu'un corps physique puisse le faire. c'est Harry qui réagit en premier. qui se met à rire. abruti. Bellamy hésite un instant à venir lui dire de se la fermer, mais c'est le blond qui le fait de lui même. parce qu'il a cru à une blague ? il en est sur désormais, les Jagger ne sont plus sur la même longueur d'onde. ils ne se connaissent plus, voilà tout. c'est Isaiah qui pose la question, Harry qui la complète. Heidi qui se lève, menaçante. Bellamy la fixe, la mâchoire crispée, prêt à assumer. parce qu'il a beau être en colère, il ne peut rien contre elle. pas Heidi. il ne réagit pas à son coup, se contente de la fixer, désolé. il pourrait la prendre dans ses bras, lui dire qu'il est désolé. lui dire qu'il a craqué. mais ce serait montrer sa faiblesse face à l'autre. et ça, il refuse de le faire à nouveau. ça, c'est l'ancien Bellamy. celui qu'on prend pour un con. celui qu'on trompe, qu'on balade. celui qui souffre. il reste silencieux, il n'a rien d'autre à dire à la benjamine. de toute façon, la voix de Dante vient bientôt emplir la salle de sa haine. « Tu sais ce qu'il te dit l'impulsif ? » il sert les poings, lion en alerte. prêt à lui bondir dessus malgré Heidi et ses supplications, et ses pleurs. il ne fait même plus attention à elle, son regard est posé sur Dante et son sourire goguenard. ordure. l'autre insiste, continue. personne ne mérite une telle violence.Bellamy, tempétueux, fait un pas en avant. les mains qui tremblent, le corps qui se crispe. prêt à frapper, à nouveau. c'est Heidi qui le retient, positionnée devant lui. rempart contre la catastrophe familiale. elle semble tout aussi blessée par les paroles de l'ainé que Bellamy peut l'être. il est désolé pour elle. si seulement le plus vieux pouvait se la fermer. se rendre compte du mal qu'il lui fait. mais lorsqu'elle lui demande de s'expliquer, Bellamy reste silencieux. impuissant face au flux d'émotion qui le prennent. s'expliquer serait donner une chance à Dante, qu'il fixe toujours. qu'il déteste de plus en plus. et puis, la clarté. et puis, les mots. « Je n'ai plus rien à dire. Il m'a bien fait comprendre qu'il n'était pas mon frère, juste une ordure avec le même ADN. » le Bellamy sensible et entier qui est en lui hurle pour qu'on le laisse tranquille, en paix. la douleur de ses tempes lui vrillent le crâne. son coeur bat vite, fort. « Fais ce que tu veux Heidi, mais ne compte pas sur moi pour le considérer de ma famille. » un étranger, c'est ce qu'il voit dans les yeux de l'autre. et ça lui fait mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Mer 25 Nov - 18:44

C’est comme assister à un spectacle gratuit et de mauvaise qualité. Les acteurs sont médiocres, les répliques faiblardes et l’envie de se pendre bien présente. Y’a lui aussi, Isaiah, l’un de ces trois spectateurs effarés par la si soudaine tragédie grecque se jouant devant ses yeux. Cette comedia del arte improvisée qui a débarqué pour tout emporter avec elle. Faute de moyen, son lit fait office de siège. Sa chambre, elle-même, est devenue la scène de ce carnage fraternel. Ah, l’unique spectatrice devient à son tour actrice. Ca non plus il ne l’a pas vu venir, pas plus que les larmes inondant son beau visage ou la fureur grandissante en lui. Elle est la dose d’émotion qui vient alourdir la tragédie. Ce petit plus qui bouscule le genre de la pièce de risible à médiocre. Et ce pauvre Isaiah prisonnier de ses draps, incapable encore de faire deux pas sans se retrouver les quatre fers en l’air mais surtout incapable d’échapper à la joute verbale de ses frères aînés. Soyons clairs, elle n’est pas la première et certainement pas la dernière. Dante et Bellamy c’est un peu Tom et Jerry, la comédie en moins et l’égo en plus. Parce que ses frères n’ont jamais autant ressemblé à deux coqs en lutte pour la conquête du poulailler aux yeux du plus jeune. La raison derrière ce poulailler Isaiah l’ignore et il s’en fout. Royalement. Contrairement à Heidi, il ne s’intéresse pas aux raisons pas plus qu’il n’y apporte de l’importance. Plus tard peut être, quand les esprits se seront calmés mais pour le moment, un asticot bouffant une vache l’intéresse d’avantage. Il croise les bras car, sans compter sa tête, c’est l’unique partie de son corps qu’il peut bouger sans risquer de graves conséquences. C’est aussi la seule posture qu’il ait trouvé pour montrer son agacement. Ca et un long soupire énervé. « Laisse tomber Heidi, même deux clebs affamés sont plus civilisés que ces deux-là. » dit-il d’un ton calme mais chacun de ses mots sont lourds de sens. C’est ça après tout la fratrie Jagger, beaucoup de rancœur sur un peu d’amour. Malgré qu’il ait parlé à sa sœur, son regard reste fixé entre ces deux frères. Ces deux gros couillons du moment. « Vous êtes pathétiques les mecs. » Les mots quittent sa bouche avant qu’il n’ait eu le temps de les contrôler. Parce qu’il est le plus jeune et très certainement le plus protégé, Isaiah n’a jamais manqué de respect envers ses aînés. Au fond et malgré leurs possibles mésententes, il respectait trop bien leurs influences sur son éducation pour oser l’irrespect. C’était avant que la connerie de l’un et l’arrogance de l’autre ne viennent briser ce pacte silencieux. Dante est un connard aux allures de diva, il aime mettre la forme et l’attitude à ses propos. Grand bien lui fasse. Bellamy n’est pas le premier de la fratrie à avoir voulu lui sauter au coup mais bien le premier à être passé à l’acte. Est-ce que Isaiah pouvait le lui reprocher ? Pas vraiment et très honnêtement il aurait payé cher pour se faire  petite souris le temps de quelques minutes. Sauf que Bellamy, porté par son énervement, n’a pas la rancune facile et sa tête de trois mètres de long en est bien la preuve. « Je suis réveillé depuis même pas deux jours alors vos querelles de gamins j’en ai rien à battre. T’es un connard. » Affirme t-il sans autre explications en désignant Dante du regard « Et toi. » Son regard se pose sur Bellamy. « Un sourire sincère quand tu revois le frère qui a faillit y laisser sa peau, ça te tuerait ? » Ca l’énerve, il est saoulé. Plus que ça, il est furieux. Furieux de l’attitude de ses frères, furieux qu’ils n’arrivent pas à enterrer la hache de guerre le temps d’une réunion de famille à laquelle LUI tient. « Vos histoires de t’es mon frère, t’es pas mon frère, à défaut de me répéter on en a rien à foutre. J’en ai rien à foutre. Réglez-les ou ne les réglez-pas mais putain, c’est juste pas le bon moment. » Il ne peut pas empêcher sa colère de transparaitre sur ses derniers mots, piqué au nerf et désormais orphelin d’un moment qu’il attendait tant depuis longtemps. Bien avant son réveil, bien avant son coma. Mais il n’a pas fini, il a des choses à dire lui aussi. Lui aussi devient acteur, lui aussi veut faire partie de cette rupture familiale. « Si une autre bombe vient à faire correctement son travail la prochaine fois. J’ose à croire que vous saurez vous comporter plus dignement à mes funérailles. » Sa colère réveille ses blessures. Il a mal mais ne laisse rien paraître parce que là, à cet instant, il est plus qu’Isaiah le petit frère qu’on vient dorloter quand ça va pas.  « C’est sympa d’avoir fait le déplacement pour me voir mais la porte est derrière vous, je ne vous retiens pas. » Il ne laisse passer aucun espoir, il veut que ses frères s’en aillent. Point.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Ven 27 Nov - 18:32

Spectateur … Voilà ce que tu étais, un spectateur d’un spectacle dans lequel tu ne prenais aucune part pour une fois. En général c’était toujours de ta faute quand il y avait une dispute, d’une manière ou d’une autre, tu te retrouvais au milieu de la mêlée. Pour une fois ce n’était pas le cas. Tu étais aussi surpris qu’Heidi et Isiah d’entendre que tes deux aînés s’étaient battus ou du moins d’entendre que Bellamy avait frappé Dante. Ce dernier n’aurait pas eu ce bleu sur le visage, tu ne l’aurais sérieusement pas cru parce que Bellamy c’est le genre de gars qui essaye de vous calmer en vous parlant du ying et du yang et qui pense que l’on vit dans un monde de bisounours. Le fait qu’il se soit réveillé te rassurait énormément. Bon, le fait que ce soit parce que sa copine l’ait trompé ne te ravissait pas mais il aurait bien fallu qu’il se réveille un jour non ? La naïveté c’est sympa mais pendant un temps. Et tu avouais que tu étais un peu d’accord avec Bellamy (pour une fois), Dante devait bien le mériter ce poing dans la figure et les paroles de ton aîné te confortèrent dans cette voie. Tu ne comprenais plus ton frère depuis que sa femme était morte. Il était devenu cet être robotique à l’hôpital et il voulait vous faire croire à autre chose en dehors. Mais ce n’était pas humain, il ne pouvait pas espérer que vous fassiez cette séparation comme lui, il ne pouvait juste pas vous le demander. S’il voulait devenir complètement con qu’il le fasse tout seul. Tu regardais Heidi s’énerver et tu ne pus t’empêcher de ressentir de la pitié pour ta sœur. Elle aussi jouait la naïveté à cet instant précis. Elle pensait réellement qu’une discussion à cœur ouvert allait tout changer ? Bien sûr que non. Les racines du mal qui rongeait votre famille étaient beaucoup plus profondes qu’elle ne semblait le penser. Bellamy avait mis trente-trois ans à se décider à lever le point, on n’efface pas trente-trois ans de rancœur en quelques belles paroles. Non, votre famille était déjà brisée, la question était de savoir si vous étiez prêts à vous pardonner, à avancer ensemble. Et la réponse de Bellamy te fit comprendre que ce n’était pas le cas. Il y avait encore tant de non dits, personne ne pouvait l’ignorer. Tu ne savais pas ce que Dante avait fait réellement, quelle avait été l’action qui avait fait déborder le vase mais pour que Bellamy en arrive à ces paroles, lui qui aimait plus que tout sa famille, cela avait dû être grandiose. Et puis c’est Isaiah qui vient couronner le tout. Ses paroles font mal, tu le vois sur le visage de tes frères, sur ton visage aussi certainement parce qu’il a raison. Tu doutais que cela se soit passé à ses funérailles mais ce qu’il ne réalise pas c’est que pendant qu’il avait été dans le coma vous aviez tous été plus qu’inquiets et cela avait fait ressortir quelques petites tensions il est vrai. Finalement tu te décidais à parler. « Tu n’es pas encore reparti petit frère, malheureusement tu vas devoir te les coltiner pendant un petit moment encore ces histoires de famille. » Tu ne comptais pas retenir ton frère s’il voulait repartir, tu savais qu’il aurait Bellamy et Dante sur le dos pour cela, Erin aussi certainement. Tu n’étais pas certain que ton frère était quelqu’un que l’on pouvait confiner dans un hôpital, dans un service. Tu te tournais vers Dante en disant : « Quand tu auras décidé d’arrêter d’être un espèce de robot qui range ses sentiments dans des tiroirs en espérant que les autres feront comme toi peut-être que la situation pourra s’arranger. T’as pas eu l’impression d’aller trop loin pour que Bellamy en vienne à te frapper ? Bellamy le cas qui me passait des savons quand je rentrais plus tôt à la maison pour une bagarre à l’école … » Oui parce que toi les poings tu n’avais jamais hésité à les utiliser et le discours de la violence ne résout rien de ton frère tu le connaissais par cœur. Tu te tournais ensuite vers Bellamy avant de dire lui tendre une barquette de chinois et de dire : « Soyez au moins civilisé, on est là pour fêter le réveil d’Isaiah qui vient de vous dire qu’il aurait préféré ne pas se réveiller pour pas voir vos conneries. » Tu tendais une boîte de chinois à tout le monde avant de dire : « Mangeons, ça nous changera les idées. » Peut-être pas mais au moins tout le monde aurait les mains et la bouche occupée pendant un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Ven 27 Nov - 23:09

En retard pour la réunion de famille, Livie l’était bel et bien. Un rendez-vous c’était éterniser avec un patient qui lui tenait la cheville et comme toujours en bonne fille trop gentille, elle n’avait osé l’interrompre pour pouvoir partir et retrouver ses frères et sœurs. D’habitude ponctuelle, ils devaient certainement déjà se demander où elle avait bien pu passer et ce qu’elle pouvait faire. Elle était heureuse que son frère se soit enfin réveillé mais même pour une occasion aussi particulière, elle se laisse marcher sur les pieds. On ne change pas du jour au lendemain, c’est un fait. Alors qu'elle vient de laisser sa blouse dans les vestiaires pour rejoindre la chambre de son frère, elle entends sa voix d'abord sans comprendre ce qu'il dit puis Harry prend la parole. Cette fois elle entend la fin de la discussion qui ne la rassure pas vraiment. Des embrouilles chez les Jagger c'est comme les prières chez les croyants, y'en a tous les jours une différente. Ça ne l'étonne pas tant que ça sauf que cette fois elle ne semble pas concerner Harry. Son entrée se fait peut discrète comme un silence pesant l'accompagne de regards posés sur elle. « Désolé je suis en retard, un patient, enfin vous connaissez ... » Un sourire apparaît sur son visage pendant qu'elle se dirige vers Isaiah et le prendre rapidement dans ses bras. « Contente de te revoir parmi nous! » La relation entre chiens et chats peut bien se dissiper pour ce moment en famille. Le bonheur de le retrouver en chair et en os et bien plus important que des chamailleries d'enfants. En parlant de ça, Livie n'ose pas vraiment se diriger vers les autres pour échanger une bise ou un bref calin. Elle se contente de leurs sourire avec un signe de tête, préférant s'éclipser vers son plus grand complice Harry. C'est d'ailleurs à lui qu'elle s'adresse en deuxième pointant du doigt son plat préparé. « Je meurs de faim, tu me proposes quoi pour me changer les idées ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Sam 28 Nov - 1:02



BAD BLOOD
“family reunion”

Comme c'est redondant... Répétitif. Les reproches parviennent à lui, le heurtent mais ne laissent aucune réaction se montrer sur cette carapace polit par les années, par le temps qui file et qu'on ne rattrape pas. On lui dit de la fermer, il n'y répond que par un haussement d'épaules et prend la peine de terminer les tirades qu'il récite si facilement, si aisément qu'on se demande s'il n'aurait pas pris l'habitude d'être aussi amer dans chacun des mots qu'il ose prononcer, sans aucune peur des conséquences qui peuvent en retomber. Chant acerbe de celui qui ne sait plus comment montrer qu'il peut éprouver des semblants de compassion, celui qui s'est refermé d'un coup, d'un seul quand Lilith a décidé de le laisser seul dans un monde où il ne pouvait pas être indépendant. Il a appris, à la dure, à survivre de son propre chef, de ne pas s'allonger sur les jambes d'une personne pour demander de l'attention, de ne pas appuyer cette tête aux maux incessants sur une épaule chaleureuse. Heidi craque, Heidi crie comme elle n'a jamais crié depuis si longtemps, après tous les non-dits laissés au fond d'un placard, au fonds des esprits qui ne voulaient pas s'affronter. Dante a presque de la peine en voyant les larmes, gouttelettes dorées qui coule sur les pommettes qu'il aurait aimé essuyer de lui-même sous quelques excuses prononcées. Non. Il préfère baisser la tête, s'échapper des regards qui se posent ici et là, qui pourraient croiser le sien. L'air n'a jamais été aussi étouffant que maintenant, il aurait presque envie de dégainer une cigarette et se casser, pour assombrir les poumons. Bellamy réagit. L'impulsif en lui, réagit. Dante n'y fait pas attention, ne prend plus la peine de s'occuper d'une discussion qui, actuellement, ne mènerait à rien si ce n'est aux taillades plus profondes, aux cicatrices qui ne se refermeront jamais complètement. Les insultes le laissent de marbre. Extérieurement. Intérieurement, ça a toujours été différent. Comme une avalanche qui s'abat sur une conscience qu'il possède, qu'il se surprend à avoir. Des regrets qu'il gardera pour lui, pour celui qui s'est pourtant juré de ne jamais regretter chacun de ses choix depuis la mort de sa femme. On le blâme, il s'en fiche. Laisse croire qu'il s'en fiche. C'est quand même plus simple ainsi que d'étaler un flux de sentiments qui ne provoquerait que pitié, dégoût, ou autres ressentis négatifs qui laisseraient croire qu'il veuille qu'on le prenne pour victime et non pour bourreau. Les dires lui font secouer la tête légèrement, lui font même étirer un sourire amusé qui n'a pas sa place. Les phrases se contredisent par rapport aux instants passés, il soupire si fortement, on remarque facilement son agacement sous la raillerie des lippes qui façonnent le faciès. « Sérieusement ? C'est vous, qui vouliez savoir l'histoire. » Il se redresse, le dos trop affalé sur un mur qui lui ferait presque mal aux omoplates. « Vous vous attendiez à quoi ? Des confettis et des paillettes, des glitters et des licornes ? » Il est prêt à partir, il a déjà le casque de moto dans ses mains, ne l'a pas posé depuis le début des hospitalités. Il regarde Bellamy, une dernière fois. « De l'amour fraternel ? » Mais la porte s'ouvre, laisse apparaître la silhouette qu'il ne connaît que trop bien, d'une autre sœur, d'une autre qui n'a rien demandé pour faire partie de cette ligné maudite par la rancœur. Livie. Il la regarde, s'est apaisé en la voyant arriver, a lâché un énième soupir en tentant d'esquisser l'ombre d'un sourire même si le cœur n'y était pas. Puis rien d'autre. Il ne se penche pas pour attraper la nourriture, n'a pas faim, préférerait rentrer chez lui même s'il aimerait passer du temps avec Livie. Erin. Heidi. Ça a toujours été un peu plus simple, avec les sœurs, qu'avec les frères.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Sam 28 Nov - 16:07

C'est un peu comme un crash d'avion, on sait que l'on va s'écraser mais lorsque arrive l'atterrissage on est presque étonné. Heidi ne sait plus vraiment quoi dire, coincée au milieu, debout telle une âme en peine. Son regard glisse de l'un à l'autre, ne supporte pas d'imaginer la scène entre Bell et Dante, ne supporte pas la tension presque physique qui les entoure. Ne comprend pas pourquoi Dante se comporte comme un gros connard sans cœur alors qu'il est bien plus. Elle a l'impression de voir un héros déchu se tenir fièrement sur sa colline, inaltérable. Et seul. Si seul. Et elle ne peut pas l'aider, ne peut pas l'atteindre. Pas ici, pas avec eux, pas alors qu'il est si loin. Mais elle sait qu'il lira la douleur dans ses yeux, elle sait qu'il y voit toutes ces choses qu'elle ne dit pas mais voudrait, tout ces reproches et toutes ces attentes qu'ils n'arrivent pas à atteindre. Et son attention passe à Bellamy. Bellamy. Et ses espoirs s'effondrent une fois encore. Personne, personne ne veut faire d'effort et Heidi ne s'est jamais sentie aussi seule dans cette famille. Elle les observe lâcher les uns après les autres. Son regard erre sur Isaiah, qui les invite tous à sortir, et reste juste bouche bée. Lui aussi. Elle peut comprendre, il est coincé là lui, il ne peut pas faire grand chose mais Isa. Il est supposé être de son côté, il est supposé avoir ses arrières. C'est comme s'il remuait le couteau dans la plaie béante qu'on laissé ses frères. Dante. Bellamy. Isaiah. Et Harry. C'est son dernier espoir mais elle ne sait pas vraiment à quoi elle s'attendait. Probablement à ça, si elle était honnête avec elle même mais le mangeons craque les derniers remparts qu'elle avait dressé et elle reste simplement là. Trop choquée pour pleurer, trop choquée pour dire quoi que ce soit. Livie entre, ignorant la tension ambiante, et le repas devient le composant principal. Le reste enfoui sous des ruines d'amour, sous des restes d'affection qu'ils enterrent comme ils peuvent. Et Dante leur demande s'ils s'attendaient à de l'amour fraternel. Comme si c'était un rêve lointain, une conception ridicule. - C'est tout? Les mots quittent ses lèvres, alors qu'elle fixe la porte, refusant de porter le regard sur l'un d'entre eux. - C'est tout ce qu'on est? De vagues connaissances plus intéressées par la nourriture qu'autre chose? Elle a l'air hébétée Heidi, parce qu'elle a du mal à y croire, du mal à concevoir que c'est ce qu'ils sont devenus. - Je vous aime. Elle avoue, sans la moindre difficulté, comme à chaque fois. - Je vous aime, tous, autant que vous êtes. Mais des fois, je me dit que je serais mieux toute seule. Elle murmure presque, parce que ça lui fait tellement mal de l'avouer, tellement mal de le dire à voix haute. Les larmes bourgeonnent de nouveau mais elle n'y fait pas attention, ses gestes saccadés alors qu'elle évite, tourne et vire pour récupérer son sac qu'elle passe en bandoulière. - Faites comme si de rien n'était, faites comme vous voulez mais je refuse de rester là à faire comme si. Elle renifle légèrement, essuie une de ses joues et se tourne une dernière fois, alors que sa main est déjà sur la poignée. - J'ai déménagé. Ça fait presque un mois. Et ils ont tous leur vie, tous leur problèmes alors elle comprend qu'elle passe après. Elle comprend mais des fois, des fois elle est juste perdue entre eux, antilopes au milieu de lions. - Et je suis amoureuse. Malgré tout le reste, penser à Gin et Sara lui arrache un sourire. - Et je vous déteste tous un peu, là, tout de suite. Elle hoche la tête, sans rien de plus à dire et passe le seuil avant de refermer derrière elle. Elle fait deux pas avant de se laisser glisser le long du mur, tête entre ses genoux, larmes silencieuses qu'elle verse, nostalgique d'une famille qu'ils n'ont jamais été. Nostalgique d'une place qu'elle n'a jamais tenu.
Revenir en haut Aller en bas
Bellamy Jagger
too young, too dumb to realize
avatar

MESSAGES : 967 SINCE : 20/11/2015 NICKNAME : dameron (marie) ALTER EGO : henry le canari & portia le lama FACE, @ : j. morris rien que pour vos yeux

SCALPEL AND BISTOURI
Quote:
Surnom: teddybear
Répertoire:

MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   Sam 28 Nov - 18:53

JAGGER FAMILY
“bad blood”

cauchemardesque. c'est le mot juste pour cette journée qui empire. ce repas ne finira-t-il donc jamais ? on aime s'enfoncer chez les Jagger, se perdre au fin fond des rancoeurs. on aime à ressasser le passé pour se faire plus de mal encore. est-ce que ça vient de leur politicien de père, toujours à chercher les erreurs des autres pour se mettre en avant, pour se porter aux nues ? ou bien est-ce parce-que leur mère a toute sa vie lutté pour réparer celles des autres, qu'ils sont tant obsédés par les erreurs ? qu'ils en commettent tant ? Bells regrette cette colère qu'il sait dans ses yeux. il n'y peut rien pourtant. il a beau savoir que sa réaction ne fera qu'empirer les choses, que Dante continuera son jeu démoniaque, il a pourtant toujours l'espoir de l'arrêter. comme si d'un coup, l'autre homme pouvait apprendre la pitié, et la ressentir. pour de vrai. et lui présenter les excuses qu'il lui doit. conneries. Isaiah à le mot juste en fin de compte, des chiens. animal social en besoin de montrer sa dominance; mais qui ne parvient même pas à marquer son territoire sans se faire mordre. les mots du plus jeune le ramènent sur Terre. il est honteux. il ne sait plus où se mettre, lui qui est si peu habitué à être au centre des attentions. ça le rend malade, ces regards sur lui. il veut redevenir le Bellamy d'avant. celui qui sourit, qui câline, et qui cache tout. pas moyen de faire machine arrière. il ne sait pas ce qui fait le plus mal. Isaiah et ses mots durs, Harry et son aveuglement ou Heidi. Heidi qui pleure et qui tremble. Heidi qui le fait se sentir absolument misérable, plus bas que terre. la blesser elle, c'est blesser tout ce qu'il aime le plus au monde. est-il véritablement devenu cet homme là ? il a envie de vomir le brun, et les odeurs de nourritures n'aident pas. il reste silencieux, il se laisse baladé par les dires de chacun. tour à tour accusé, défendu, témoin. il n'est plus capable de rien, il se noie. il la sent, la larme. annonciatrice d'encore plus de culpabilité. pas de défouloir aux alentours, simplement sa famille, et sa pause qui se fini sous peu. il aurait envie de s'enfuir, de disparaitre. de faire taire Dante, encore. il sert les mâchoires, il se retient de lui sauter à la gorge. la larme est suivie par une autre, et une autre encore. de la frustration liquide mélangée à de la douleur. c'est cet instant que choisi Livie pour entrer, bien sur. elle ne comprend pas le spectacle qui se déroule là, sous leurs yeux ébahit. elle est légère, elle fait comme si de rien n'était. mauvaise actrice qui vient rejoindre ce mauvais acteur qu'est Harry. deux oscarisés, faut croire. trop chamboulé pour dire quoi que ce soit, il fini cependant par bouger. Bellamy attrape le bras d'Heidi alors qu'elle s'agace du silence des autres. de ce regard q'ils ferment. il va pour parler, pour la rassurer, lorsqu'elle sort ces révélations qui les laissent tous un peu pantois. ils l'ont délaissé, voilà ce qu'il se passe. chacun s'est occupé de ses propres petites affaires, fermant les yeux sur l'autre. cette réunion de famille, c'est le reflet hypocrites de leurs non dit. des tas de questions lui viennent mais il n'ose les formuler. il sait que ce n'est pas le moment, plus maintenant. savoir que Heidi est amoureuse, ça lui renvoi sa propre histoire à la gueule. tout ça, c'est trop pour ce qu'il peut supporter. plus du tout à l'aise. il n'a aucune idée de ce qu'il peut bien faire désormais, avec Isaiah à la rencoeur facile, Heidi et son hystérie, l'aigreur de Dante et les deux autres qui jouent les aveugles. « J'ai du travail. » qu'il dit, de but en blanc. lui qui n'arrive pas à articuler le moindre mot depuis que Dante l'a regardé, fixement, le narguant avec cet amour fraternel qui ne veut plus rien dire. il se dirige vers la porte, prenant soin de ne plus frôler qui que ce soit. mais à la porte il s'arrête. si il peut se permettre d'en laisser certains en suspend, partir sans un mot pour Isaiah lui semble impossible. c'est lui qu'il regarde, et lui seul. « J'ai cru mourir quand ils nous ont dit qu'une bombe avait explosé. Ne pense pas qu'on s'en fou. Et je crois que moi, comme les autres, on crèverait plutôt que de te voir repartir. » il pince ses lèvres, et quitte la pièce. dehors, il croise Heidi. il aimerait la prendre dans ses bras. il en est pas foutu. trop chamboulé. il n'a plus faim, le brun. il n'est plus rien qu'une boule de nerfs. allez mettre au monde quelques bébés devrait le détendre, enfin peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (bad blood) @jaggers.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(bad blood) @jaggers.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The 2013 challenge : Blood Raven
» 10 raisons de ne pas jouer Blood Angel ?
» Vente de Tapis (40k/Battle, Warmachine, Blood Bowl)
» blood, monster, tears ~ (théna)
» Blood Bowl 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: