AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Life is short. Smile while you still have teeth. (remaniement de fiche) ★

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Life is short. Smile while you still have teeth. (remaniement de fiche) ★   Jeu 28 Jan - 0:28


-  Malya Morales -
“ Hold fast to dreams,
For if dreams die
Life is a broken-winged bird,
That cannot fly ”


NOM  ◦  Morales PRÉNOM ◦  Malya AGE  ◦ 27 ans SURNOM  ◦  la lionne, cette jeune femme qui se donne toujours à fond, qui n'hésite pas à rugir pour protéger ses proches, aider ses patients. Elle a de la gueule quoi. ORIGINES  ◦  américaine, mexicaine STATUT  ◦ en couple avec Milan Wayne MÉTIER  ◦  résidente dans la neurochirurgie TRAITS DE CARACTÈRE  ◦ Malya sait garder son sang-froid dans la plupart des situations. Elle sait se montrer patiente -parfois-. Parce qu'il lui arrive de gueuler elle aussi, si on lui cri dessus. La jeune femme peut s'avérer franche, impolie. Il n'est pas rare qu'elle soit du genre spontanée et courageuse. Elle est attentive, mais peut s'avérer entêtée et froide. C'est une battante. GROUPE  ◦  scalpel AVATAR ◦  Camilla Luddington SCENARIO OU INVENTE ◦  perso inventé

( it's as if I could not breathe without you )
(01.) La famille Morales s'est installée aux États-Unis vers 1980. La crise au Mexique ne permettait plus de trouver de l'emploi à la famille. La plupart ayant été licencié dont les parents de Malya. Ils décidèrent de déménager à Austin, au Texas. On dit que c'est un droit qui ressemble au Mexique. C'est quelque chose que Malya constatera plus tard. Ses parents ont réussi à trouver du boulot, à s'installer, même si cela ne fut pas très facile. (02.)  Durant son enfance, elle fut immédiatement attirée par la médecine. Elle a regardé beaucoup de telenovela avec ses gens qui sauvent des vies et c'est encore le cas. Elle a souvent joué au docteur, elle prenait cela très au sérieux. Elle réprimandait même les adultes qui tentaient de blaguer en la déstabilisant. Oui, elle n'était qu'une gamine qui ignorait les vraies fonctions et le gros boulot derrière cela. Néanmoins, elle savait déjà ce qu'elle voulait ou du moins, en partie. Plus les années ont passé, plus elle se renseignait avec de nombreux livres, des recherches sur Wikipedia ou tout simplement Google (lorsqu'elle avait accès à un ordinateur) ainsi que les professionnels. Malya savait que cela ne serait pas facile. L'argent, les études, les gosses de riche qui allaient sûrement se moquer d'elle. Elle n'a jamais voulu baisser les bras. Elle sait que sa famille n'est pas la plus riche, mais les rêves n'ont pas prix. Il suffit d'y croire, de vouloir et de foncer.  (03.) Enchaîné les boulots pour Malya, était presque un quotidien, une habitude. Beaucoup d'argent, de l'argent bien mérité. Elle s'était fait ouvrir un compte de banque particulièrement pour pouvoir payer ses études. L'université, ce n'est pas pour tout le monde, encore moins travailler à un hôpital parmi les grands, les sauveurs de vie. Ses hommes, ses femmes, ceux qu'elle admire tant. Cette excitation, cette motivation n'a fait que grossir son ambition d'y être un jour. (04.) Si la vie a abandonné les siens, elle, elle n'a jamais abandonné la vie. Son père est mort d'une crise cardiaque lorsqu'elle n'avait que dix ans. Son père, son mentor, sa source d'inspiration. Cet homme avait droit de continuer de vivre. Mais on lui retira son père avec une crise cardiaque. Plus rien à faire. Sa mère s'est effacée, après six ans, elle a décidé d'abandonner la vie à son tour. Et de laisser sa fille seule à son triste sort. En réalité, Malya est née d'une relation extra-conjugale. Sa mère aurait eu une aventure de quelques mois avec un Américain. Voilà, pourquoi la petite Malya ne ressemble pas tant à une Mexicaine. Elle a les gênes d'une Mexicaine, mais également d'un Américain. (05.) Malya a hérité de la persévérance et du courage de son paternel. Elle n'a pas baissé les bras après la mort de ses deux parents. Et n'a jamais cherché à rencontrer l'amant de sa mère, son véritable père. Bien qu'elle n'avait que seize ans à l'époque, l'adolescente a décidé de se construire son propre monde. Jamais, elle n'avait pas abandonné l'idée d'être un médecin. La vie avant tout. La foi peut s'avérer être une grande qualité. Elle fut élevée dans la religion catholique. (06.) Elle ne se considère pas comme une femme bien compliquée. Elle sait ce qu'elle veut, elle fonce, elle a une grande gueule, mais reste une femme aimable, attentive, protectrice, qui aime pouvoir aider son prochain. Elle ne supporte pas les trahisons et les insultes gratuites. Malya est toujours porté à protéger les gens qui n'ont pas tendance à répliquer, qui se laisse faire. (et même tout le monde) (07.) C'est une mordue des jeux vidéo, des soirées bières et pizzas et du yoga. La jeune femme n'a du mal à rester tranquille. Une soirée à rester chez elle et regarder les murs du plafond dans son lit ? Non merci. La belle brunette ne manque pas d'énergie et adore s'amuser, rire avec ses amis, parfois ses collègues. Elle possède également un chien. (08.) Même si elle a cessé d'aller à l'église, exceptée lorsque ses grands-parents sont en ville. Malya a toujours gardé la foi, son optimiste lui permet d'avoir confiance en ses collègues, en elle-même, en son métier si difficile. Elle a même la Bible chez elle, un chapelet et un joli collier qui appartenait à sa mère.  (09.) Mine de rien, mais c'est une vraie hippie. Certes, elle ne fume pas des joints à toutes les dix minutes, mais elle est en paix avec elle-même. Il lui est déjà arrivé de faire des voyages comme John Lennon le faisait et trouver la paix, se purifier, méditer etc. Elle adore la musique rock. (10.) Malya travaille au Coconut Center depuis environ deux ans. La brunette est résidente dans la neurologie. Le cerveau est un organe si précieux, si fascinant. Quelque chose de fragile. C'est un département qui lui plaît grandement. C'est délicat. Elle va bientôt devenir résidente, dans moins d'un an.

( you are my paradise, but maybe I'm your hell )
Vivre à San Francisco n'est pas de tout repos, mais vivre sa vie à l’hôpital, ça, c'est autre chose. Heureusement, Malya a toujours eu de l'expérience en ce qui concerne de travailler très fort. Depuis son jeune âge, la brunette a enchaîné boulot sur boulot afin de ramasser assez d'argent pour l'université. Les efforts ont enfin payé. Maintenant résidente à l'hôpital Menphis Wave. L'étape interne est passée, enfin, une nouvelle mission, de nouveaux efforts, de nouveaux patients, tout a changé ou presque. Elle revoit les mêmes têtes, de nouvelles, bref. L'ambiance reste la même. L'odeur du latex sur la peau des doigts après avoir eu les mains couvertes d'un gant durant plusieurs heures. Et la sueur, la nervosité, elle ne fait qu'empirer, mais pour une bonne cause : sauver des vies.
Elle a travaillé dans plusieurs boutiques, restaurants, des boulots de merde parfois. Maintenant, elle a les pieds sur ce plancher dans cet hôpital. Là où tout se déroule, où tout va se jouer, sa carrière commence ou du moins en partie quoi. La lionne qu'elle peut s'avérer être est prête à tout affronter. Si facilement dit, la demoiselle n'a guère l'intention de reculer devant les problèmes qui lui mettront des bâtons dans les roues ou les personnes qui tenteront de la déstabiliser.
Cette femme met à l’aise les patients, elle s’occupe d'adultes, d'adolescents, d'enfants ou parfois de bébés selon les anomalies et les circonstances. Elle prend soin d'eux comme s’il s’agissait de sa propre vie. Malya se donne à fond dans son boulot, elle travaille très dure et demande toujours d'en faire plus, voir beaucoup trop. Parfois, on ne peut plus rien faire, la vie en a décidé ainsi. La réalité vient alors de frapper, prenant conscience comment la vie peut être si fragile. Elle vit au jour le jour, mais se rappeler que tout peut arriver, la rend plus vulnérable face à tout cela.
Malya espère pouvoir se perfectionner dans ce domaine. Elle espère qu’après ses trois ans, monsieur Arryns la gardera à ses côtés. Elle veut aider le plus possible de gens, jusqu’au dernier souffle s’il le faut. Si au départ, elle n’était pas très du genre à être proche des enfants, aujourd’hui, elle a une autre opinion à ce sujet.. La vie est si précieuse.. voir ses petits boutchous l’ému tellement. Parfois, peut-être un peu trop. Elle sait garder son sang-froid, mais personne ne peut nier qu’il s’agisse d’un milieu plutôt difficile, surtout concernant les mauvaises nouvelles. Tout le monde craque à un moment ou à un autre.
« J'espère que vous êtes tous prêts. Parce que franchement, ça craint. Ouais, ça craint vraiment. » Dit-elle avec nervosité et sans mâcher ses mots. La résidente enfila sa blouse, son petit chapeau, son masque et ses gants. Elle tentait de se concentrer, de ne rien oublier. Le tout va se jouer pour le patient Markus Hough. La tumeur au cerveau, ça craint un max. Elle soupira légèrement et entra en dernier dans le bloc opératoire. Cela ne devait pas être un échec. L'échec ne fait pas partie de sa liste de priorités. L'échec n'existe pas dans vie. La chirurgie va durer environ quelques heures, ça sera très long et essoufflant ainsi que délicat. Elle ne s'y habitue presque jamais. Chaque fois qu'elle sort de là, on pourrait presque croire qu'elle vient de courir un marathon. Elle ne ressemble en rien à la jeune femme qui s'était maquillé avant de venir travailler. Cela prit un moment, mais le véritable neurochirurgien en chef déclara que tout s'était bien déroulé. En tout cas, rien n'est joué bien sûr, mais le patient allait sûrement pouvoir souffler à son tour. Malya resta plus longtemps que prévu dans les vestiaires après s'être changé. Elle songea à son arrivée chez elle, avec Milan et sa fille, Julia. Elle adore cette petite et lui, il est si complexe, pourtant cela n'enlève rien à l'amour qu'elle lui porte. Elle aimerait simplement pouvoir rentrer dans sa tête et comprendre son fonctionnement. Le cerveau est une vraie complicité.



PSEUDO/PRÉNOM : Tania AGE : 25 ans OU AS-TU CONNUS LE FORUM : bazzart FRÉQUENCE DE CONNEXION : tous les jours normalement CRÉDITS PHOTO ET CITATION : tumblr, citation de  Langston Hughes AUTRE : longue vie au forum  



Dernière édition par Malya Morales le Jeu 28 Jan - 0:58, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Life is short. Smile while you still have teeth. (remaniement de fiche) ★   Jeu 28 Jan - 0:31

Je ne savais pas si je devais modifier mon ancienne fiche ou poster une nouvelle. Alors, voilà une nouvelle fiche, enfin, pas si nouvelle, j'ai modifié quelques trucs de l'ancienne. Le personnage reste presque le même, excepté qu'elle est à moitié américaine, qu'elle est un peu plus âgée et que le métier a changé. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Life is short. Smile while you still have teeth. (remaniement de fiche) ★   Jeu 28 Jan - 8:34

Pas de soucis cocotte, je te valide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Life is short. Smile while you still have teeth. (remaniement de fiche) ★   

Revenir en haut Aller en bas
 
Life is short. Smile while you still have teeth. (remaniement de fiche) ★
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» adaptateurs quinny vers bb confort / gamme life vers avenue
» Numéros spéciaux du magazine LIFE
» what would you pair with london life
» Kiddy life pro ou kiddy life plus?
» v smile?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: - CUT THE SKIN - :: Damage Case :: Version 2 :: les fiches-
Sauter vers: