AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 suck it up, princess w/ Isa.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: suck it up, princess w/ Isa.   Sam 21 Nov - 16:43


My fingers are arguing over which
One of them gets to climb down your wrist
Introduce themselves to yours first


« Getzler » - Binki n'a pas le temps, n'a même pas le temps d'avoir le temps, sa démarche le prouve et la vitesse de ses pas n'est qu'une démonstration supplémentaire, ses collègues devraient le comprendre. Elle est en état d'urgence. « Pas maintenant, Gigi » - souffle-t-elle, esquivant le chariot d'une infirmière manquant de peu de finir sa route sur une étagère bourrée de compresses. « Binki, tu fais quoi avec ce panier ? » - qu'est-ce qu'elle fait ? Sérieusement ? « J'essaie d'atteindre ma destination sans avoir à devoir saluer quelqu'un tous les deux mètres » - elle lance, sans s'arrêter, atteignant le bout du couloir , pas assez rapidement pour louper le « ça , c'est pas une réponse »- elle capte le regard de sa camarade, esquissant un sourire dans sa direction avant d'appuyer sur le bouton d'appel, celui de ce maudit ascenseur qui met toujours des plombes avant d'atteindre l'étage dans lequel elle est. Certains appellent ça la loi de murphy,  elle appelle ça sa poisse personnelle. Sa vie n'est qu'un alignement de poisses et elle commence à se sentir agacée. « Il est toujours aussi lent ? » « Toujours, monsieur, toujours » « J'espère qu'il ne le sera pas le jour de mon intervention » - pourquoi les patients croient constamment que les médecins ont le temps (ou même l'envie) de leur faire la conversation ? Tout ce qu'elle veut, Binki, c'est que l’ascenseur débarque, qu'elle entre dans la cabine et qu'il l'emmène trois étages au dessus. Elle pourrait prendre les escaliers mais, pourquoi prendre les escaliers quand un ascenseur est généreusement mis à sa disposition ? Elle garde le regard fixé sur l'indicateur , suffisamment longtemps pour que ça dissuade le patient d'essayer de lui adresser la parole à nouveau. Lorsque le petit « ding » résonne et que les portes de métal s'ouvrent enfin pour lui offrir un passage, elle prie pour que les personnes déjà présentes aient l'intention d'aller en haut et non pas en bas. Parce qu'elle n'est pas sûre d'être capable de contenir les jurons qui bordent ses lèvres à cet instant précis : « Vous montez ? » « Je monte » « Je descends » « Qui a appuyé en premier ? » - Binki ne possède pas de diplôme en ascenseur, elle n'a aucune idée de comment ça marche, elle sait simplement que c'est censé l'emmener d'un point A vers un point B – relativement rapidement. Elle déglutit, s'engouffre et agrippe le panier qu'elle porte. Il contient des sandwichs, des boissons, des trucs à manger, en gros. Un panier, ça lui donne un côté Laura Ingalls, un côté « je suis sur le point de déjeuner dans un coin champêtre ». Elle se trouve ridicule et évite soigneusement les paires d'yeux qui se posent sur elle. L’ascenseur monte : son Karma aujourd'hui l'a à la bonne. C'est bon à savoir, elle devrait peut-être en profiter pour jouer au loto. Trois étages plus tard, elle s'extrait de la boîte en essayant de ne pas bousculer sauvagement les quelques cons qui se sont ajoutés à l'équipage en cours de route. Elle fonce, cherchant du regard le numéro de la chambre qu'elle souhaite rejoindre et finit par y pénétrer non sans avoir signalé sa présence par un petit coup sur la porte. « Salut, la belle au bois dormant » - le sourire qui lui vrille les lèvres a  même le don d'atteindre ses yeux et on peut dire qu'elle n'offre pas cette vision à n'importe qui. Isaiah, lui, a le droit à un traitement de faveur particuliers. « J'ai apporté de quoi réduire ton régime à néant » - elle referme la porte derrière elle et se précipite vers le jeune homme pour déposer une main sur son bras. Le maximum qu'elle puisse faire. Binki ne prend pas dans ses bras, n'embrasse pas. Elle le presse et s'éloigne aussitôt. Elle se dit que certains sujets de discussion seront évités, notamment : son état, les raisons qui l'ont amené là. « Il va falloir rendre visite à ton coiffeur, Isa. Ça dépasse tout ce que je peux supporter, là ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: suck it up, princess w/ Isa.   Dim 22 Nov - 2:14

C’est officiel, Isaiah a épuisé toutes ses cartes. Il a fini de compter ses doigts, au nombre de dix toujours, vingt si on compte les orteils. Il s’est lassé d’espionner la jolie fleuriste en face de sa chambre d’hôpital et a terminé jusqu’aux miettes un paquet de chips laissé là par un de ses frères. Il a aussi terminé de zapper sur toutes les chaines du câble, à la recherche d’un quelconque programme qui puisse l’occuper. Même cinq minutes, c’était toujours ça en moins. Son dévolu s’était posé sur un soap opéra, ces mêmes séries bidon qu’il critiquait tant. Malgré le navrant apparent, il se trouva rapidement fasciné par le destin impitoyable des personnages. Brooke qu’on croit enceinte de Peter mais qui a osé le tromper avec Bruce. Mais de qui donc est l’enfant ? Malheureusement pour Isaiah, l’épisode inédit s’était terminé sur ce suspens insoutenable. Alors oui, c’est officiel, il s’ennuie de nouveau. Et on le sait un Isaiah qui ne sait pas quoi faire n’est jamais beau à voir. Comble du malheurs, il connaît assez bien les emplois du temps de ses frères et sœurs pour savoir que ces derniers ne viendront pas lui rendre visite avant plusieurs heures et il est toujours coincé dans ce maudit lit. Parce que oui, il a bien essayé d’en sortir courageusement une fois mais ce n’était sans compter son corps meurtri. Blessé des coups portés quelques semaines plus tôt et aux conséquences toujours douloureusement présentes. Il avait pu apercevoir les dégâts quand ses bandages lui avaient été changés. Tout son torse ainsi qu’une large partie de son dos n’étaient plus qu’un énorme et impressionnant hématome que le temps ne semblait pas vouloir adoucir. Il soupire, déjà fatigué malgré l’heure encore matinale. Dépité de vivre une nouvelle journée ponctuée de siestes, de soupirs et de bouffe dégueulasse. Puis, comme une réponse à ses prières, elle débarque. Le sourire en place et un panier sous le bras. Il n’a pas besoin de beaucoup pour deviner la suite. Elle est celle qui l’a prise sous son aile en première année et qui ne l’a plus jamais laissé s’échapper. Il se sait privilégié auprès d’elle et savoure ce titre. Lui Isaiah le privilégié, franchement au vu de la situation c’est plutôt un comble. « Salut beau prince. T’arrives trop tard pour le baiser, je suis déjà réveillé. » Indique t-il d’un ton amusé. Son visage s’illumine d’un sourire tandis qu’elle désigne ses provisions d’un hochement de tête. « J’me lance dans la boulimie, fais péter la bouffe. » Parce qu’il ne le dira jamais assez, la nourriture de l’hôpital est dégueulasse au possible. Une fois sorti, il pense même créer un groupe de soutien pour soutenir les traumatisés des cantines hospitalières. Une nouvelles fois, le privilégié entre en jeu. La main de Binki se pose sur son bras et suffit à lui donner la confiance nécessaire pour survivre à ce calvaire. « Vous m’en voyez désolé Votre Majesté. Y a t-il autre chose que je puisse faire pour vous ? » Pour tout dire, Isaiah n’a aucune idée de ce à quoi il ressemble. Il sent ses cheveux plus longs que dans ses souvenirs et il sait présentes de vilaines contusions parsemées encore son si joli minois. Il sourit car il sait sa préoccupation d’aller faire un tour chez le coiffeur très loin derrière. A la traine même. « Alors raconte-moi tout. » Il veut tout savoir, tout ce qu’il a pu manquer durant ces nombreux mois d’absence puis de coma. Les derniers cancans, les baisers échangés discrètement entre le personnel, les hypothétiques coups de gueule qu’ils savaient fréquents entre les plus grands noms de cet hôpital. « Mais avant tout, je t’ai manqué ? » S’empresse t-il de demander, conscient de sa pudeur émotionnelle extrême.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: suck it up, princess w/ Isa.   Dim 22 Nov - 11:30


My fingers are arguing over which
One of them gets to climb down your wrist
Introduce themselves to yours first


Elle s'éloigne, fait le tour, se retrouve aussitôt sur sa droite, juste devant la fenêtre où se situe la table de lit, elle tire dessus, les roulettes génèrent un bruit désagréable sur le linoléum et elle constate une tâche dégueulasse maculant le sol. Elle grimace, dépose le panier sur la table , pile sous le regard de son ami. C'est pas son ami. Peut-être que c'est plus qu'un ami. C'est celui qu'il lui arrive d'appeler sur un coup de tête, qu'elle tire du sommeil et qui ne lui lance même pas d'invective pour  ce simple fait. Celui qui écoute sans broncher, celui qu'elle écoute sans broncher. Et, autant dire que Binki a très peu de tolérance, bien au contraire, couper court aux conversations est un véritable sport, pour elle. Médaillée d'or de l'évitement, du manque fougueux de civilité. Parler pour parler, c'est complètement inutile. Elle prône le silence. Une véritable prédicatrice convaincue du domaine. Il faudrait instaurer la parole par le mime ( ce qui, à la longue risquerait de l'irriter). Les mimes sont des clowns qui ne font même pas rire. « Sa majesté apprécierait grandement que son vassal se montre plus régulier pour l'entretien de cette pilosité faciale. Rasez donc cette barbe que je ne saurai voir » - elle lui tire la langue, lançant un regard à travers la vitre, temps grisâtre, pèlerins investissant les trottoirs. Quelques échoppes, un fleuriste. Rectification, une fleuriste. « Canon la fleuriste, j'espère que tu tues certaines heures en lui matant le cul et...le sien en est un de championnat » - elle souffle ces paroles en même temps qu'il la questionne sur un des sujets qu'inconsciemment elle n'aurait pas voulu aborder. Elle se pince les lèvres. S'il lui a manqué ? Beaucoup. Et si, elle le voulait vraiment, elle pourrait se permettre de penser : énormément. Pour vrai. Parce qu'elle s'est attachée à ce petit lionceau. Et même s'ils ont sensiblement le même âge, elle le considère comme un  petit frère qui aurait été crée à partir de porcelaine. Qui voudrait briser de la porcelaine, putain ? Elle songe que ceux qui l'ont mis dans cet état feraient bien d'être morts. C'est égoïste, cruel de penser ça et pourtant, elle ne ressent absolument aucun scrupule. « Avant tout, je t'ai apporté les cookies que tu préfères » - avant tout, ses yeux le lui disent, doucement, bien sûr, Isaiah. Bien sûr que tu m'as manqué, sans avoir à prononcer, sans avoir à formuler pour que ce soit réel. « Tu as manqué pas mal de choses, je ne sais pas si la pause suffira à ce que je puisse cracher suffisamment de venin sur certaines ordures » - son esprit divague sur Fletcher, certains résidents, elle est  subitement consciente de la présence du calepin, dans sa poche, qui contient toutes les rumeurs qui ont filé à travers les murs de l’hôpital. « Je crois qu'une résidente est en cloque , qu'une autre prévoit de se taper un titulaire et que l'infirmier casse-bonbon de service s'apprête à passer les examens d'entrée en école de médecine. Il ferait mieux d'abandonner l'idée » - elle se ravise, elle n'a pas besoin de faire appel à son potentiel de reine des garces en la présence d'Isaiah. Qui n'a pas besoin de découvrir cette facette de sa personnalité. « Au fait, l'enfant est de Peter ou bien de Bruce ? » - changement d'orientation de la conversation. Si elle est là, c'est bien pour lui changer les idées, non ? Elle quitte la fenêtre, se tournant dans la direction d'Isa et se rapproche de lui, l'aidant à déballer certaines conneries apportées. « La méchante reine risque d'être furieuse contre moi » - elle commence, pleine de malice : « On devrait interdire de servir de la nourriture radioactive dans cet hôpital si on ne veut pas se retrouver avec une explosion des cas en oncologie ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: suck it up, princess w/ Isa.   Dim 29 Nov - 16:50

Son sourire est celui d’un traumatisé. Il n’est plus aussi chaleureux qu’avant, il a perdu son espièglerie d’antan et ne semble être plus qu’une pâle copie de ce qu’il fut un jour. Mais Binki a le mérite de le faire sortir de ses tranchées, peut être pas aussi facilement et intensément qu’elle y a l’habitude mais il est là, présent dans son imperfection. Une imperfection qu’il espère temporaire, soignable à travers le temps. Il se passe une main sur le bas du visage pour y constater non sans grande surprise qu’une barbe mal entretenue y a élu domicile. La bien vilaine lui gratte déjà les joues depuis son réveil mais sa détresse ne semble émouvoir personne alors elle persiste et signe. Harry, l’un de ses frères, s’était même amusé de cette petite gêne à sa dernière visite, la comparant à la mode movemberienne du moment. « Si sa Majesté veut bien me faire l’honneur de me sortir de cette tragique condition. » Comme pour appuyer ses propos, il indique du doigt la salle de bain adjacente à sa chambre où l’attendent rasoir et crème. Il la sait assez compétente et habituée pour ne pas avoir peur de lui confier son beau visage. Raser autrui est après tout une fonction de leurs études et futurs métiers. Fort heureusement pour Isaiah il ne s’agit là que d’une barbe trop longue et mal entretenue. Elle évoque la fleuriste au coin de la rue et il se contente une nouvelle fois de sourire. A peine deux secondes lui ont suffi pour deviner où le regard de son ami s’est très longuement fixé. « Tu me connais, fraterniser avec le voisinage c’est mon truc. » L’air est innocent mais les mots pleins de sous-entendus. Il s’ennuie que voulez-vous. Soyez cléments. Il ne commente pas son changement de sujet parce que lui aussi la connaît assez pour ne pas s’en formaliser. C’est ainsi qu’il a connu la jolie Binki et qu’il a fini par l’apprivoiser. Elle est de celle avec qui il est resté en contact en Irak, celle qui faisait comme si de rien n’était et lui octroyait de même un moment d’évasion. Il n’a pas à se justifier auprès d’elle, il vit simplement et elle l’accompagne, aussi bêtement que simplement. « Je ferai entrer ton nom dans les légendes. Ô Binki, bienfaitrice aux cookies. » Il l’écoute, amusé, lister les nouveautés du moment et se surprend à retrouver l’innocence perdue d’un étudiant naïf. Pour une fois depuis longtemps, il en oublie les grandes inconnues de ce monde et se contente, gourmand qu’il est, à jouer la macrelle. Parce que c’est ce qu’ils savent faire de mieux. « Sexe et cochonneries en tout genre, je vois que rien n’a changé ici depuis mon départ. » L’hôpital n’a en effet rien d’un couvent et son personnel n’égale pas les pieuses religieuses. Loin de pouvoir juger, Isaiah s’était lui aussi permis deux/trois sorties de conduite depuis ses débuts d’étude. « J’espère de Bruce, Peter n’est qu’un sale con. J’ai déjà prévu d’envoyer ma lettre d’insultes au studio » Encore une fois, l’ennui peut vous faire faire de biens malheureuses choses dont la rédaction d’une lettre d’insultes fait incontestablement partit. « La méchante reine ? » Il s’interroge tandis qu’elle déballe et lui tend ces trésors interdits ramenés d’un pays lointain libre de pochettes de glucose comme principal source d’alimentation. « Le truc chiant avec l’Irak, hormis le risque de terminer en pièces détachées, c’est qu’on connaît pas les joies du grignotage et de la culpabilité qui en suit. Mon Dieu aies pitié de ce pécheur. » Parce qu’il ne saurait refuser l’orgie bombonesque ramenée par Binkie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: suck it up, princess w/ Isa.   Jeu 3 Déc - 17:39


My fingers are arguing over which
One of them gets to climb down your wrist
Introduce themselves to yours first


Elle se mord l'intérieur de la joue – réprime un petit « oups » au passage (et la bourde qu'elle a fait), elle tente à nouveau de noyer le poisson dans l'eau. C'est plutôt réussi ou presque. Elle voit bien qu'Isa a tiqué et c'est une idée qui lui tire un sourire. Il va bien finir, un jour, par découvrir le surnom que son frérot démoniaque se trimballe entre les mûrs de cet hôpital de fous. Après tout, on ne récolte jamais que ce que l'on a semé et, ce dernier est un cultivateur de bon pédigrée. Elle s'empare d'un sandwich et mord dedans, en secouant la tête. En fait, elle le regarde, elle l'observe sous toutes les coutures, à la recherche d'un truc qui aurait pu lui échapper. Elle vérifie que la marchandise n'est pas plus foireuse qu'elle n'en a l'air et surtout, elle espère qu'ils n'y aient pas de complications bâtardes qui viendraient s'ajouter à son état général suffisamment désastreux. « L'Irak, ça existe ?  Ça se mange ? » - elle fait mine de. Et en ce qui concerne faire « mine de », mademoiselle est une experte en la matière et le vit bien. Elle s'installe au pied du lit avec quelques difficultés vue la hauteur du machin. « Tu sais quoi, j'ai assez de temps devant moi pour t'aider à écrire une lettre d'insulte à la prod. Toi et moi on sait pertinemment qu'ils vont nous le coller à Peter et cet enfoiré est bien trop sexy pour avoir un gosse » - elle pose une main sur le genou du brun et poursuit dans sa digression : «Je t'assure que tu as râté des trucs.  Sexe, cochonnerie, débilité congénitale non diagnostiquée ou fait avec retard. Des cerveaux dans les biceps et parfois ailleurs – mieux vaut ne pas penser où. Et tu sais que le sex ratio est vachement trompeur ? La dernière fois, j'ai croisé deux titulaires en train de réorganiser le dépôt – et pas avec leurs mains ». Si elle se tait souvent bien plus qu'elle ne parle, Isaiah a cet effet sur son verbiage, il le stimule et elle finit par ne dire que des conneries, avant qu'elle ne finisse invariablement par se taire. C'est compliqué. Peut-être que son oncle a raison à son sujet, elle ferait bien de s'intéresser à ses problèmes psychologiques plutôt qu'aux  somatiques des autres. Elle prend une autre bouchée de son sandwich et le dépose sur la table puis se relève. Binki est hyperactive, elle n'arrive généralement pas à tenir sur place. Elle a besoin de bouger, d'occuper ses mains. « Sinon, t'es sérieux, à propos de ta si triste condition ? Tu veux bien que je m'en occupe ? Est-ce que je t'ai parlé de mon expérience en tant qu'assistante de ma tante Anita dans son salon du Bronx ? » - surement pas. Elle ne raconte pas ce genre de choses, pas à n'importe qui,  en tout cas. Et peut-être qu'elle est effectivement en train de lui faire ses yeux de cocker. Maintenant qu'elle a cette idée en tête, elle désespère de passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: suck it up, princess w/ Isa.   

Revenir en haut Aller en bas
 
suck it up, princess w/ Isa.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: ANCIENS TOPICS-
Sauter vers: